Révision générale des promesses électorales, la suite

Ne serait-ce que par symétrie avec le billet précédent, une réaction parmi d’autres au spectacle présidentiel. C’est vraiment dans des moments comme ça qu’on se sait en démocratie : quand le président parle sur six chaînes télévisées, mais qu’on se sent le droit de trouver ça absurde. Une vieille photo prise au moment du referendum constitutionnel européen m’a rappelé ces lignes, qui me semblent convenir mieux que d’autres aux circonstances :

bullshit

Joël et moi avons regardé l’intervention de Badinguet ensemble, et comme les réactions fusaient au fur et à mesure, je partage une partie de ses étonnements. Le premier est une sorte d’aveu en creux : il est apparemment possible d’habiter la fonction présidentielle sans évoquer la possibilité de passer les immigrés au jet d’eau. Moins ironiquement, Badinguet n’a pas exploité le thème de l’insécurité dans son discours : peut-être se réserve-t-il la possibilité d’y avoir recours plus tard, ou peut-être, comme le suppose Joël, a-t-il accepté l’idée d’une division du travail électoral entre sa formation et celle de Marine Le Pen.

Je pense qu’une autre possibilité doit être considérée. Badinguet est issu d’un parti politique conservateur qui dispose aujourd’hui de beaucoup plus d’information sur ce que signifie le principe du mandat électoral mené sous la bannière de l’élimination des ennemis intérieurs (immigrés, fraudeurs, chômeurs, criminels). Cette information est assez déroutante pour un élu de la majorité présidentielle : seule une frange très réduite des élus bénéficie concrètement d’un rapprochement programmatique avec l’extrême-droite. Je suis entièrement d’accord avec la thèse générale de Pierre Martin sur ce point. En bref, la rétribution électorale du Kärcher est mince après le second tour.

Heureusement pour lui, Badinguet n’a pas eu à s’expliquer sur ce point : les journalistes présents lui ont servi la soupe avec une déférence qui ferait pleurer de rire le dernier pigiste londonien ou berlinois. Grâce à la diligence des parties prenantes (qu’on remercie chaleureusement au passage), on a donc pu écouter une leçon, très chiraquienne au demeurant, d’ordo-libéralisme à la française sur les taux d’imposition et le coût du travail. Ce discours a quelques problèmes à s’ajuster à la réalité, mais l’économie morale des décisions macroéconomiques compense largement ce défaut, et Badinguet n’est pas du genre à se retenir.

Murray Edelman l’a très bien écrit : “Basic to the exercise of power is the ability to retain that power in spite of actions and events that might give the ruled reason to make changes”. L’exercice du pouvoir par Badinguet se conforme très bien à cette logique.

[EDIT par Joël : nous avons effectivement regardé ensemble l’intervention, et ma réaction se trouve sur mon blog perso.]



Citer ce billet
François (2012, 31 janvier). Révision générale des promesses électorales, la suite. Polit’bistro. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/syo8

2 réponses sur « Révision générale des promesses électorales, la suite »

    1. Anglicisme ! Corrigé, comme le lien manquant vers le billet de Joël (ça m’apprendra à ne pas tout relire).

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search