Intérêt(s)

Hier s’est tenue la séance de l’atelier d’épistémologie “Comment fait-on des sciences sociales” (CoFSS) consacrée à la notion d’intérêt dans les sciences sociales. J’avais suggéré ce thème aux organisateurs l’an dernier, notamment lors du séminaire organisé à Foljuif, et au cours duquel les participants avaient décidé de consacrer leur deuxième année d’activité au thème des “inobservables” en sciences sociales.

On définit comme “inobservable” l’ensemble des concepts qui appartiennent au raisonnement sociologique mais qui ne sont pas justiciables de l’observation empirique : par exemple, les acteurs sociaux expriment régulièrement des “dispositions” ou des “intérêts” sans qu’il soit matériellement possible d’isoler une disposition ou un intérêt dans la réalité. Le problème épistémologique qui se pose est en définitive celui de la référence à des phénomènes non tangibles dans une science empirique.

Pour faire le lien avec mes travaux et mes billets récents, le problème de connaissance que pose les inobservables est analogue aux problèmes qui se posent lorsque l’on tente d’analyser une économie morale ou de comprendre ce qui constitue, dans les faits, l’opinion publique—avec toutes les erreurs que cela peut induire. Ces notions correspondent à des faits stylisés, et leur définition conceptuelle est par conséquent cruciale pour la justesse de l’analyse.

La notion d’intérêt me paraissait justiciable d’une réflexion collective dans le cadre de cet atelier. Il est en effet trivial d’analyser un acteur social en disant qu’il se comporte “en fonction de son intérêt”. Le problème, c’est que cette analyse est elle-même une mystification, car elle renvoie à l’intérêt propre de manière normative : il est obligatoire, voire rationnel, voire juste, de se comporter “en fonction de son intérêt”.

Les deux exposés de la séance ont magistralement déconstruit ce problème, en se servant principalement d’Hirschman, Friedman, Bourdieu et Mauss. Je ne suis pas certain d’avoir suffisamment décanté pour en tirer des conclusions définitives sur l’intérêt de la notion d’intérêt (waouh), mais je suis à présent convaincu que ce problème n’a pas de solution dans la littérature scientifique que l’on manie habituellement. Même la sociologie analytique, qui a beaucoup réfléchi au problème de l’intérêt et des préférences, me semble poser autant de questions qu’elle n’apporte de réponses.

C’est pour cette raison que j’attends impatiemment de pouvoir bientôt lire Dean Mathiowetz sur ce thème : son récent ouvrage Appeals to Interest prolonge les travaux de Stephen Holmes et rouvre l’historiographie de l’intérêt là où Hirschman l’avait laissée, en remontant jusqu’à la Rome antique. Philippe Schmitter a également écrit sur ce thème, lui qui s’est fait connaître par des travaux sur l’agrégation des intérêts au sein des groupes sociaux très tôt dans sa carrière.

Je réalise que je bafouille, dans ce billet, comme hier en séminaire : je n’ai toujours pas les idées claires au sujet de l’intérêt, et encore moins des intérêts au pluriel, même si cette question me (pour)suit depuis un texte d’analyse des politiques publiques où l’un des pôles explicatifs est construit autour de cette notion. Mais j’ai bon espoir d’arriver à en tirer, un jour, quelque chose de concret.



Citer ce billet
François (2012, 29 mars). Intérêt(s). Polit’bistro. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/syoi

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search