Deux cas de grippe porcine chez France Télécom

Cardon, dans le “Canard enchaîné” du 16 septembre 2009 On pouvait, à la rigueur, laisser le bénéfice du doute aux propos du PDG de France Télécom, Didier Lombard (Polytechnique/ENST) sur la “mode” du suicide, dans son entreprise. Les propos d’Olivier Barberot, diplômé de l’École des Mines, DRH dans la même structure, laissent toutefois peu de place à l’erreur :

C’est pas dramatique, j’ai vu pire que ça. Le nombre de suicides n’augmente pas : il y en a eu 28 en 2000 et 29 en 2002. (Le canard enchaîné, 16 septembre 2009, qui rappelle : 23 suicides dans les derniers 18 mois chez France Télécom).

Olivier Barberot omet de préciser que, dans les années 2000-2002, les effectifs de France Télécom étaient nettement supérieurs aux effectifs actuels, le groupe ayant réduit ses “sureffectifs” d’environ 40 000 employés entre 2002 et 20081. L’entrée Wikipedia de France Télécom ne contient pas de données précises, alors il faut se rabattre sur les rapports annuels :

  • ETP France, 2000 : 148 846
  • ETP France, 2002 : 141 061
  • ETP France, 2008 : env. 100 0002

Rapporté au nombre de suicide, voici le taux de suicide à France Télécom et celui de la population générale sur ces mêmes années. Les statistiques que j’utilise ne permettent que de révéler la tendance : à la hausse chez France Télécom, à la baisse dans la population générale.

  • 2000 – FT : 18,8 ; GEN : 18,4
  • 2002 – FT : 20,5 ; GEN : 17,8
  • 2008-2009 : FT : env. 23 ; GEN (2006) : 17,13

À la louche, le risque de suicide pour un employé de France Télécom est actuellement d’environ un tiers plus élevé (1.35) que pour le reste de la population française4. Les inégalités de santé ne sont pas un phénomène nouveau : voici un exemple dans une grande entreprise française. Un seul organe de presse s’est-il donné la peine de faire sortir cette tendance ?

Ce serait peut-être le moment pour les associations professionnelles des sciences sociales (on pense immédiatement à l’AFS ou à l’ASES) de faire parvenir à ces deux managers, en colis avec accusé de réception, un classique des sciences sociales, annoté d’un lien vers le site Internet du Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès (CépiDc, Inserm)5.

Disclaimer : il n’est pas avéré des deux personnes citées qu’elles soient malades de la grippe porcine. Mais l’on peut au moins faire l’hypothèse que leur lecture hallucinée (pour ne pas dire plus) du phénomène qui touche leur organisation, une “mode” peu “dramatique” et sans gravité apparente, puisqu’il y a eu “pire”, est attribuable à une conjonctivite ou quelque chose d’autre les empêchant de regarder la réalité en face.



Citer ce billet
François (2009, 21 septembre). Deux cas de grippe porcine chez France Télécom. Polit’bistro. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/syko

  1. Le rythme des suppressions semble stable dans cette période. []
  2. ETP : équivalents temps plein. Étonnamment (ou pas), le nombre d’employés ne fait pas partie des “key figures” mentionnées dans les documents à destination des actionnaires. Le rapport annuel 2008 ne contient plus le chiffre des effectifs, il faut se fier à un quotidien suisse et à l’AFP. En 2007, le groupe comptait environ 108 223 employés en France, et avait annoncé des réductions d’environ 17 000 postes ; 100 000 est une estimation de l’ordre du raisonnable. []
  3. Taux pour 100 000. Il faudrait contrôler la répartition hommes/femmes dans les deux séries pour obtenir une approximation plus fiable, si l’on veut contrôler le “suremploi” des hommes chez France Télécom ; ceci dit, ce biais est probablement annulé par le fait que France Télécom n’emploie pas les classes d’âge qui se suicident le plus, et que l’on utilise le taux de 2006 pour la population générale alors que la tendance est clairement à la baisse (Le Monde rapporte un taux de 16,2 en 2008), sauf chez les très âgés. Voici les taux dans la population masculine : 27,9 (2000), 26,6 (2002), 25,6 (2006). []
  4. J’ai tenté de corriger plusieurs biais pour faire baisser l’écart avec des hypothèses ultra-conservatrices, mais je n’arrive jamais à un chiffre inférieur à la population générale chez France Télécom, sauf en “estimant” 30 suicides sur deux ans chez France Télécom et aucun contrôle sur la population générale (auquel cas on arrive à des taux proches chez les employés FT et chez les femmes dans la population générale ; c’est clairement aberrant). Mais allez-y, essayez. []
  5. Les informations citées proviennent toutes du site Internet de France Télécom. Les liens ont été fournis lorsqu’il s’agit de documents datés. Les taux de suicide dans la population générale sont fournis par l’Inserm (lien cité). []

5 réponses sur « Deux cas de grippe porcine chez France Télécom »

  1. 3 points rapides :

    1) Les effectifs de FT ont relativement peu évolué sur les 3 dernières années (2006-2008) passant de 111,000 à 104,000 en France (source). Si elle a eu lieu, la période des grands dégraissages est loin derrière nous.

