Comment Joël a (presque) cartographié les électeurs FN à l’adresse

Joël vient de publier un article sur le vote FN à Marseille, intitulé : « A Marseille dans les “quartiers nord” : dis-moi où tu habites, je te dirai pour qui tu votes« . L’article est illustré à grands renforts de cartes montrant le détail du vote dans les « quartiers nords » de Marseille, et mettant à l’épreuve les revendications représentatives des élus FN locaux :

joel-marseille

Joël a également publié sur son site une explication technique complète, « Comment j’ai (presque) cartographié les électeurs FN à l’adresse« , rédigée dans le joli gabarit tufte-css fidèle au style d’Edward Tufte :

joel-tufte

La note technique montre comment reproduire, code R à l’appui, les cartes statiques et interactives de l’article, à l’aide des packages tmap et leaflet1 respectivement, et en utilisant les fonds de carte d’OpenStreetMap.

Toutefois, c’est à mon sens au niveau du travail de préparation des données que la note de Joël est la plus intéressante, notamment parce qu’il y explique comment mettre en correspondance des données INSEE collectées au niveau IRIS et des données électorales collectées au niveau des bureaux de vote au moyen d’une géolocalisation guidée par la Base Adresse Nationale :

adresse.data.gouv.fr

La note illustre également les limites actuelles de l’open data gouvernemental en France : si les donnés actuelles permettent des cartographies ultra-précises, elles ne permettent toutefois pas de mettre n’importe quelle variable sur ces cartes, comme l’illustre le petit bricolage technique auquel Joël a eu recours pour obtenir le type de logement des électeurs (maisons versus logement collectif).

Dans la note de Joël comme souvent en sciences sociales il me semble, le modèle interprétatif est simple, ce sont les données qui sont compliquées. Le résultat de cette combinaison est une série d’observations empiriquement très précises, car basées sur des variables mesurées en « haute résolution », et faciles à interpréter.

  1. La librairie Leaflet donne accès à énormément de fonds de cartes : jetez un coup d’oeil ! []

5 réflexions au sujet de « Comment Joël a (presque) cartographié les électeurs FN à l’adresse »

  1. Cette étude contribue à casser le soi-disant vote FN des classes populaires. Historiquement ce sont les petits commerçants et la classe moyenne qui votent pour l’extreme-droite. Les classes moyennes le font en périodes de crise, par peur d’être déclassés ; surtout les classes moyennes vivant en zone pavillonnaire. Et cette recherche sur Marseille le confirme.

  2. Bonjour,

    Je trouve que cette représentation cartographique est dangereuse. Si la méthode employée est plutot claire dans l’article de Joel Gombin sur github, ça ne l’est (presque) pas dans l’article du Monde.
    i) Le terme « aléatoire » n’est employé qu’une seule fois dans l’encart « méthodologie » à la fin de l’article du Monde.
    ii) Le modèle de regression linéaire ne spécifie pas l’échantillon utilisé. La régression linéaire se base-t-elle sur l’entité spatiale « bureau de vote » ? Une analyse bi-variée habitat/choix de vote me parait un peu légère pour permettre l’explication du phénomène. Est-ce qu’une analyse multivariée n’aurait pas été plus judicieuse, avec les profils socio-démographiques ?
    iii) Je crois que d’une manière générale les modèles probabilistes doivent prendre plus de paramètres en compte, surtout pour une représentation cartographique, qui s’avère dans ce cas de figure dangereuse. Ceci dit c’est peut-être ce qui a été fait ici, je ne sais pas.
    iv) Enlever les votes pour les autres partis me parait mensonger dans une représentation cartographique, même si spécifié dans la méthode. Cela n’apparaît explicitement pas dans l’article du Monde.

    Le support graphique est un outil puissant, et l’illustration même de ce fait sont les commentaires à l’article du monde, qui omettent pour la plupart la partie aléatoire du travail. Peut-être qu’il aurait fallu rajouter un titre et une légende plus explicite comme : « probabilité de voter FN/ probabilité de voter PS ».

    J’espere que vous ne verrez pas ce commentaire d’un mauvais oeil.

    Merci!

    • Excusez-moi, l’absence des autres partis est mentionnée dans les textes sous les cartes. C’est tout de même un peu dangereux.

    • Bonjour, merci de votre commentaire. Certains aspects de cette exploration cartographique sont sans doute discutables, mais, pour ma défense :
      1/ dans un média grand public tel que le Monde, il est difficile de rentrer dans le détail technique
      2/ j’ai néanmoins pris la peine, et je pense que c’est important, d’expliquer très en détail la manière dont j’ai procédé, et mis à disposition le code et les données pour répliquer l’analyse. Tout cela étant linké depuis l’article du Monde. Je crois que ça n’arrive pas si souvent.
      3/ sur le lien entre habitat et vote, je ne prétends pas qu’il s’agit d’une explication mais d’une corrélation. Dès lors, le contrôle par d’autres variables ne me semble pas nécessaire, puisqu’il ne s’agit pas ici d’établir un effet propre.

      Sur le fond, il s’agit d’une tentative de rendre aisément visible des phénomènes qui autrement ne le sont guère. Je reconnais qu’il s’agit d’une prise de risque, disons, sémiologique. Pour ma part, je ne la regrette pas, mais c’est ouvert à discussion, et je vous remercie de votre apprt.

Les commentaires sont fermés.