Mais… mais que faire maintenant que les sondages… ? (… et mes prévisions sur Barack Obama)

Avant d’aller voter (ou pas), vous pouvez désormais vous reposer, ou bien bouquiner un peu :

On Sunday 22th April and Sunday 6th May 2012 the French people will be going to the polls to vote for the next president of the Fifth Republic of France.

Routledge has put together the following collection of journal articles on a selection of key themes, considering the main election issues, presidential candidates and the broader political impact of these elections.

Please click on the titles below to gain access to the article.

Ce billet signe la fin provisoire de ma micro-vendetta sur le sujet, mais je sais déjà qu’elle recommencera bientôt.

Les paragraphes suivants sont tirés d’un brouillon rédigé à l’issue des primaires socialistes. Je ne publierai pas les deux pages en entier, mais juste cet extrait, qui contient mes prévisions électorales de pré-campagne :

Comme je suis (au mieux) inexistant en sociologie électorale, je peux même lâcher des pronostics hasardeux et auto-référentiels sans m’en vouloir : PS 25% + DVG 20%, UMP 20% + DVD 20%, FN 15%. Je suis incapable de chiffrer précisément les électorats, mais je ne conçois pas l’écologie pacifiste de combat à moins de 7.5% et le candidat centriste historique qui file des gifles aux gamins des rues à moins du double, vers 15%. Je ne sais pas si cette caricature est compatible avec ce que l’on sait sur les alignements partisans sous la Cinquième République, mais il y a des électoralistes sérieux, dans ma paroisse et ailleurs, qui planchent dessus.

Concrètement, la droite me semble avoir deux options en dehors de la capitulation : fonder un parti de centre-droit à l’image des coalitions nordiques ou allemande, ou assumer une droite plurielle avec l’extrême-droite à l’image du bilan présidentiel actuel. Je ne vote pas à droite, mais je pense préférer Merkel à Guéant. Ça n’a pas l’air d’être la stratégie poursuivie à droite. Peut-être le réservoir de voix du parti est-il plus conséquent que je ne me l’imagine.

J’étais au café à Roubaix quand j’ai rédigé ces lignes, alors que les médias commentaient la sanction électorale des militants socialistes : Thierry Mariani n’était pas content, et Nicolas Baverez hurlait en gesticulant autant que les micros-cravattes le permettent, mais je crois qu’il fait tout le temps ça de toute manière. La présentateur a vite enchaîné avec Jack Lang et la grève des enseignants, puis François Chérèque et la gestion du service public. Cet enchaînement me fait réaliser que la dernière fois que les socialistes étaient au pouvoir, il y avait un million de chômeurs en moins.

Bon courage à François Hollande, que je prévois premier aux deux tours avec un score de premier tour légèrement plus bas que celui que j’envisageais à l’époque. Il faut aussi supprimer mon espoir dans Eva Joly, dont les intentions de vote ont été phagocytées par la campagne de Jean-Luc Mélenchon. L’équipe de Nicolas Sarkozy lui a presque rendu hommage en essayant de le rendre plus important que son score prévisionnel, dans une sorte d’aveu que “Mélenchon 2012” aura été l’équivalent de “Sarkozy 2007” en termes de popularité médiatique.

Je maintiens les estimations en l’état, la campagne n’ayant rien modifié de fondamental à mes yeux : il n’y a tout simplement pas assez d’électeurs sarkozystes pour réélire le président sortant. Dans le scenario accidentel d’une victoire de Nicolas Sarkozy, qui partait de plus bas que Valéry Giscard d’Estaing dans les enquêtes de confiance, un scénario de cohabitation à la Marleix est assez crédible, mais ce serait un désaveu cinglant de la réforme du quinquennat. Je ne pense pas que mes estimations seront fausses sur ce point : je pense plutôt me planter sur les voix divers-droite, suite à l’absence (certes prévisible) de concurrence intra-partisane.

Rendez-vous entre les deux tours pour une estimation des réalignements centre-droite, qui peuvent, à mon sens, rendre l’élection présidentielle unique sous la Cinquième République si le centre finit par ne pas voter à droite quand on lui demande d’élire le prochain président. Ce scenario est plus probable que par le passé. On va voir si mes prévisions tiennent la route, mais le lecteur souhaitera peut-être me juger sur plus d’une prévision : je prévois aussi que Barack Obama perdra la prochaine élection présidentielle américaine.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search