Révision générale des promesses électorales

C’est peut-être parce que la lecture de Robert Castel sur Pierre Bourdieu me renvoie quelques années en arrière que je me demande sérieusement si je comprends encore quelque chose au clivage gauche/droite, ou au mode de scrutin majoritaire à deux tours d’ailleurs.

De mémoire, l’électorat de gauche est plutôt sensible aux annonces partisanes sur l’emploi, et aurait tendance à soutenir l’intervention de la puissance publique dans le marché terriblement sous-efficient de l’emploi. La sélection des arbitrages sur l’emploi au Parti socialiste par Libération est pourtant mince :

La création de 150000 emplois d’avenir. Alors que Hollande a semblé un temps prendre ses distances avec la proposition du PS, ardemment portée par Martine Aubry pendant la primaire, d’en créer 300 000, le candidat socialiste a finalement acté au Bourget qu’il en créera 150 000.

C’est la seule promesse chiffrée sur l’emploi que Libération met en avant. Je ne suis pas spécialiste du marché du travail, mais une manipulation de 150 000 emplois me paraît résiduelle. Est-ce simplement une promesse excessivement prudente, ou aussi un effet d’apprentissage lié à la réforme des 35 heures ?

Les autres promesses sont plus ou moins baroques :

François Hollande a promis de supprimer les exonérations de cotisations sociales des entreprises qui ne respectent pas l’égalité des salaires entre hommes et femmes. (Sélection de Libération.)

Ce qui signifie que les entreprises qui assument 100% du paiement de leurs cotisations sociales peuvent ne pas respecter l’égalité des salaires entre hommes et femmes. Ça paraît mal barré pour les inégalités salariales, qui dépendent notamment de la distribution très “genrée” des durées de contrat.

Nous créerons des dizaines de milliers d’emplois en améliorant en plus le pouvoir d’achat des ménages, par rapport à leurs frais de chauffage. (Discours officiel.)

On sent vraiment la puissance intellectuelle de John Kenneth Galbraith, Paul Krugman et Joseph Stiglitz réunis dans cette phrase.

Le programme officiel du Parti socialiste est plus long, mais si j’ai bien compris la campagne de François Hollande, sa manière de s’autonomiser du parti passe par une nébuleuse programmatique différente et par la rédaction d’un manifesto individuel, beaucoup plus ramassé. Cette stratégie évoque bizarrement la Grande-Bretagne1.

Certes, ce mode d’émancipation me paraît stratégiquement moins risqué que la candidature socialiste précédente, mais l’effet de révision à la baisse sur les promesses électorales (downplayed expectations) a l’air drastique. Comment est-ce qu’un candidat qui a besoin d’atteindre le second tour peut se positionner si loin des préférences de l’électeur médian de gauche ?

Je pars du principe que ces préférences devraient contenir des attentes bien plus marquées sur l’emploi public comme privé, et c’est peut-être là que je me plante. Dans ce cas, les cours de Pierre Bourdieu sur l’État ont probablement raison de mettre l’accent sur la nature artefactuelle des problèmes publics, à la façon de Murray Edelman.

Grâce au Manifesto Project, il y a des données assez complètes sur les programmes politiques. J’ai divisé le score de la variable “Market Regulation” (per403) par le score de la variable “Economic Goals” (per408) pour obtenir une sorte d’indicateur anti-interventionniste, mais les résultats n’indiquent rien d’immédiatement visible2 :

cmp-country31-party31320-per403-per408

Les résultats pour le Parti socialiste (id. party, 31210) ressemblent à ce qu’on obtient, en agrégat, pour les partis sociaux-démocrates (id. parfam, 30). Il faudrait surtout voir si les partis qui gagnent les élections sont différents de ceux qui les perdent sur ces scores. Si aucune différence gauche/droite ou gagnant/perdant n’est perceptible dans l’ensemble, j’ai vraiment besoin de revoir ma vision des préférences électorales.

Mise à jour : 150 000 est aussi le nombre de fonctionnaires détruits sous le gouvernement actuel, comme l’a rappelé l’Élysée à Claire Chazal dans la parodie de communication publique d’hier soir, et comme le rappelle Philippe Askenazy, qui parle aussi de l’Allemagne (sujet important puisque Badinguet est devenu ordo-libéral en 2012).

  1. Le rapprochement tient à l’usage d’un document court, le manifesto, pour la communication électorale, qui remplace les listes plus longues comme les 101 propositions de “Changer la vie” ; il y a aussi un rapprochement lié à l’utilisation de groupes d’experts indépendants de la base partisane, et à l’autonomisation de la machine de campagne en règle générale, mais je connais moins bien cet aspect des choses. []
  2. Plus précisément, il n’y a rien d’immédiatement visible par rapport aux performances électorales. []

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search