Première note d’une petite série sur “Obamacare” (avant un texte plus long)

Un récent article très renseigné d’Anne-Laure Beaussier permet de rentrer dans le détail de la réforme du système de santé américain sous Barack Obama. Il faut s’accrocher pour passer certains aspects du processus, comme celui qui explique très rapidement l’application et les conséquences des Byrd Rules pour accélérer la procédure législative. L’article fourmille de détails, comme cette chouette technique de lobbying : s’adresser aux soutiens d’une réforme en leur annonçant qu’elle va échouer, en espérant qu’ils se retirent par anticipation. Ça ne marche clairement pas à tous les coups, mais c’est quand même plus honnête que d’annoncer un parricide de masse par euthanasie fédérale (l’immense avantage du Parti républicain étant de pouvoir s’autoriser toutes les stratégies à la fois, même celles qui vont un peu plus loin que les faits).

Les conclusions principales du texte portent sur la modification des règles du jeu législatif : ce jeu est suffisamment dynamique pour permettre aux partis de gouverner sous des règles en partie inédites, ce dont les Démocrates ont su se servir pour sécuriser les ressources nécessaires au vote de la réforme, après obtention du soutien des industries concernées. L’opposition parlementaire n’a pas pu y faire grand chose, d’autant plus qu’elle s’est largement faite dépasser par sa droite au passage, en réaction précisément au fonctionnement même du jeu législatif, comme le suggère très justement Anne-Laure Beaussier.

Quelques dimensions supplémentaires de la réforme appellent à trois courtes remarques. De par son cadrage, l’article élude en grande partie la dimension raciale du système politique américain, alors que le degré de polarisation raciale des soutiens et opposants joue un rôle dans le phénomène de radicalisation de la compétition partisane décrit en fin d’article (sur ce sujet, voir les analyses récentes de Michael Tesler). Il faut ensuite se demander si la radicalisation du Parti républicain, qui pré-date la réforme du système de santé, va avoir des conséquences sérieuses sur l’élection présidentielle de cette année (en bref : c’est possible, vu que Romney ne semble pas prédisposé à se déplacer vers le centre). Il faut enfin se demander si cette réforme change la donne au niveau institutionnel, qui est déterminant pour universaliser un système de soins. Il n’est pas garanti que la réforme existe encore l’année prochaine, même si le risque diminuera avec le temps ; tout ceci est donc à prendre avec des pincettes historiques.

Je vais essayer de revenir point par point sur cette réforme, pour en faire quelque chose de plus long à terme. Le quelque-chose-de-plus-long apparaîtra éventuellement ailleurs, si ça plaît à la rédaction.



Citer ce billet
François (2012, 27 septembre). Première note d’une petite série sur “Obamacare” (avant un texte plus long). Polit’bistro. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/syoy

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search