Twitter permet-il de reconstituer l’espace partisan français ?

Note #1 : ce billet a été mis à jour pour refléter les données que nous avons produites avec Ewen. Voir cet autre billet pour les premiers résultats du modèle cité en fin de texte (les résultats finaux ne seront pas disponibles avant plusieurs mois, vu la lenteur de l’estimation ; je n’ai réactualisé ces deux billets qu’avec des résultats intermédiaires).

Note #2 : et pour augmenter ce réseau d’une centaine de points supplémentaires, il suffit de rajouter les données de Regards Citoyens, basées sur les listes de comptes Twitter publiées par les deux chambres parlementaires. Le réseau qui en ressort est très, très similaire à celui présenté ci-dessous.

Tout comme le dernier billet en date, une bonne partie des billets de ce blog porte sur les réseaux législatifs, où j’utilise les cosignatures de propositions de loi pour faire émerger un espace politique à deux dimensions. Dans cet espace, les parlementaires s’agrègent (se rapprochent ou s’éloignent) en fonction de différentes affinités, au premier rang desquelles l’affiliation partisane.

Peut-on retrouver cet espace partisan à partir de données complètement différentes ? Pablo Barberá s’est posé la question en partant de Twitter : si l’on regarde qui suit qui sur Twitter, est-ce que les connexions créées par les “followers” permettent de reconstituer l’espace partisan de la même manière que, par exemple, les votes ou les cosignatures ?

De quoi parle-t-on au juste ?

Quand on dispose des votes des parlementaires, on peut établir le degré de similarité de ces votes d’un parlementaire à l’autre. Quand il y a deux partis en compétition, comme aux États-Unis, les parlementaires qui votent le plus souvent avec leur parti se retrouvent à chaque extrémité du spectre (que l’on va qualifier de spectre “idéologique”), et ceux qui votent parfois avec le parti adverse se retrouvent au centre.

Toujours aux États-Unis, ce genre d’analyse peut donner un truc comme ça (via), quand on se donne deux dimensions principales pour représenter l’espace partisan à partir des votes des parlementaires :

On appelle ça des “estimations de positions idéales” (estimated ideal points). Faîtes un tour sur quelques blogs américains, et vous allez trouver plein d’exemples de ces calculs. Si vous avez le temps de lire quelques articles, cherchez les articles les plus cités de Simon Jackman. Et si tout cela vous rappelle vos cours de Master sur Anthony Downs, ça tombe bien, parce que c’est à peu près ça.

… Et le rapport avec Twitter ?

Une bonne partie de la classe politique (aux États-Unis, en France, ailleurs) est sur Twitter. Un compte Twitter peut avoir des “amis”, sélectionnés par le titulaire du compte, mais aussi des “followers”, sur lesquels le titulaire du compte n’a pas de contrôle. L’hypothèse de base : les “followers” sont plus enclins à suivre les comptes Twitter des hommes politiques qu’ils apprécient que l’inverse1.

Prenons désormais tous les “followers” de toute la classe politique française. Certains d’entre eux vont suivre un ou plusieurs comptes Twitter d’hommes politiques de gauche : Hollande, Valls, quelques députés PS, etc. D’autres vont suivre les députés UDI / MODEM, et/ou Nicolas Sarkozy. D’autres, Marine Le Pen et les eurodéputés FN. Et ainsi de suite. Et d’autres vont faire des mélanges.

Vous avez compris le principe : les “followers” peuvent être compris comme une forme de signal politique. Les “followers” de Dominique Voynet, par exemple, sont plutôt susceptibles d’être aussi les “followers” d’autres personnalités politiques EELV, ou de la “gauche plurielle” (PS, PRG, PCF) ; en revanche, ils sont peu susceptibles de faire partie des “followers” de Jean-Marie Le Pen ou d’Éric Ciotti.

Est-ce que ce qu’on peut tirer des positions idéales de ces similarités et contrastes entre “followers” sur Twitter ? Pablo Barberá montre que, pour les États-Unis et pour plusieurs pays européens, la réponse est oui. Voici par exemple, pour les États-Unis, la corrélation entre les positions idéales estimées à partir des votes (scores DW-NOMINATE, axe vertical) et celles estimées à partir des “followers” sur Twitter :

barbera

Plutôt encourageant, non ? Allez lire le reste du papier, c’est vraiment très bien fichu, et même si les résultats pour les pays européens sont un peu plus bordéliques, contexte multi-partisan oblige, ils sont quand même très pertinents.

