2012

  1. Nicolas Sarkozy sera-t-il candidat à la présidentielle de 2012 ?
  2. Le cas échéant, remportera-t-il l’élection ?
  3. Quelles en seront les conséquences immédiates ?

Je ne peux pas répondre à ces questions (parce que leur structure logique ne m’y autorise pas, ce qui répond par ailleurs à un sujet du baccalauréat de cette année), mais je suis convaincu que :

  1. Nicolas Sarkozy sera candidat à sa succession.
  2. Nicolas Sarkozy remportera l’élection présidentielle.
  3. Ce sera l’un des moments les plus intéressants pour la science politique française.

La réponse 3 est évidemment très partielle, mais je pense qu’une victoire de Nicolas Sarkozy (enfin, de la droite) sera intellectuellement très stimulant pour les politistes français, qui pourront alors observer un parti politique d’opposition perdre quatre élections présidentielles d’affilée dans un régime à dominante exécutive équilibré par l’alternance.

Les dégâts seront tels pour le Parti socialiste que la traversée du désert du Parti conservateur britannique dans la période 1997-2007 aura l’air d’une promenade de santé en comparaison (voilà un champ d’étude intéressant : “j’étudie les partis politiques d’alternance qui perdent successivement N≥3 élections de premier ordre”). On peut tout imaginer, jusqu’à la disparition pure et simple du parti. Même les partis peuvent mourir.

Aussi, quand on compare la déliquescence de la gauche britannique dans les années 1960 à celle de la gauche française aujourd’hui, on réalise le long chemin de croix qui attend les élites politiques qui ne se destinent pas à “l’ouverture”. Toute l’histoire intellectuelle de la “nouvelle gauche”, celle de ses revues, de ses factions, de ses manifestes, jusqu’à la période récente, montre que la multiplication des “clubs d’idée” au sein du Parti socialiste n’est que la première étape d’un long processus, qui aboutira nécessairement à une situation de compromis entre les restes fumants de la vieille intelligentsia et les quelques nouvelles élites qui auront tiré leur épingle du jeu.

Enfin, la gauche peut encore gagner en 2012, si elle arrive à ventiler son vivier de leaders d’opposition et à faire émerger un leadership efficace en une seule année, 2010. C’est aussi probable que la production d’un joli graphique sous Microsoft Excel, mais ça s’est déjà vu.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
François (20 juillet 2009). 2012. Polit’bistro. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/sykh


3 réponses sur « 2012 »

  1. Personnellement, je suis convaincu que la situation du PS aujourd’hui est, mutatis mutandis, celle de la SFIO de la fin des années 1960 : parti fossilisé dans le souvenir d’un passé glorieux, replié sur ses élus locaux, à la réthorique gauchiste et à la pratique politique droitière, désajustement à un régime qui n’a pas été pensé pour elle, etc. L’élection présidentielle de 1969 est d’ailleurs la troisième que le PS perd d’affilée (la deuxième seulement au suffrage universel).

    Tout le problème du PS est : 1/ de trouver un François Mitterrand (qui, au passage, pose dès 1965 les premiers jalons de sa victoire de 1981) et 2/ plus difficile (sic), trouver une nouvelle stratégie d’Epinay. Je suis en effet convaincu qu’on vit depuis 1984 la longue agonie du cycle d’Epinay, qui était une formidable machine à gagner, mais qui contenait en lui-même les graines de l’échec, de par sa contradiction intrinsèque entre un positionnement politique très à gauche et la conquête du pouvoir, qui amène à se recentrer.

    Bref, c’est pas gagné. En effet, comme pour les jolis graphiques sous Excel.

  2. Vous exprimez une conviction assez partagée, tellement partagée, qu’on peut imaginer que la catastrophe étant certaine, une réaction inédite ait lieu. Je ne sais pas laquelle bien sûr, sinon je serais devin! Cela serait un peu la version nationale de la théorie du “catastrophisme éclairé” du philosophe Jean-Pierre Dupuy pour le changement climatique. Si une majorité des gens de gauche et du centre, sont vraiment sûrs et certains de la reconduction de N.S. à la tête de l’Etat en 2012, il peut y avoir une mobilisation inédite pour lui faire obstacle, un front patriotique en quelque sorte. Une défaite aux régionales de 2010 pourrait aussi secouer le PS et lui donner le sens de l’urgence qu’il ne semble toujours pas avoir. Ne négligeons pas non plus que les conséquences de la politique menée depuis 2007, voire 2002, se feront lourdement sentir à ce moment-là (en 2011-12)… L’incapacité d’agir de la hiérarchie du PS est certes presque certaine, mais les réseaux associatifs, la “société civile”, les militants, les petits élus, etc., se laisseront-ils faire? On peut aussi imaginer que l’extrême-droite sous une direction rajeunie relève la tête, compliquant la tâche de N. S. , et réouvre le jeu en quelque sorte.

  3. Effectivement, c’est une conviction tellement partagée qu’elle va probablement commencer à avoir des effets performatifs significatifs !

    Vous proposez plusieurs scenarii d’obstruction au scenario de la catastrophe :

    1- une coalition politique
    2- une mobilisation sociale
    3- la dégradation de l’opinion liée aux mauvais résultats
    4- une “triangulaire” avec le FN

    Je ne peux pas répondre sur (1) et (4) parce qu’honnêtement, j’ai cessé de suivre les équilibres partisans depuis trop longtemps.

    (2) me paraît difficilement envisageable : à moins d’une mobilisation sur les retraites façon 1995-6 ou 2004, le soutien des vieux (excusez le terme : Badinguet insiste pour que l’on parle des “aînés”) à la politique de l’ordre injuste (immigration, morale, sécurité, travail forcé…) devrait rester indéfectible. À moins que Badinguet déçoive aussi sur ce point, mais il en faudrait beaucoup.

    (3) est objectivement observée, mais en 2002 déjà, Chirac finissait sur un bilan économique et social catastrophique sans que cela n’amenuise ses voix ou booste celles de son adversaire ; de plus, la crise permet un fort degré d’évitement du blâme ; enfin, certains indicateurs comme le chômage ou les finances publiques ont été partiellement sabotés.

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search