Terrorisme domestique

Un article sur le terrorisme néonazi en Allemagne m’évoque un thème que j’aborde souvent en cours lorsqu’il faut parler des perceptions que l’on développe de la réalité sous l’influence des médias et des gouvernements.

Al Qaeda et l’administration Bush ont, et on peut le dire, malheureusement, très bien fait leur travail : en classe, quand je demande le nom d’une cellule terroriste, le premier nom est toujours, toujours lié à l’islamisme radical. Quand je demande à étendre la liste, les étudiants “redécouvrent” le terrorisme régional/domestique, généralement en citant ETA ou l’IRA.

En cours de statistiques, j’utilise des corrélations sur les hate groups américains à même escient, pour montrer à quel point le terrorisme est soluble dans autre chose que l’islam radical pour être saisi.

Le terrorisme en Russie, comme les prises d’otage de Beslan ou de Moscou, sont de bons cas d’étude, qu’il faudrait compléter par quelque chose sur les Tigres Tamouls, groupe terroriste sans attache religieuse mais pratiquant le marxisme révolutionnaire jusqu’à sa destruction par l’armée sri lankaise.

L’histoire de l’IRA est également passionnante et illustrable comme il faut par le cinéma. Plutôt que Ken Loach, j’ai le film Hunger en tête, qui a l’avantage de présenter une situation ambigue : on y voit une organisation terroriste demander à un jeune homme de ne pas recourir à un répertoire d’action, la grève de la faim1.

Les liens entre terrorisme et État sont évidents, mais réversibles : les deux se menacent autant l’un que l’autre dans une lutte symbolique qui doit être menée jusqu’à la mort. Lu dans un squat berlinois : “der Staat ist das erste terroristische Organisation” ; c’est techniquement correct, encore plus si l’on parle en termes wébériens d’entreprise réussie.

C’était “le billet imitant Crooked Timber du jour”, sponsorisé par Wikipedia, comme les pires copies d’étudiants désemparés. Avec un peu de chance, j’arriverai à en faire une chronique consistante en rajoutant des liens vers International Security et le Journal of Peace Research (ou alors des liens vers des fichiers de réplication du JCR ; mais ce serait nerdy).



Citer ce billet
François (2012, 26 février). Terrorisme domestique. Polit’bistro. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/syob

  1. Envisageant ses relations de plus long terme avec l’État et la société britanniques, l’IRA a eu rétrospectivement raison de se juger menacée par l’action de Bobby Sands : sa mort en prison dans des circonstances rappelant celles d’un prisonnier politique en régime autoritaire ont eu un effet déstabilisant dans le champ politique qui a finalement mené à sa division et la fin des hostilités. La paix en Irlande du Nord fut une priorité, très largement réussie, sous Tony Blair. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search