Un bref aperçu filigrané des propositions du rapport Hautcoeur

Le rapport Hautcoeur sur l’enseignement des sciences économiques dans le supérieur a l’air intéressant, surtout si l’on s’amuse à lire le filigrane des recommandations. En partant du principe qu’on ne recommande que ce qui n’existe pas encore de manière univoque et généralisée, voici par exemple la recommandation #2, qui suit l’obligatoire recommandation #1 sur la pluridisciplinarité et la spécialisation progressive :

2. Favoriser la construction et la critique des données et des faits stylisés par les étudiants dès le premier cycle, au sein des cours d’une part, et en les associant, en tant qu’assistants, à des projets de recherche d’autre part.

L’auteur du rapport a le mérite de tenter un exercice périlleux : émettre des recommandations à destination des étudiants, sans trop directement émettre de critiques à destination… des enseignants. Mais concrètement, lorsqu’il écrit dans son résumé que “[l]es étudiants doivent apprendre à maîtriser la construction et l’analyse critique des bases de données et indicateurs statistiques”, il s’adresse aussi aux chercheurs qui font l’économie (hum) de cette critique dans leurs propres travaux—les économistes n’étant bien sûr pas les seuls concernés, seulement les plus exposés.

Il me semble en effet difficile de ne pas faire de lien entre cette recommandation et les récentes “controverses” autour des données de Reinhart et Rogoff ou, plus récemment, de Piketty ; je place “controverse” entre guillemets car, dans le premier cas, les erreurs sont grossières et avérées, alors que dans le second, la charge de l’accusation est au mieux, mince, au pire, pas complètement honnête.

On trouve aussi, dans le rapport, une proposition portée de longue date par la CJC sur l’intégration des docteurs dans la haute fonction publique, ainsi qu’une demande de contournement de l’agrégation comme instrument principal de promotion intra-disciplinaire. Dans le texte :

supprimer l’agrégation du supérieur comme mode prioritaire de recrutement

Les termes “suppression” et “agrégation” reviennent de plus en souvent côte-à-côte. L’enjeu est légèrement différent en science politique, mais la position de l’ANCMSP, votée dès 2007, mérite d’être mentionnée ici. Ayant longtemps milité dans les deux associations, je m’en tiendrai à ces simples mentions, tout en remarquant que d’autres éléments centraux du système d’enseignement et de recherche français ont survécu à des tentatives de suppression dans la période récente.

Toujours dans les recommandations, et toujours en lecture filigrane :

7. Imposer aux organisations publiques de publier les évaluations des politiques publiques effectuées sur appel d’offre et de favoriser la réplication de ces évaluations.

On aura donc lu : à l’heure actuelle, les organisations publiques ne sont pas tenues de publier les évaluations des politiques publiques effectuées sur appel d’offre (et financées par la collectivité)1. Je ne sais pas si c’est vrai, ni si ça se fait de poser une QPC sur un article (le quinzième) de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen2.

La recommandation suivante se passe de commentaire :

8. Préciser les potentiels conflits d’intérêt des enseignants-chercheurs dans les publications, enseignements et rapports d’évaluation.

“Préciser” doit être l’antonyme d’“occulter” : filigrane, toujours.

Suivent, un peu plus loin, deux recommandations bizarroïdes : celle qui demande au CNRS de recréer les contrats post-doctoraux qu’il a supprimés par centaines quand ses crédits sont partis à l’ANR (recommandation #16), et celle qui demande à ce que cette même ANR se coordonne avec la Commission européenne pour financer des CDI (recommandation #17), ce qui semble complètement contre-nature : aucune de ces institutions ne me semble vouloir s’engager dans cette voie.

La ministre/secrétaire d’État trouvera tout cela certainement très intéressant, et y trouvera même certainement des ressemblances avec les discussions sur ces mêmes points lors des Assises qu’elle avait elle-même organisé. Idem pour une bonne partie des annexes reprenant les enquêtes CEREQ, que l’on retrouve dans un rapport sur deux.

Pour terminer, big up à Baptiste Coulmont, grâce à qui on trouve désormais des graphiques réalisés avec R dans un rapport public ! Voir page 123, reproduite ci-dessous. En revanche, les “nuages de mots” des autres pages ne me semblent pas servir à grand chose, même si c’est joli.

Screen Shot 2014-06-09 at 1.32.13 PM

Voilà pour l’aperçu des premières pages — sachant que la lecture des premières pages est exactement ce qu’il restera, à terme, du rapport. Allez jeter un coup d’oeil par vous-même, et dîtes-moi si vous y avez lu autre chose : pour ma part, j’y ai trouvé d’excellentes propositions, en lien avec d’autres propositions actuelles, et sans révolution copernicienne du statu quo : un rapport public comme on les connaît dans le secteur.

  1. L’État n’ayant pas besoin de passer des marchés publics avec ses propres corps d’inspection, peut-être est-il moins concerné que les collectivités locales, qui dépensent des sommes parfois faramineuses en rapports d’audit. []
  2. En revanche, pour avoir déjà consulté des rapports rendus par des micro-entreprises de consultants jugés scientifiques grâce à des diplômes gracieusement obtenus dans les années soixante (de l’aveu même de leurs détenteurs), je pense qu’il y aurait de quoi s’amuser un peu si les logiques de l’open access et de la réplication venaient à s’y appliquer. []