“3%”

Mon billet précédent sur l’élection présidentielle américaine évoque rapidement les “47%” cités par Mitt Romney, une gaffe supposée qui n’a pas grand chose à voir avec une authentique gaffe électorale.

Un autre chiffre m’a fait sourire la semaine dernière : Le Parisien a interviewé un haut fonctionnaire français qui évoque les premières heures de la “règle des 3% du PIB”, inventée par la Direction du Budget pour les besoins du gouvernement socialiste de 1981 et à la demande de François Mitterrand, qui souhaitait contraindre les dépenses de ses ministres. Quelques années plus tard, Laurent Fabius se servira de cette fraction pour ne pas avoir à parler du déficit public en termes nominaux.

Le détail des règles de construction du seuil est assez amusant. Le choix du produit intérieur brut, par exemple, induit en théorie une déférence à un indicateur macroéconomique très surveillé au niveau international, ce qui en ferait un truc assez difficile à trafiquer sans que cela se remarque à la Banque Mondiale et au FMI. En réalité, les chiffres du PIB sont raisonnablement spéculatifs en fonction des ambitions gouvernementales et du degré de contrainte exercé sur les agences et directions chargées de sa publication.

De la même manière, la volonté toute mitterrandienne de faire choisir, par Bercy plutôt que par l’Insee, un seuil de “3%” entièrement arbitraire, fournit un assez joli exemple de raison d’État. Ces indicateurs et seuils se retrouvent aujourd’hui dans les traités européens, mais aussi dans notre manière de lire la crise financière actuelle. Cette grille de lecture a déjà produit ses premiers résultats : le tournant néolibéral des années 1980 a connu une ponctuation idéologique d’environ 18 mois en 2009-2010, mais la résurgence keynésianiste de cette période n’a pas duré, au moins en ce qui concerne la zone euro, et les gouvernements se retrouvent tous à sabrer (trop tôt) dans les dépenses publiques, en scrutant naïvement leurs fractions de PIB.

Deux institutions, la science économique et la Banque centrale européenne, méritent probablement (encore) plus d’attention à ce stade : la première pour sa remarquable flexibilité, la deuxième pour la propriété inverse (pour son “austéritarisme”, pourrait-on dire au vu du peu de cas qu’il a récemment été fait du processus électoral dans plusieurs pays européens). Je ne doute pas qu’on trouvera tous les arguments nécessaires pour continuer à faire vivre ces institutions.


2 réponses sur « “3%” »

  1. Très intéressant !

    Je te trouve un peu sévère avec la BCE, dont on pourrait sans doute dire qu’elle a au contraire fait preuve de beaucoup de créativité si on tient compte des contraintes exercées par ses statuts (et l’inflexibilité de la Bundesbank). L’attitude de la Commission me semble infiniment plus rigide et inquiétante – à croire qu’aucun Commissaire n’a pris de vacances en Grèce ou en Espagne récemment…

    1. La BCE a très bien joué, je suis entièrement d’accord pour dire qu’elle a été très inventive dans ses positions de ce point de vue. En revanche, ce qu’il en est sorti au niveau idéologique est beaucoup plus rigide : il n’y a pas que les Commissaires qui ne comprennent pas les Grecs. Ceci étant dit, j’aurais bien du mal à désigner le leader idéologique parmi les trois institutions que tu mentionnes (BCE, Bundesbank, Commission).

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search