Big Data Fail ?

La base de données GDELT (Global Database of Events, Language, and Tone), déjà mentionnée ici, donne enfin lieu à quelques analyses précises. Les résultats sont sans équivoque : la base, qui contient plusieurs millions d’articles sur toutes sortes d’événements à travers toute la planète, ne sert pas à grand chose pour le moment.

Les problèmes semblent moins venir des données elles-mêmes que de leur classification a posteriori. L’exemple du kidnapping géant par Boko Haram au Nigeria en mai dernier l’illustre très bien : l’événement a été géocodé à une quarantaine d’endroits différents, avec pour conséquence… le comptage d’autant d’événements différents.

Pas étonnant, du coup, que personne ne s’y retrouve, en particulier lorsque l’architecte de la base affirme que les caricatures danoises de Mahomet sont l’événement mondial le plus saillant sur les trente-cinq dernières années. La personnalité de l’architecte en question, qui a fait toutes sortes de déclarations grandiloquentes, y est peut-être aussi pour quelque chose, mais ce n’est qu’une supposition de ma part.

Cela ne condamne pas définitivement les données, mais jette un sérieux doute sur leur exploitation en l’état actuel de la base. On peut imaginer toutes sortes de rectifications (après tout, c’est l’intérêt d’avoir placé la base en accès ouvert), ou imaginer des réformes plus radicales, comme limiter la base à quelques sources bien choisies à l’entrée et espérer en tirer quelque chose de mieux structuré à la sortie—c’est la stratégie suivie par l’outil équivalent que possède le Department of Defense américain.

Mise à jour : les données de GDELT sont en large partie des données volées (sources : PSJR, Phil Schrodt). Le cheminement des données depuis leur vol est inconnu : les deux universitaires liés au projet n’ont jamais vu les données brutes, il est donc impossible de savoir ce qu’elles contiennent vraiment. Au moins une revue a déjà réagi. À ne pas utiliser.