    2) À ma connaissance, les 24 suicides recensés couvrent 19 mois et non un an. Le taux actuel de suicides chez FT n’est donc pas de 23/100000 mais plutôt de 15/100000, ce qui change assez drastiquement la perspective.

    3) Les hommes se suicident 3 fois plus que les femmes et ils représentent 64% de l’effectif de FT. Vous ne pouvez pas rejeter cela d’un revers de la main en invoquant un effet âge. L’âge moyen des personnels de FT en France est de 45 ans, c’est élevé. Le taux de suicide à 45 ans est proche de la moyenne, un effet âge ne peut donc pas compenser un effet sexe.

    Au total, les stats rapidement glanées tendent plutôt à établir la position opposée à celle que vous soutenez. Les suicides chez FT sont plutôt en baisse et plutôt en dessous de la moyenne nationales.

  2. Vos points sont à peu près corrects, mais la conclusion ne suit pas ses prémisses.

    1) La distribution des licenciements sur les deux dernières années est plus lente que les années précédentes. C’est la seule partie de votre propos qui est compréhensible : je ne comprends pas votre “si elle a eu lieu”, et surtout, je ne comprends pas comment vous en faites une variable explicative, si c’est ce que vous essayez de faire.

    2) Je n’ai pas pris en compte le dernier suicide, relisez ma note. Cependant, ce dernier suicide indique que le phénomène en cours n’est pas terminé (il est censuré à droite, comme on dit). Vous aurez vu dans ma note 4 que j’ai tenté une distribution régulière des suicides sur deux ans, mais c’est un calcul aveugle. Apportez-moi la chronologie des suicides, que l’on exclue les six premiers mois ; on verra à partir de là.

    3) J’ai déjà parlé des biais dûs à un contrôle incomplet sur la population de FT, mais vous vous trompez complètement dans votre correction : on continue à obtenir des taux supérieurs chez FT. On regarde les taux de la population générale si elle était distribuée comme celle de FT : en 2002, on a 0.64*22.1 (hommes) + 0.36*7.6 (femmes) = 16.88/100 000, soit 2 points de plus que la population générale effective en 2002. On est encore en dessous de 20/100 000 (2002), ou même du chiffre de 2000 alors que la tendance générale est à la baisse d’une année sur l’autre sur les vingt dernières années.

    On peut rajouter que votre conclusion est surprenante même sans lire la discussion qui la précède. Objection 1 : si le taux de suicide à FT était inférieur à celui de la population générale, alors il faudrait présumer un effet de distribution sociale et supposer que FT emploie plus de cols blancs et moins de cols bleus que la population générale, par exemple. Je ne suis pas sûr de vouloir poser cette hypothèse an arrière-plan : vu le personnel de FT, je retiens plutôt celle d’un taux légèrement supérieur. Objection 2 : si le taux de FT est en baisse, baisse-t-il aussi rapidement que celui de la population générale ? Même hypothèse sur la distribution sociale des employés.

    Il y a des biais à retirer mais aussi des données en plus à amener de ce que l’on sait des inégalités de mortalité prématurée. Votre raisonnement est correct presque tout du long mais je reste convaincu que mes calculs indiquent une tendance plus réaliste que la votre.

  3. 1. C’est vous qui mentionnez les 40000 sureffectifs de FT. Je dis “si elle a eu lieu” parce que les rapports annuels de FT expliquent l’essentiel des réductions d’effectifs par ces cessions de filiales et des départs à la retraite. Mais peut être font-ils du window dressing.

    2. Mon point essentiel est que, les 23 (ou 24) suicides s’étant réparti sur 18 (ou 19) mois, il faut intégrer un facteur 18/12 (ou 19/12) pour comparer à un taux de suicide annuel. Je pense que votre erreur est là. Vous trouvez un taux de 23/100000 en 2008-2009 alors que le taux réel est plus près de 15.

    3. Ainsi corrigée, la série pour FT devient 2000=18.8 ; 2002=20.5 ; 2009=15.0

    Pas du tout la même histoire.

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search