Brève note pour une sociographie des crises de santé

Un élément important de la politisation des crises de santé concerne ses circuits de diffusion, mais la littérature scientifique renseigne très inégalement sur cet aspect selon le type de crise concerné. Les crises routinières du système hospitalier, par exemple, se traduisent par des mobilisations syndicales, professionnelles, voire sociales lorsque des publics larges y sont associés. Mais a-t-on des données pour comparer, par exemple, la mobilisation des infirmières dans plusieurs pays ? ou la mobilisation hospitalière du plan Juppé à aujourd’hui ?

Une piste de recherche sur laquelle je tombe souvent tient à la presse généraliste et spécialisée. La première est généralement importante au titre de chambre d’écho des crises, mais la seconde n’est pas vraiment traitée dans le détail. C’est assez dommage, parce que je ne peux pas me résoudre à penser qu’il n’y a pas d’écart entre un bouquin et une émission de radio en France et un triple éditorial repris dans un quotidien national en Angleterre.

Si je prends l’exemple ci-dessus et que je développe, voilà ce que ça donne. Les deux cas d’étude sont fonctionnellement équivalents : deux réformes du système de santé sont interrogées par un échantillon d’experts. Tout varie à partir de là, notamment parce que la réforme anglaise est en cours depuis moins longtemps.

Ces variations fournissent le noeud du problème quand on imagine leurs contrefactuels respectifs :

  1. Serait-il possible d’organiser l’événement français en Angleterre ? Au vu de ce qui se pratique, sans aucune difficulté. Des ouvrages comme NHS Plc. ont reçu exactement ce type de couverture médiatique.
  2. Serait-il possible d’organiser l’événement anglais en France ? Ce serait beaucoup plus difficile : le BNOM n’a pas l’audience du BMJ, ni aucune revue d’infirmière ou d’acteurs publics du système de santé.

Il faudrait rajouter un cas emblématique qui est presque une expérience naturelle en la matière. La littérature des “handbooks” et des observations généralistes dans les recherches thématiques indique assez peu de couverture médiatique sur la santé en France, ou en tout cas pas au point d’alimenter une politisation constante du système de santé comme en Grande-Bretagne. Il va falloir que j’écrive ça de manière plus claire, mais si un lecteur veut m’indiquer un article comparatif qui fasse le tour de la question, je suis preneur.

(C’était un billet de la série “J’écris ma thèse en partageant mes angoisses métaphysiques sur la revue de littérature en public, mais je me soigne.”)



Citer ce billet
François (2012, 1 février). Brève note pour une sociographie des crises de santé. Polit’bistro. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/syo9

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search