Les Presses universitaires du Septentrion à livres ouverts (et une digression ministérielle)

Les Presses universitaires du Septentrion sont désormais présentes sur OpenEdition Books, la plateforme de livres en sciences humaines et sociales du Centre pour l’édition électronique ouverte. Vous aurez noté qu’il s’agit du même centre qui héberge la communauté de blogueurs Hypothèses, et donc ce blog parmi beaucoup d’autres.

Concrètement, le passage au numérique signifie qu’accéder à un bouquin de ces presses ressemble désormais à ça :

septentrion-openedition

L’accès au texte intégral des ouvrages est libre et universel, et la plus-value du numérique vient des outils de recherche et d’archivage de l’édition papier ne peut offrir que de manière plus limitée1.

Les ouvrages disponibles sur OpenEdition Books ne sont pas nécessairement tous en accès libre (qui signifie ici “gratuit”) : ceux de la collection Res Publica des Presses Universitaires de Rennes, par exemple, sont accessibles uniquement sur abonnement. Voici le texte de la notice explicative que l’on trouve en haut des textes :

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l’ont acquis dans le cadre de l’offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Le développement de ce type d’offre est l’un des enjeux les plus importants de l’édition scientifique, et par extension, de l’économie contemporaine des biens culturels.

Tiens, d’ailleurs, peut-être le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche aurait-il quelque chose à en dire ? Voyons voir :

mesr-1

Ah, mais ça a l’air très bien ça ! Bon, une demi-journée, c’est peu, mais l’agenda est chargé. Voyons sur quoi les heureux participants ont bossé :

mesr-2

Euh… d’accord, mais ça fait beaucoup de connecteurs plus ou moins logiques pour assez peu de contenu. Ce qui me conduit à me demander si, dès lors, les demandes, et spécifiquement les demandes sensibles, progressent à la vitesse du dialogue devant améliorer les bilans prospectifs dont doivent bénéficier les décideurs publics.

Vous ne voyez pas où je veux en venir ? La suite devrait vous éclairer :

mesr-3

Bon, vous avez compris, là ? Non ? Je vous aide :

mesr-pipeau

Plus sérieusement, la lecture de la langue de bois est intéressante quand on sait y lire ce qui s’y cache dans le filigrane, ou y voir ce qui ne s’y trouve pas. Et je pensais, de façon très orgueilleuse, que mes quelques années d’entraînement dans ce domaine m’aideraient à décrypter le filigrane de la réflexion ministérialisée.

Amère déception : je n’ai vraiment pas trouvé grand chose, et le “dossier de presse”, du haut de ses six pages (couverture incluse), est à peine plus informatif. Heureusement, en ce qui concerne l’édition numérique, la mesure pertinente annonce du lourd :

mesr-cp

Du lourd, je vous dis.

Bon, peut-être en saura-t-on plus sur ce que l’on pourrait imaginer pour l’édition numérique à l’issue de la mission de l’Inspection générale des bibliothèques… Rendez-vous plus tard cette année (si tout se passe bien).

En attendant, il y a OpenEdition Books.

  1. Si vous avez déjà râlé contre un index thématique incomplet, passé une demi-journée à vous esquinter les yeux devant une photocopieuse, ou trimballé des cartons de bouquins d’une ville à l’autre, vous voyez très bien de quoi je parle. []

2 réflexions au sujet de « Les Presses universitaires du Septentrion à livres ouverts (et une digression ministérielle) »

  1. Il faut savoir qu’il y avait d’une part les mesures annoncées par le secrétaire d’Etat et que vous présentez dans ce billet et qui avaient été préparées en amont, et d’autre part les « groupes de travail » qui se sont réunis le matin et dont les conclusions n’ont pas encore été rendue publiques, en tout cas pas aux participants dont j’étais (je ne sais pas si elles sont destinées à l’être).
    On peut ironiser sur le décalage entre les intentions et les contingences réelles, mais je ne pense pas qu’il soit négligeable qu’un ministère affiche ces priorités là. J’ai connu d’autres ministères qui estimaient que les SHS ce n’était pas vraiment de la recherche et ça ne simplifiait pas particulièrement nos affaires…

    • Merci pour votre commentaire. Vous avez raison quand vous soulignez que la situation a été pire à d’autres époques, mais les choses me semblent un petit peu plus complexes que ça lorsque l’on rajoute la variable budgétaire dans l’équation. Du temps, par exemple, du Conseil pour le Développement des Humanités et des Sciences Sociales, une partie de l’exécutif affichait clairement son mépris pour les “SHS”, mais (1) c’est toujours le cas, au moins à Matignon, et (2) sous le mépris, il y avait des budgets et donc des marges de manoeuvre réelles.

      Les bonnes intentions à budget constant, alors même que circulent sur les listes de diffusion universitaires des “appels à vacataires” qui montrent qu’il manque au moins 2 à 3 MCF par formation L/M en SHS dans toutes les universités françaises, sont certes bonnes à prendre, mais tant que l’on ne modifie pas la variable budgétaire, l’ironie me semble justifiée. Les SHS ont été courtisées sous plein de ministères, (rappelons-nous du rapport Godelier), mais (re)financées sous beaucoup moins de ministères que ça.

      P.S. Votre site Internet universitaire est très classe !

Les commentaires sont fermés.