Nouvelle acquisition de capital culturel

Je profite de mon cours dans un grand établissement parisien pour découvrir le capital culturel de la future noblesse d’État : même lorsque l’on y est préparé, c’est toujours très impressionnant1. Dans ma classe de vingt-deux élèves, j’ai (au moins) deux félicitations au baccalauréat parmi les neuf élèves français2 ; tous ont un baccalauréat scientifique ; et leur capital linguistique brut suffirait à lui seul à les placer dans une fraction extrêmement réduite, située au sommet de l’ordre scolaire.

Notez, de surcroît, le phénomène de reproduction presque parfait : dans ma classe de lycée, il y avait, de mémoire, au moins deux élèves avec les félicitations ; j’étais également en cursus scientifique ; et le capital linguistique d’un lycée international – neuf en France à ce niveau – est nécessairement très élevé. J’ai un peu travaillé après mon lycée pour me retrouver dans ma situation actuelle, mais finalement pas tant que ça : je n’ai pas vraiment modifié ma position sociale, élitaire dès le départ3.

En discutant, j’apprends que le taux de boursiers a fortement augmenté dans cet établissement, ce qui est perçu comme un indicateur de démocratisation de l’accès à cet établissement. J’étais aussi intuitivement enclin à le croire. Quelques heures plus tard, en lisant Pierre Maura, j’ai découvert le tout nouveau blog de Camille Peugny4, qui est le réel sujet de cette note, et sa note sur la démocratisation des classes préparatoires. À lire pour mieux comprendre comment, et dans quelles proportions, se démocratise l’accès au capital culturel en France.

À signaler aussi, le deuxième blog d’Alain Lipietz, qui se promet un peu plus “économiste” premier (mais tout aussi engagé, et c’est très bien). Ça me fait d’autant plus plaisir que j’avais réveillé son passé d’économiste régulationniste en 2005 (time flies!), au moment du referendum sur le traité constitutionnel européen.

Triple avertissement : j’ai veillé à laisser un flou relatif sur mon lieu d’enseignement, et un flou absolu sur l’identité de mes (très chouettes) élèves. Les commentaires devront préserver ce double flou. J’ai aussi veillé à désarmer toute critique anti-élitiste, qui serait injuste et incompréhensible à ce niveau d’observation (voir ma première note). Au niveau d’une société, toutefois, le dernier numéro de Philosophie Magazine m’a conforté dans mes penchants égalitaristes : même si je tiens compte de l’argumentaire resserré mais très complet de Jean-François Mattéi dans ce numéro, les sociétés contemporaines présentent des niveaux d’inégalités qui me paraissent suffisamment élevés pour justifier des opinions radicalement égalitaristes.

  1. Note à ceux qui extrapoleraient à partir d’un usage contrôlé de la terminologie bourdieusienne, j’ai bien écrit “impressionnant” et pas “choquant”. C’est un choix conscient de la société française s’inflige à elle-même depuis les écoles napoléoniennes. Personnellement, je suis plutôt tendance “Marc Bloch 1943” : je vous laisse le soin de retrouver les textes, c’est un jeu de piste amusant sur Google. []
  2. En 2007, la mention “très bien” ne concerne que 6% des effectifs du baccalauréat général, mais plus de quatre étudiants sur cinq dans l’établissement ; je vous laisse imaginer l’écart éducatif entre mes neuf élèves et leur classe d’âge, sachant que le baccalauréat général ne concerne que 30% d’une classe d’âge. []
  3. La seule distinction supplémentaire que j’ai acquise depuis mon lycée semble se rapporter à la localisation géographique : d’un environnement d’élites provinciales, je suis passé aux élites parisiennes. C’est tout sauf fortuit. L’arrière-goût balzaco-rastignien est très prononcé. Est-ce que Bel-Ami est parisien depuis le début du récit ? []
  4. Camille Peugny a été formé à l’OSC et a récemment rejoint les sociologues de Paris 8—bravo aux deux parties, c’est un très chouette recrutement ! Disclaimer trivial : j’ai des amis à l’OSC et à Paris 8. []

2 réponses sur « Nouvelle acquisition de capital culturel »

Les commentaires sont fermés.