Sur la quantification du football

Il y a plusieurs mois, un étudiant qui avait suivi mon cours de statistiques introductives m’avait signalé le film Moneyball, qui donne un aperçu de ce que sont les sabermetrics aux États-Unis, c’est-à-dire les statistiques appliquées au baseball. Cette pratique est devenue plus qu’une lubie : contrairement au trainspotting, elle a rapidement trouvé des applications commerciales et scientifiques.

L’émission “Place de la toile”, facile à suivre grâce à Twitter via #pdlt et @thibnton, consacrait sa dernière émission à l’introduction des statistiques dans le football. L’émission évoque quelques mécanismes généraux de la quantification du sport, comme la cotation des équipes et des matches ou l’indexation des salaires et des transferts. Les invités évoquent aussi l’introduction des statistiques dans les carnets des entraîneurs et dans les jeux video, le conflit d’autorité avec les mesures qualitatives dans les milieux professionnels du sport (entraîneurs, consultants, médias…). On retrouve beaucoup d’éléments de boundary-work entre amateurs et professionnels.

Je m’en tiens à ce résumé très bref, l’émission se terminant à l’instant. Et c’est probablement mon dernier billet sur le football, mais pas le dernier sur la quantification.



Citer ce billet
François (2012, 14 avril). Sur la quantification du football. Polit’bistro. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/syop

6 réponses sur « Sur la quantification du football »

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search