… Et ça marche pour la France ?

Pablo Barberá n’a pas traité la France, mais on peut supposer que cela va marcher au moins aussi bien que pour les pays européens. C’est une hypothèse que l’on peut facilement mettre à l’épreuve des faits. Pour ça, il nous faut :

  • une liste des comptes Twitter de plein de personnalités politiques françaises (députés, maires, conseillers locaux…) : ça tombe bien, le site Élus 2.0 de la société Idéose en liste 800 ;
  • une manière de récupérer leurs “followers” : ça tombe bien, Pablo Barberá a publié le code pour aller taper dans l’API REST de Twitter via R ;
  • et enfin, un ou plusieurs comptes Twitter personnels, pour pouvoir récupérer toutes les données en quelques jours : et ça tombe bien, j’ai les droits nécessaires sur deux comptes, @phnk et @politbistro.

Bilan : après quelques adaptations du code de Barberá et trois jours de requêtes dans l’API, on obtient la liste des “followers” de 795 1 008 comptes Twitter d’élus, dont “l’audience Twitter” est de 3 115 538 3.16 million de “followers” différents2.

Quels sont les élus dont les comptes Twitter sont les plus suivis ? La tête du peloton n’est pas très surprenante :

> select(d, twitter, followers)
Source: local data frame [1,008 x 2]

          twitter followers
1       fhollande    949862
2  nicolassarkozy    719424
3    mlp_officiel    554177
4     jlmelenchon    424239
5            nk_m    389409
6    anne_hidalgo    338536
7         najatvb    332141
8          bayrou    279149
9      montebourg    275652
10   cecileduflot    274962
..            ...       ...

Il va désormais falloir nettoyer un peu ces listes, pour ne retenir que les “followers” les plus informatifs, au sens bayésien du terme : ceux qui produisent l’information de meilleure qualité sur l’espace latent que l’on cherche à identifie. Dans son papier, Barberá utilise plusieurs critères à cet effet :

barbera-subset1

barbera-subset2

Au stade purement exploratoire, on ne va appliquer que le critère n°5, en ne retenant pour la suite que les “followers” qui suivent au moins quatre comptes Twitter d’élus. Ce seuil légèrement plus élevé que celui de Barberá correspond au nombre moyen de comptes Twitter d’élus suivis par l’ensemble des “followers”. Ce critère nous donne 694 846 environ 725 000 “followers informatifs”3.

… Et en images, ça donne quoi ?

Voyons désormais ce que les données produisent comme espace partisan, en exploitant leur nature relationnelle. Construisons une énorme matrice d’adjacence, de dimension 795 x 694 846 1 008 x 725 390, avec les élus en lignes et leurs “followers informatifs” en colonne, puis convertissons cette matrice en une edge list de cette forme :

> head(e)
              i            j  n
1 _davidlefevre    a_leboeuf  7
2 _davidlefevre   a_suguenot 10
3 _davidlefevre    abachelay 57
4 _davidlefevre adefressenel 55
5 _davidlefevre    adegermay 17
6 _davidlefevre adelinehazan  8

Indication de lecture : 7 des “followers informatifs” du compte Twitter @_davidlefevre (élu local MODEM) suivent également le compte Twitter @a_leboeuf (député UMP). La matrice d’adjacence est asymmétrique, et la liste est donc dirigée : le nombre de “followers informatifs” du compte Twitter @a_leboeuf qui suivent aussi le compte Twitter @_davidlefevre est potentiellement différent.

Normalisons, pour terminer, le nombre de “followers informatifs” partagés par deux comptes Twitter d’élus. Il se trouve que le compte Twitter @_davidlefevre est suivi par 476 “followers informatifs” : or, seulement 7 d’entre eux suivent aussi le compte Twitter @a_leboeuf. Cette fraction nous donne, pour chaque paire (dyade) dirigée de comptes Twitter d’élus, la propensité à partager des “followers informatifs”, qui sera nécessairement comprise entre 0 et 14 :

