Suicides chez France Telecom, deuxième passage

Je fais suite ici à la pas-si-brève note que j’ai rédigée, partiellement sous le coup de l’émotion, à propos des suicides à France Télécom. Un blogueur, venu d’un autre blog où j’ai mentionné la note (et où deux autres réactions ont été publiée peu après), a pris le soin de critiquer ma note dans le détail.

Le dernier commentaire indique trois limites possibles à ma note : on peut contester les motifs de la réduction des effectifs à France Télécom, le taux de suicide à établir pour les années 2008-2009, et la correction des biais dans les chiffres servant à établir à la fois la tendance des taux, et leur comparaison avec ceux de la population générale. Stéphane, qui blogue sur Éconoclaste (le blog mentionné ci-dessus), pense que les données ne permettent d’établir ni la tendance, ni de soutenir la comparaison ; ma note propose une observation (tendance à la hausse, inverse à celle de la population générale, et taux supérieur sur les années observées), et son critique propose d’établir l’observation inverse.

Pour être entièrement honnête, Stéphane est celui qui a, de loin, le plus raison : les données ne sont pas assez solides. Le comportement des élites dirigeantes de France Telecom est inacceptable (les propos initiaux l’étaient, et les excuses elles-mêmes ont tardé), et les effets négatifs du travail sur la santé sont une réalité objective, étudiée dans plusieurs travaux de sciences sociales, d’épidémiologie et de santé publique ; mais même si la question des taux de suicide, de leur tendance et de leur évolution est une question intéressante, posée par de nombreux observateurs, il n’y a aucune certitude possible à partir des données dont on dispose.

En l’absence de données fiables, mon raisonnement doit s’arrêter au plausible, et je persiste à croire (la croyance n’étant pas une preuve mais un élément de départ du raisonnement scientifique) que ma position est la plus plausible, et que la position inverse est la moins plausible. Les réductions d’effectifs de France Telecom ne sont pas de simples départs à la retraite non remplacés, comme peut le laisser penser le window-dressing de la direction du groupe, mais une destruction calculée de la main d’œuvre, ce que les témoignages d’employés confirment. C’est ce qu’on appelle de l’anecdotal evidence : ça n’a pas valeur de démonstration, mais c’est un point de départ. Il y a aussi les chiffres : 50 000 employés en moins d’une décennie, soit un tiers de la main d’œuvre, ça ne se laisse pas appréhender comme une réduction simplement mécanique dû à l’âge des effectifs. Mais il faut une donnée précise sur l’âge des employés, que je n’ai pas.

Cette donnée permettrait de mieux contrôler la suite des estimations, ce qui reste à faire. Est-ce que l’on trouverait une tendance à la hausse ? Je crois que oui. Les chiffres 2008-2009 ne sont, malheureusement, pas arrêtés, comme le montre le suicide survenu après la rédaction de ma note. En conséquence, le taux de 23/100 000 donné dans ma note ne peut pas être corrigé avec exactitude : utiliser une moyenne sur deux ans efface le risque de suicide sur les mois qui arrivent, et efface la différence entre les suicides de 2008 et ceux de 2009. Il faudrait, pour faire les choses bien, observer précisément la répartition des suicides dans l’année, ce qui reste également à faire, malgré l’aspect assez macabre que prendra alors toute démonstration réellement contrôlée.

À partir de cette démonstration, est-ce que l’on trouverait un taux plus élevé que dans un échantillon identique tiré de la population générale ? Je crois aussi que oui. Même en corrigeant brutalement, comme dans le dernier commentaire apporté à ma note, on persiste à trouver un taux supérieur à France Telecom en 2000 ; celui de 2002 semble en revanche proche de la population générale ; et celui proposé pour 2009 est inférieur, ce qui serait aberrant, à moins de supposer, contre toutes les données dont on dispose sur la santé au travail, qu’il est bénéfique d’appartenir à un environnement professionnel où le stress a augmenté sous des pressions liées à la gestion des effectifs et de la performance.

En deuxième passage, je dois donc retirer le côté assertif de ma note, mais si j’en conserve l’intuition première, à titre d’hypothèse plus plausible que les autres. Il faut se contenter de ces éléments, jusqu’à ce qu’un travail sérieux et documenté puisse établir une observation fiable. Hélas, il n’y a aucune certitude que ce travail soit un jour effectué, ni à l’intérieur de France Telecom (pour rappel, tout ceci est une mode sans gravité pour la direction du groupe), ni à l’extérieur. Stéphane, toujours, a raison de rappeler que le travail d’une commission d’enquête peut être vain, si l’on en juge par l’absence d’améliorations concrètes qui caractérise souvent ce style de réponse à un problème devenu public. Mais la valeur symbolique d’une commission est non négligeable, et ce serait une première forme de justice morale faite aux victimes des pressions du travail. Si une commission peut aussi exiger que l’on construise des données solides pour traiter du problème en toute connaissance de cause, ce serait une deuxième victoire morale, celle des données sur les spéculations, et surtout celle des résultats sur les interprétations données à la presse des dirigeants du groupe France Telecom.

