Prise de notes sur ordinateur, reprise du débat

Il y a plusieurs années, j’ai évoqué sur ce blog la prise de notes sur ordinateur en amphi. Mon billet était un coup de gueule : je venais de m’apercevoir que certains de mes étudiants, qui prenait leurs cours sur ordinateur, ne tiraient que quelques pages de notes (très aérées, et pleines d’erreurs) d’un cours magistral de 3 heures. Du coup, je suggérais d’interdire les ordinateurs en cours magistral.

Ce billet a généré la plus longue discussion de toute l’histoire de ce blog, et après 26 commentaires (plus quelques emails), j’avais publié une suite au billet, principalement pour citer une étude (et il y en a eu d’autres) qui allait dans le sens de mon message initial, que je résumerais aujourd’hui de cette manière :

Les étudiants qui prennent leurs notes sur ordinateur en cours magistral (1) s’y prennent mal, et (2) ont avant tout besoin d’apprendre à prendre des notes tout court, (3) ce qui s’apprend au papier-stylo avant de s’apprendre au clavier.

Les arguments numérotés ci-dessus sont chacun critiquables de différentes manières, et les études citées plus haut et dans les billets précédents ont aussi d’importantes faiblesses méthodologiques. Tout cela important peu, vu qu’en ce qui concerne l’enseignement, je fonctionne à l’intuition et me fonde avant tout sur les centaines d’heures d’expérience que j’ai accumulées au fil des années1.

Les discussions en ligne entre universitaires se passant désormais plus sur Twitter que sur les blogs, c’est une conversation récente entre plein de monde intéressant à suivre (dont des amis blogueurs de longue date) qui me fait reprendre le débat là où je m’étais arrêté.

Quelques points de contexte

Le contexte dans lequel j’évolue aujourd’hui n’a pas fondamentalement évolué depuis 2010 : j’enseigne toujours à peu près la même chose, à moins de 100 kilomètres de là où j’écrivais mes billets de l’époque. Les étudiants auxquels je suis confronté sont principalement des étudiants de Licence, et je vais mettre de côté mon expérience des cours en Master, vu que j’y enseigne surtout des cours de méthodes quantitatives2.

Depuis 2010, j’ai pris un peu de bouteille pédagogique, sans conviction d’être devenu un « meilleur » enseignant par ailleurs. Je n’ai jamais procédé à l’interdiction des ordinateurs—n’ayant ni autorité naturelle, ni la volonté d’en avoir une un jour, je ne me suis jamais cassé les pieds à le faire, et me contente paresseusement de froncer les sourcils devant les cas les plus flagrants d’utilisation non pédagogique de l’ordinateur.

Je n’ai jamais donné beaucoup de cours magistraux en amphi et n’enseigne quasiment plus sous cette forme aujourd’hui. De plus, je ne suis plus confronté aux ordinateurs en première année de Licence, car l’école où j’enseigne proscrit leur utilisation en cours en première année—pour des raisons par ailleurs très proches de celles que je suggérais dans mes billets de 2010.

On pourrait noter d’autres différences par rapport à 2010. Les ordinateurs sont aujourd’hui plus nombreux dans les salles de cours, mais pas seulement les ordinateurs : les tablettes et les téléphones sont devenus populaires à tel point que les étudiants s’en servent comme de leur principal terminal d’accès à Internet et à leurs emails, ce qui a, à mon sens, des effets catastrophiques3.

Je retiens, enfin, une dernière différence : en 2010, je me basais, lors de la rédaction de mes billets, sur un cours magistral que je donnais sans fournir de slides. Aujourd’hui, je ne pratique plus la « lecture » universitaire 100% vocale, et enseigne systématiquement avec un support slides au tableau. Ce qui signifie, concrètement, qu’une partie, mais une partie seulement, de ce que les étudiants doivent noter est déjà au tableau, et leur est fourni immédiatement après au début de chaque séance de cours.

Reprise du débat

Avant de rédiger ce billet, j’ai patiemment parcouru la conversation sur Twitter dont je parlais plus haut, et j’ai également deux billets de blog intéressants de Luc Bentz, qui raconte son cursus de Licence commencé après sa retraite en mettant l’accent sur les méthodes de travail qu’il y observe.

Je dois dire que ma position initiale par rapport à 2010 est largement inchangée sur un point : 9 étudiants sur 10 utilisent très mal leur ordinateur en cours, et je ne suis pas prêt à croire que cette fraction ne s’abaisse significativement entre le début et la fin de la Licence, à moins de prêter des facultés de concentration et d’apprentissage surhumaines aux publics que nous (les enseignants) avons en face de nous.

