Députés stratèges : un travail en cours sur des co-signatures d’amendements

Quand un député choisit de co-signer un amendement, avec combien d’autres députés co-signe-t-il ? On peut supposer que cela dépend avant tout de son groupe parlementaire, avec une stratégie “de masse” dans les groupes de la majorité (SRC) et de l’opposition (UMP), et une stratégie “isolationniste” dans les autres groupes.

C’est plus ou moins ce que l’on peut voir sur les 11,568 co-signatures d’amendements de la législature en cours. Le graphique suivant montre le nombre moyen et l’écart-type de ces co-signatures pour cent députés pris au hasard dans la masse des données, et où l’on voit bien la stratégie des députés écologistes ou frontistes :

demo_mu
(Cliquer sur le graphique pour une version PDF un peu plus lisible.)

Add. Voici la version complète, qui fait 171 cm de long et qui a mis vingt minutes à sortir sur un processeur 1.8GHz/8GB, même en vectorisant l’intégralité du calcul.

Les données proviennent d’un petit exercice de scraping qui permet aussi de dessiner le réseau des co-signatures. Le graphique suivant montre ce réseau sur les 10 000 derniers amendements déposés, et l’on y voit clairement la position centrale, isolée ou carrément décentrée de chaque groupe parlementaire :

demo
(Cliquer sur le graphique pour une version PDF avec quelques explications.)

Le matériau de réplication pour ces graphiques est en cours de constitution, sur une idée de Baptiste Coulmont qui avait produit un travail similaire. Mon obsession pour les réseaux de députés a enfin trouvé un nouveau support empirique ! Plus de nouvelles quand j’arriverai à finaliser les (très, très longues) routines d’extraction des données.


Une réponse sur « Députés stratèges : un travail en cours sur des co-signatures d’amendements »

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search