Mise à jour, octobre 2009 : plus de chiffres, moins de certitude. Maintenant que j’ai passé suffisamment de temps à identifier les biais, je me rends compte à quel point on est loin, très loin d’arriver à des statistiques comparables. À moins de comparer avec… un autre grand groupe industriel de population comparable.

Mise à jour, juin 2010 : ce dossier est toujours d’actualité, et les nouveaux chiffres montrent une augmentation des cas de suicide.


10 réflexions sur « Suicides chez France Telecom, deuxième passage »

  1. Ping : Twitted by buboscd

  2. Ping : Twitted by FrenchTopBlogs

  3. D’accord avec ce que tu écris. Je “crois” (dans le même sens que toi) aussi qu’il est plus pertinent de poser comme hypothèse qu’il y a un problème chez FT. Et donc que développer des ressources (via une commission quelconque ou simplement des travaux académiques) pour en savoir plus est une excellente idée.
    Je suppose que c’est d’ailleurs dans l’intérêt de FT, car on verrait sûrement qu’ils ne sont pas le vilain petit canard qu’on veut bien en faire. Objectivement, il n’y a aucune raison pour que ce soit le cas.

  4. En fait, au delà de la surmorbidité éventuelle par suicide au sein du groupe des employés de France-Télécom, beaucoup d’indices avaient déjà filtré dans la presse d’information générale les années précédentes sur le désarroi d’une grande partie des salariés. Je n’ai pas collectionné les articles racontant la descente aux enfers du personnel, mais cette affaire des suicides n’est que l’aboutissement d’un long processus de mise sur agenda public des pratiques de restructuration de l’ancien monopole public.

    Sur la commission d’enquête, il faut souligner le paradoxe : France-Télécom, par héritage institutionnel, se trouve être l’une des rares entreprises françaises qui fait, par ailleurs, de la recherche en sciences sociales. Le cas devient aussi exemplaire de la coupure entre ces chercheurs en interne et les dirigeants actuels de l’entreprise.

  5. Juste pour aller dans le sens du commentaire ci-dessus, un lien vers la presse qui évoque un lien entre les pratiques gestionnaires et la santé au travail des employés de France Télécom. Mais ça ne me suffit pas : je veux voir si cela cause des taux de surmortalité évitable. Est-ce que la gestion de France Télécom (dont une élite dirigeante vient de se faire remercier) est assimilable à un agent pathogène ? Je pense que oui, mais la preuve reste à administrer.

  6. J’ajoute une pièce au dossier : ce papier du Monde. Malheureusement, on n’a guère de détails, notamment sur les éventuels variables de contrôle autres que l’âge prises en compte. De plus, on appréciera le vocabulaire mobilisé par le monsieur…

  7. Son vocabulaire présente tous les traits d’un certain discours très présent au 19e siècle dans les classes réactionnaires qui s’opposaient aux révoltes ouvrières : “le corps social qui délire”, c’est La psychologie des foules presque dans le texte…

    Comme tu dis, il y a plein de variables totalement ignorées dans sa “comparaison” des taux, encore plus que dans la mienne qui était déjà trop peu étayée pour être jugée valide. Par exemple, la proportion de cadres-managers-ingénieurs-hauts-diplômés chez FT dépasse probablement celle de la population générale : il faudrait recréer un groupe-contrôle approprié, un autre groupe industriel par exemple.

    Ensuite, qu’un statisticien ne prenne pas en compte les dimensions écologiques (concentration des suicides sur certains sites, apparemment, et dans des sections R&D, ce qui est étrange a priori) et sociologiques (le fameux “effet de mode” du PDG) du phénomène ne m’étonnent pas : dès que ça dépasse le tri à plat et les redressements approximatifs (dans le cas présent), on n’a pas grand chose à lire.

    Il y a une seule idée intéressante : la création de l’observatoire aurait révélé une partie du phénomène et donc amplifié artificiellement les chiffres (c’est l’argument de la psychose socialement construite dans son discours). Si l’observation crée effectivement ce genre d’effets (et d’autres), c’est curieux de voir un statisticien, lui-même au centre d’un dispositif de réification statistique, sortir l’argument latourien dans sa forme dure (les germes n’existent que lorsque Pasteur les scrute sous le microscope).

  8. Ping : Psychanalyse du suicide quotidien

  9. Les derniers commentaires ont été supprimés. Essayer de refiler des plagiats à un enseignant, c’est pas malin.

  10. Les français souffrent et sont stressés au travail.Heureusement,la cause de cette souffrance va bientôt disparaître car les délocalisations vont régler le problème…
    Mais il paraît que le chômage est également stressant pour ceux qui en sont victimes. Alors,quelle est la solution ?
    Peut-être augmenter la durée du travail et réduire les congés car je n’ai pas le souvenir que nous étions stressés et fatigués lorsque nous travaillions 48 heures par semaines avec 3 semaines de congés annuels…

Les commentaires sont fermés.