Terrorisme et sciences sociales

Dans la suite d’une mention rapide de l’ouvrage de Scott Atran, Talking to the Enemy: Faith, Brotherhood, and the (Un)Making of Terrorists, et de son compte-rendu par Herbert Gintis, je publie quelques notes assemblées sur le terrorisme il y a assez longtemps, en mars 2009. (Mise à jour : un autre compte-rendu de l’ouvrage, qui passe par le paradoxe de l’absurdité chez Hobbes, est également à noter. Je renvoie aussi à un billet de Denis Colombi, et au papier de Gambetta et Hertog, dont je n’arrive plus à déterminer si je le cite assez ailleurs dans mes réflexions sur le terrorisme.)

Il y a quelques années, l’anthropologue Maurice Godelier écrivait dans un rapport sur les sciences humaines (cité et disponible dans cette note) qu’une priorité de la science devait être de comprendre le wahhabisme. Son propos permet de saisir un biais très profondément ancré dans l’opinion publique, chez les élites dirigeantes mais aussi dans certains travaux d’histoire des sciences : que le progrès scientifique passe principalement par la découverte de nouvelles espèces animales ou végétales, ou par la révélation d’éléments visibles à des échelles infra-microscopiques. En réalité, une bonne partie du progrès scientifique passe soit par la démonstration de résultats presque purement théoriques, soit par l’observation de phénomènes sociaux et humains qui ne demandent pas à être découverts (ils sont visibles de tous) mais expliqués. Hélas, le financement de la recherche par les autorités publiques, élues par l’opinion précitée, semble plutôt passer dans les équipements lourds, l’exploration de l’inconnu et la recherche appliquée—trois objectifs légitimes en soi mais qui concentrent trop de ressources par rapport à ce que l’on alloue aux autres perspectives.

Le terrorisme est un phénomène observable par à peu près n’importe quel individu doté d’un radio-transistor. Même en se servant de moyens d’information extrêmement pauvres, comme le journal télévisé, il est donné à tout le monde de reconstituer le trajet-type du terrorisme, en particulier au Moyen-Orient et au niveau international. Tous les médias expriment un biais évident pour cette forme de terrorisme, motivée par des conflits territoriaux et fondée sur une opposition idéologique en appelant à la religion. Les formes non religieuses et purement politiques du terrorisme, comme le terrorisme marxiste des Tigres tamouls, est plus discret dans les pages “Actualité”, sauf lorsque des progrès significatifs sont accomplis contre sa prolifération, ou lorsque les mouvements s’auto-dissolvent.

Le terrorisme contient souvent, pour ses protagonistes, des éléments de sacrifice. Dans certains mouvements marxistes, la guerilla pouvait aussi correspondre à une sorte de “suicide révolutionnaire”. Dans le terrorisme moyen-oriental, beaucoup d’actes de terrorisme consistent en des opérations-suicide plus ou moins protocolaires, selon le réseau d’organisateurs qui en a la charge. Une partie du protocole consiste à présenter les terroristes comme des “martyrs” de leur cause. Ce terme a une forte connotation religieuse, et il remplit également une fonction sociale (auprès des familles des victimes, par exemple).

Le premier numéro de la revue International Theory a été publié en 2009, et l’un de ses articles concerne justement le terrorisme, les suicides et le statut de “martyr”. L’auteur explore ce qu’il désigne comme les bases structurelles du terrorisme, ce qui rappelle la publication de l’article controversée de Robert Pape, “The Strategic Logic of Suicide Terrorism”, dont j’ai déjà parlé. En plus de l’ouvrage de Scott Atran, voici une bonne base de lecture sur le sujet, que l’on peut compléter avec des ouvrages plus généralistes comme ceux de Gilles Kepel et Olivier Roy sur le jihad, par exemple.

Je passe le sujet connexe qu’il faudrait ouvrir sur la torture : George W. Bush, dans son immense intelligence qui ne cessera jamais de m’inquiéter sur la possibilité de la démocratie sans destruction, a récemment montré qu’il y croyait, plus qu’il n’avait les preuves (inexistantes) de son efficacité (qui est un mythe persistant, abandonné par d’autres leaders politiques ; mais il reste la peine de mort dans ce même registre inquiétant).