C’est évidemment sur la supériorité de la prise de notes sur papier que ma position initiale était la plus faible, et le reste. Cette faiblesse n’affectant toutefois en rien l’impératif pédagogique d’apprendre aux étudiants à savoir prendre des notes lorsqu’ils n’ont qu’un stylo et un calepin à disponibilité, je reste sur l’idée qu’il est essentiel pour eux de savoir écrire lisiblement et surtout synthétiquement, et pas seulement en vue de rendre des copies lisibles au moments des partiels.

Mon point de vue actuel s’appuie en priorité sur le « synthétiquement » de la phrase précédente. Très concrètement, j’ai besoin que « mes » étudiants sachent prendre des notes en abrégé, avec toutes sortes de symboles et d’enchaînements non-linéaires qui nécessitent, après le cours, une opération de relecture, une opération de complétion à partir d’un manuel, et enfin, une opération de fichage synthétique4.

Tout cela est faisable sur un ordinateur, mais beaucoup plus difficilement qu’à la main. Oui, il est possible d’arriver à faire tout ça à l’ordinateur plus vite et peut-être mieux qu’à la main ; et l’on peut aussi apprendre à écrire des équations en LaTeX plus vite et peut-être mieux qu’à la main. Sauf que je n’en ai aucune garantie, et que de mon point de vue, la charge de la preuve se situe, par défaut, du côté de l’ordinateur, pas de la main.

Avis aux commentaires

Je rouvre donc aujourd’hui le débat sur ce blog sans avoir fondamentalement changé d’avis, et sans avoir élaboré de politique stricte sur la prise de notes par ordinateur.

Comme je l’insinue plus haut, je pratique sur ce point une sorte de sélection naturelle du moindre effort : très égoïstement, je me contente de sanctionner gentiment les comportements qui m’empêchent moi de travailler, et je laisse les étudiants se démerder pour prendre les meilleures notes possibles, dans l’attente du Jugement Dernier plus connu sous le nom de « partiel de fin de semestre ». C’est auto-centré et paresseux, mais c’est la vérité et j’en suis là.

Ma conviction profonde reste que les étudiants ne gagnent pas grand chose à perdre les multiples leçons de la prise de notes manuelles pour tenter d’acquérir les avantages plus flottants de la prise de notes sur ordinateur. Quand j’étais étudiant, je distribuais sur mon site personnel des transcriptions de cours5 ; mais en parallèle, lorsque je suivais un cours, j’y prenais des notes (ou les photocopiais lorsque je ratais la séance), et me basais là-dessus pour les examens, à grand renfort de fichage pré-partiels.

Je n’ai encore rien lu qui m’incite à changer ma méthode de travail personnelle – je continue à prendre des notes dans mes bouquins de travail ! – ou à juger différemment celles de mes étudiants. Évidemment, je trouverais bien confortable tout argumentaire me permettant de ne rien changer ou presque dans mon laxisme darwiniste, et serais fortement suspicieux de tout argument en faveur du 100% ordinateur en cours.

Je rajoute un dernier élément de débat. Ma mère, qui enseigne dans le secondaire privé, a récemment vu l’arrivée des tablettes (des iPads) dans sa formule pédagogique : on lui a imposé, avec tout un tas d’applications « pédagogiques » à mettre en oeuvre. Les tablettes étaient censées empêcher l’installation d’applications supplémentaires, mais de ce qu’elle m’en a dit, il a fallu moins de 48 heures aux élèves pour contourner l’obstacle et installer des jeux. À présent, elle voit quelques élèves regarder des vidéos sur Youtube au lieu de dormir ou de bavarder.

Je ne sais pas où l’on va, mais on y va, et la prise de notes à l’université n’est qu’un aspect mineur de ce qui est en train de se jouer en termes de littératie, de graphie, d’orthographie etc. Et je ne sais pas si vous avez écouté ou lu du Nicolas Sarkozy ou du Manuel Valls récemment, mais pour celles et ceux qui souhaitent lire dans le présent un cataclysme à venir, il y a des signes annonciateurs tous les jours dans les médias.

  1. Je ne me suis jamais amusé à compter précisément, mais cela doit représenter, depuis 2009-2010, environ 500 heures d’enseignement en science politique en Licence, et environ 500 heures d’enseignement en méthodes quantitatives en Master. []
  2. Ces cours se déroulent quasi-intégralement sur ordinateur, mais c’est plutôt la maturité attendue des étudiants de Master qui me fait les écarter de la réflexion. La prise de notes n’est pas au programme d’un cursus Master, c’est un acquis obligatoire. []
  3. Et pas seulement d’un point de vue orthographique : de très nombreux étudiants ne savent pas « répondre à tous » ou lire des fichiers joints depuis leurs téléphones. []
  4. Fichage qui passe, pour des raisons de mémorisation, par la réécriture des parties importantes, et pas seulement par un append des notes existantes. []
  5. Ce qui m’a valu quelques inimitiés chez les dinosaures et quelques amitiés chez les autres, mais c’est une autre histoire qui ne mérite pas d’être écrite. []