Les normes du “bon gouvernement”, en fiches

Les institutions qui produisent des discours normatifs sur la “bonne économie” ont lu Karl Polanyi et savent qu’il leur faudra aussi produire une théorie du “bon gouvernement”, comme l’ont fait les économistes néoclassiques (ou autres).

En accord avec cette idée, l’OCDE a publié aujourd’hui son document pour la France, dans la série Government at a Glance. Je n’ai pas encore lu le document intégral, mais il y a, en substance, quatre objectifs à cette série : (1) produire des benchmarks de transparence et d’impartialité, (2) fournir un aperçu de la décentralisation des pouvoirs, et surtout (3) établir les grandes catégories de dépenses gouvernementales, et (4) mesurer la pénétration du secteur privé.

Du document, il ressort que la France a des dépenses sociales plus élevées, et un secteur public plus important, que la moyenne OCDE (pour rappel, l’OCDE comprend 30 pays, principalement en Occident, plus quelques pays asiatiques, dont la Corée du sud, et la Turquie). La plupart des résultats sont connus, d’autres sont plus intéressants : la proportion des femmes “aux commandes” dans l’administration est très en-deça de la moyenne OCDE.

Ces documents sont une subtile compilation de données qui recoupent les données scientifiques, mais qui sont aussi symboliquement et normativement chargées (comme la part des “dépenses sociales”, qui ne signifie pas grand chose). Le simple fait de les mentionner crée des inférences à mi-chemin entre la démonstration et le stéréotype : compte tenu des dépenses, par exemple, la France est un pays “très social”.

Le rapport à la moyenne OCDE est, pour sa part, un dispositif de discipline typiquement foucaldien (l’Union européenne y a aussi souvent recours) : les pays acquièrent des “rangs”, qui les confortent dans leurs préjugés sur eux-mêmes, ou qui les incitent à faire mieux en participant à créer du blâme, internalisé ou externalisé, sur leur “position”. Les indicateurs composites du document semblent ainsi dire que la France a un système budgétaire plutôt prévoyant et flexible, mais faiblement évalué, en comparaison aux autres (bonnes) pratiques de la zone OCDE.

Il faudrait étudier le traitement journalistique, et tracer l’influence de ce document chez les élites dirigeantes, pour se faire une idée sur son autorité effective. En attendant, c’est un document assez typique : la Banque mondiale et le Fonds monétaire international font exactement la même chose pour les pays en voie de développement. En Europe, c’est la Commission européenne et ses organes (Eurostat) ou l’OCDE qui se chargent de produire ces normes destinées à guider les dirigeants politiques dans une économie ouverte.

L’intérêt de ces documents pour les chercheurs est double : on peut soit les prendre pour argent comptant (cela arrive souvent : par exemple, les données OECD Health Data ont valeur de standard scientifique), soit en produire une analyse externaliste, comme esquissé ici.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search