La science politique dans les médias

Rajoutez les termes “Sciences Po” dans le titre pour obtenir une controverse récurrente et facile (via, via), dans la mesure où personne dans la discipline n’est prêt de changer d’avis ou de comportement quant à la récupération du discours scientifique par les médias, et par la télévision en particulier.

En science politique, les périodes électorales et certains enjeux de politique intérieure (comme les banlieues) ou extérieure (comme le terrorisme islamique) autorisent des rapprochements particulièrement proches et fréquents entre un petit groupe de politistes et la profession journalistique.

En interne à la discipline, on se souvient d’au moins deux controverses récentes, dont on peut trouver des traces en ligne, et surtout dans les blogs de politistes souvent signalés par ce blog. La plus visible d’entre elles s’est traduite par quelques articles dans Le Monde et une scission institutionnelle.

La seule chose qui me semble intéressante à lire sur le sujet est l’ouvrage, tiré d’un mémoire de DEA, de Caroline Lensing-Hebben. L’échantillon de l’auteur contient de nombreux politistes, parfois tragicomiques, souvent vachards entre eux ; du coup, on se marre doucement à plusieurs reprises.

Je préfère ne pas m’étendre (ici) sur le sujet, sauf pour rappeler cette platitude logique : les médias ont les experts qu’ils méritent, et réciproquement, les experts y ont le temps de parole qui leur revient. Le système formé par les deux professions peut même probablement s’écrire en termes eastoniens.


Une réponse sur « La science politique dans les médias »

  1. Bonsoir à tous,

    Je me permets une infime critique de cet article : je suis tenté d’appeler “politologues” (on peut aussi rajouter l’adjectif “médiatiques”, pour les différencier des politologues qu’on a tous fréquenté au moins une fois, comme par exemple un beau-frère qui vous dit lors d’une repas de famille que “La France est de droite” parce que “ça se voit dans les résultats des élections”) les individus qu’on peut voir, entendre et lire à longueur d’années absolument partout (les Reynié, Perrineau, J.-C. Casanova et consorts). Il ne reste guère que France Culture pour entendre des politistes, comme dans l’émission de S. Bourmeau où on avait pu entendre P. Lehingue et L. Blondiaux, mais depuis qu’elle est diffusée à partir d’onze heures du matin au lieu de 19h30, je ne sais pas vous, mais moi je n’ai pas eu l’occasion d’entendre beaucoup de choses intéressantes. Heureusement que ça me fait rire d’entendre éructer A.-G. Slama contre l’allergie des Français au libéralisme dans les Matins, ça m’aide à me réveiller aussi.

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search