À quelle vitesse le personnel ministériel met-il les voiles ?

Le magazine Acteurs Publics fournit une actualité assez complète des mouvements de personnel dans les cabinets ministériels, et le magazine OWNI en a fait une infographie ainsi qu’un jeu de données facile à exploiter.

L’échantillon n’est pas très compliqué : un peu plus d’une centaine de départs ont été observés entre le début de l’année et la date du premier tour de l’élection présidentielle. Sans complément d’information sur ce qui s’est passé après le 6 mai 2012 pour le reste des personnels, il est difficile d’en tirer un modèle cohérent. Il y a quelques grands types de mobilité observables :

La modélisation ne donne rien de significatif car les données sont trop pauvres pour sérieusement estimer chaque variable (il faudrait coder les “négatifs”, c-est-à-dire les gens qui restent en poste). Les départs vers les grands corps sont beaucoup plus rapides, de même que ceux depuis Matignon, mais l’échantillon est trop faible pour considérer sérieusement les résultats. Enfin, la fonction de départ ne montre aucune différence entre conseillers et directeurs :

La courbe représente une fonction de survie qui modélise le départ des conseillers ministériels de la même manière que le divorce dans un couple ou le décès au cours d’une maladie. L’exemple du départ des conseillers est assez trivial, mais on peut faire tourner ces modèles sur d’autres aspects du personnel politique. Un complèment aux méthodes d’analyse des carrières.