> head(e)
              i            j  n          w
1 _davidlefevre    a_leboeuf  7 0.01470588
2 _davidlefevre   a_suguenot 10 0.02100840
3 _davidlefevre    abachelay 57 0.11974790
4 _davidlefevre adefressenel 55 0.11554622
5 _davidlefevre    adegermay 17 0.03571429
6 _davidlefevre adelinehazan  8 0.01680672

Indication de lecture : environ 1.4% des “followers informatifs” du compte Twitter @_davidlefevre suivent également le compte Twitter @a_leboeuf. Cette propensité permet de repérer des affinités très fortes : par exemple, parmi les comptes Twitter d’élus du Front National, plus de 90% des “followers informatifs” des comptes Twitter @mcaucouturier, @mireilledornano et @steevebriois suivent aussi @mlp_officiel.

Cette liste peut être représentée sous forme de réseau, en filtrant la liste des liens d’intensité située au-delà d’un seuil arbitraire. Lorsque l’on visualise le réseau des liens d’intensité 0.5, par exemple, il suffit que deux élus partagent plus de 50% de “followers informatifs” pour être connectés, ce qui crée un réseau assez dense où plusieurs formations partisanes sont proches les unes des autres :

network_0.5_paper

La méthode de pondération donne parfois une position centrale à des acteurs politiques périphériques, mais ce n’est pas la préoccupation ici : on cherchait juste à vérifier, en première approche, que les liens formés entre les comptes Twitter par leurs “followers informatifs” renvoient bien à un espace partisan latent qui ressemble à l’espace partisan réel — ce qui a l’air d’être le cas.

Le réseau permet notamment de repérer la position structurellement remarquable du Front National, qui fait figure d’outsider, et celle de Marine Le Pen, qui est presque la seule au FN à partager plus de 50% de ses “followers informatifs” (qui sont un peu plus de 200 000) avec d’autres élus que les élus FN :

> filter(e, w > .5, i == "mlp_officiel")
             i              j      n         w
1 mlp_officiel         bayrou 113166 0.5100187
2 mlp_officiel      fhollande 115244 0.5193838
3 mlp_officiel    jlmelenchon 124640 0.5617299
4 mlp_officiel nicolassarkozy 112203 0.5056786

… Et la suite ?

La suite implique de faire tourner un modèle spatial hyper-lourd qui met des plombes à converger. Comme je n’ai pas encore réussi à faire tourner le truc sur ma machine de bureau, je vais m’en tenir à l’approche exploratoire. Mais si vous avez un processeur hyper-puissant sous la main et quelques connaissances en R, laissez un commentaire, je suis très preneur ! C’est en cours : voir ce billet.

  1. L’homophilie conduisant à l’exposition sélective, vous pouvez rédiger cette hypothèse de plusieurs manières pour finir au même endroit. []
  2. Quelques comptes sont inaccessibles parce que la liste des comptes n’est pas parfaitement à jour. En creusant plus loin avec Ewen, nous avons mis la liste à jour et rajouté environ 200 comptes. []
  3. Ici aussi, le chiffre est à jour de la collecte des données effectuée avec Ewen un peu après des élections départementales de 2015 []
  4. Ce schéma de pondération pénalise les comptes Twitter les plus suivis et, à l’inverse, avantage les comptes avec peu de “followers”, mais il suffit à des fins exploratoires []

4 réflexions sur « Twitter permet-il de reconstituer l’espace partisan français ? »

  1. Hello François. Très très très intéressant tout ça. Je veux bien prêter un peu de ressources de ma machine si ça peut te permettre d’aller plus loin. C’est quoi un processeur hyper-puissant à tes yeux ?

    • Merci ! Le genre de modèle qu’il faudrait faire tourner demande au moins un quadri-core (quatre processeurs), et des tonnes de mémoire vive. Si tu proposes ta machine de bureau, c’est très gentil, mais oublie, il y en a pour des jours de calcul, tu ne pourras rien en faire d’autre – il faut une machine dédiée :)

  2. Le quadri-core avec un bon paquet de mémoire vive, j’ai (c’est pour ça que je me suis porté volontaire). Mais effectivement c’est ma machine de tous les jours. Je peux bien faire tourner R toute la nuit, mais si le matin je ne peux pas me mettre au travail, c’est vrai que c’est embêtant. Si tu changes d’avis, n’hésite pas. De mon côté, je vais voir si je connais quelqu’un qui aurait ça sous le coude.

Les commentaires sont fermés.