Pronostics électoraux sur l’élection américaine

C’est l’heure de passer au PMU et d’aller parier sur Obama :

Le tableau ci-dessus est extrait de l’introduction au symposium qui vient d’être publié par PS, et où l’on trouve une bonne partie des modélisations électorales de la présidentielle américaine. Certains modèles se donnent la peine d’essayer d’expliquer le score, et de choisir des variables en conséquence : le modèle de Hibbs, par exemple, attribue une sanction électorale directe aux interventions militaires (via le nombre de morts sur le champ de bataille). D’autres modèles ne se donnent pas vraiment cette peine et utilisent les variables en fin d’entonnoir électoral (les variables partisanes), à des niveaux variables de granularité empirique. Voir aussi Votamatic et 538 pour des modèles très riches avec des méthodes de calcul intéressantes.

Ma compétence prédictive est très logiquement médiocre, vu que je ne prends pas le temps de me pencher sur les données au niveau des états fédérés (ou des départements et des communes en France). Au niveau stratosphérique où je me trouve, la seule variable qu’on aperçoit clairement est le taux de chômage, et il n’y a pas de précédent historique pour établir un parallèle suffisamment renseigné. Les modèles qui tiennent compte de telles variables économiques, généralement à partir des variations du revenu disponible, ont le mérite de montrer qu’Obama peut se planter à cause de l’économie (ce que je persiste à penser depuis plusieurs mois), mais la plupart des modèles mieux informés que ça prédisent sa réélection, à plusieurs grands états près. En bref, la politique l’emporte sur l’économie en l’état actuel des connaissances.

En attendant, outre ce génialissime sondage et cette publicité bien tournée sur la gaffe statistique de Romney, il y a aussi Samuel Lee Jackson qui se lance dans la propagande électorale :

Je peine à imaginer un équivalent français.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search