Édition spéciale « process-tracing »

Un récent numéro spécial de New Political Economy, que j’ai repéré grâce à une note de bas-de-page de Jean Leca (page 315) au coeur de l’été, est entièrement consacré au process-tracing, que j’avais déjà évoqué une fois en passant :

npe-process-tracing

La revue n’est pas celle où l’on s’attendrait le plus à voir une discussion de la notion de process-tracing, que l’on a plutôt croisée dans des revues comme Comparative Political Studies ou des revues centrées sur les méthodes de recherche, mais New Political Economy présente l’avantage de permettre des “réponses invitées” à ses articles, ce qui fait que le numéro spécial contient aussi une série de textes assez courts commentant les textes plus longs sur lesquels il s’ouvre.

Le process-tracing, c’est un peu le moment passeronnien des méthodes de recherche qualitatives dans le champ des sciences sociales américaines, et en particulier de la science politique, où toute une série de réflexions sur la causalité, la temporalité et la complémentarité des approches “quali-quanti”1 a suivi la publication de “KKV“, l’ouvrage que tous les postgrads ont avalé durant leur formation au research design.

L’utilisation de la notion de process-tracing au sens de “méthode d’identification des mécanismes causaux” est assez ancienne (fin des années 1970, avec des racines en psychologie cognitive), mais sa popularité actuelle s’explique surtout par la publication du manuel de méthodologie des études de cas de George et Bennett, Case Studies and Theory Development in the Social Sciences, paru en 2005, et sur lequel plusieurs chercheurs très lus dans les cercles de recherche qualitatifs/comparatifs, tels que Peter Hall2, David Collier ou Gary Goertz, ont ensuite rebondi, avec la volonté de creuser la notion pour en extraire une armature épistémologique solide, qui puisse faire la démonstration de la nature rigoureuse des outils qualitatifs les plus communément employés (étude de cas, analyse comparée, recherche historique).

Quelques conseils de lecture

On trouve désormais une bonne dizaine de manuels consacrés au process-tracing, dont plusieurs sont cités dans l’article de Jean Leca évoqué en tête de billet3. Pour ma part, si je ne devais recommander qu’un nombre limité de textes sur le process-tracing, je choisirais les textes suivants :

  1. Cet article de Peter Hall, déjà cité, pour un bref aperçu de la notion et des conseils pratiques sur comment s’y mettre,
  2. Ce chapitre de James Caporaso, qui pose les bases générales de la réflexion sur le process-tracing et la division “quali-quanti”,
  3. Cet article de James Mahoney dans le numéro spécial de New Political Economy, qui connecte le process-tracing et la réflexion sur le raisonnement bayésien,
  4. Cet autre article de James Mahoney pour rentrer dans le coeur des enjeux (causalité, explication, logique),
  5. Et l’ouvrage collectif Process Tracing. From Metaphor to Analytic Tool, qui renvoie vers à peu près tout ce qu’on peut lire en supplément.

Cette liste ne mentionne pas les nombreux textes de Derek Beach, Ingo Rohlfing, Tulia Falleti, … qu’il faudrait aussi inclure dans une bibliographie étendue, mais les textes ci-dessus y renvoient régulièrement.

Interlude via Google Ngrams

Ingo Rohlfing a scanné la popularité de l’expression “process-tracing” dans Google Ngram, et sa croissance de popularité semble plus ancienne que ma brève chronologie. Voici son graphique, avec deux repères indiquant la publication de “KKV” (1991) et celle du manuel de George et Bennett (2005) :

pt-1

Le problème, c’est que ce graphique ne tient pas compte du volume variable de publications indexées dans Google Books. Voici un autre graphique qui permet de poser le problème, en comparant “process-tracing” et d’autres expressions beaucoup plus courantes :

pt-2

Si l’on normalise la série “process-tracing” par ces autres séries, le résultat ne dégage pas de chronologie très lisible :

pt-3

pt-4

Je suis très sceptique sur la qualité du corpus de Google Ngram : l’inconclusivité des résultats corrigés ne me surprend donc pas plus que ça.

Le code des graphiques, qui est totalement inintéressant, est quand même en ligne.

Une remarque supplémentaire

Une grande partie des méthodes de recherche que l’on utilise en science politique (je pense par exemple à la grille de lecture néo-institutionnaliste des “3 i” formulée par Yves Surel et Bruno Palier, et initialement basée sur une synthèse Hall et Taylor) sont des théorisations de la pratique, c’est-à-dire des formalisations post hoc d’une esquisse de méthodologie initialement bricolée au moyen du pool d’outils existants. Il en va de même pour la comparaison pair-à-pair ou les champs d’action stratégique.

Le process-tracing n’échappe pas à cette catégorisation, et c’est tant mieux : ce que les déductivistes les moins tolérants aux approches inductives prennent pour une déficience est en réalité une marque d’honnêteté sur la manière dont s’élaborent les méthodes de recherche, dans toutes les domaines non théorématiques des sciences, sociales ou pas.

  1. Les débats sur les mixed-methods et le développement de la fuzzy-set analysis (ou méthodes “set-théoriques“) rentrent dans la même catégorie de réflexion. []
  2. De mon point de vue, on peut recommander toutes les publications de Peter A. Hall, qui sont toujours très riches et souvent méthodologiquement passionnantes. []
  3. Voir aussi le workshop de Derek Beach et Ingo Rohlfing aux ECPR Joint Sessions d’Antwerp en 2012. []