Blogs, journalistes, et conflits de juridiction

Si vous vous ennuyez ce weekend, allez vous divertir en lisant le torchon publié par Le Monde sur les blogs et le journalisme. L’article, qui usurpe au passage sa catégorisation (“Enquête”), est signé par le journaliste Xavier Ternisien.

Objectivement, l’article accumule tous les critères du torchon, entendu au sens journalistique1. Une grande partie des informations, comme celle selon laquelle les blogs seraient des “prescripteurs décisifs” en médecine, n’a pas fait l’objet de recoupements sérieux. La sélection des sources de l’article révèle un biais caricatural et non compensé vers les agences de communication. L’article contient un conflit d’intérêt évident lorsque Xavier Ternisien cite un employé du site Le Post, filiale du groupe “Le Monde Interactif”. L’enquête se résume donc à une chaîne de citations biaisées (one-sided), entrecoupées d’informations au mieux incomplètes, au pire inexactes.

Sociologiquement, cet article est intéressant parce qu’il permet d’observer de près ce que le sociologue américain Thomas Gieryn appelle le boundary-work. Cet auteur a étudié la manière dont les personnes investies d’une autorité scientifique abordent le problème de la démarcation entre science et non-science.

Le travail de Gieryn met en valeur les stratégies dont use le personnel scientifique pour se démarquer : différences statutaires, domaines d’expression réservés, langue à part2… Ces stratégies sont historiquement situées et revêtent parfois une importance particulière, comme lorsqu’il fut question de mettre une distance entre les astronomes professionnels et astronomes amateurs à la fin de l’ère victorienne3.

Les observations de Gieryn sont toujours valables dans le contexte contemporain : la mobilisation actuelle des enseignants-chercheurs en France peut être analysée à travers sa défense de l’autonomie du personnel scientifique et de ses institutions, au premier plan desquelles le CNRS. Dans ce cas précis, et contrairement à ce que laissaient entendre les torchons4 signés par une autre journaliste du Monde, Catherine Rollot, l’évaluation n’est en fait qu’un composant superficiel de la mobilisation : en arrière-plan, et comme l’indiquent très bien les travaux de Gieryn, c’est plutôt sur la source de l’objectivité consubstantielle au métier de scientifique et à son évaluation que se structure le conflit.

Un autre sociologue américain, Andrew Abott, a élaboré une théorie plus large dans laquelle s’insère le boundary-work. Dans son travail sur les professions légales, Abbott remarque qu’un corps professionnel est susceptible de se mobiliser dès lors qu’il perçoit un conflit de juridiction en ce qui concerne son coeur de métier. Afin de défendre son activité propre, cette profession va alors s’employer à réaffirmer son mandat et sa license (deux termes tirés de la sociologie des professions, et que j’utilise ici pour souligner la cumulativité des théories citées sur les derniers paragraphes).

L’article de Xavier Ternisien se lit très bien dans ce cadre théorique : le journalisme professionnel à tout intérêt à se décrire lui-même comme une activité dotée de règlements et de qualités exceptionnelles, au sens où ces règles et ces qualités ne se retrouvent pas dans d’autres secteurs professionnels ou amateurs (ici, les blogs et les blogueurs). L’image des blogs que construit son article (la mode de construction est d’ailleurs intéressant, puisque l’image est largement dessinée en creux) permet ainsi de rappeler comparativement les vertus du journalisme syndiqué, encarté, institutionnalisé, bref, professionnel.

  1. N’ayant pas une formation de journaliste, je me suis basé sur des informations de bonne foi, lues çà et là, au sujet de ce que ce métier reconnaît comme un bon article, puis ai construit ma définition du torchon en négatif. []
  2. À noter que j’estime faire partie de ce corps, et que j’utilise certaines de ces stratégies dans mon activité quotidienne de doctorant. []
  3. Je cite cet exemple que j’avais lu en détail dans un article de J. Lankford, Amateurs versus Professionals: The Controversy over Telescope Size in Late Victorian Science, parue dans la revue Isis en 1981. []
  4. Consultez les papiers (recensés par Christophe Bouillaud) et appliquez les même critères que ci-dessus. Je note aussi que la rédaction du Monde s’était laissée allée à titrer un article : “L’évaluation agite les enseignants-chercheurs”, alors qu’elle ne s’autoriserait pas d’autres titres identiques : “Les prêtres pédophiles agitent l’Église”, ou “Les discriminations agitent les femmes” (ce dernier exemple montre la filiation intellectuelle entre ce titre et les accusations d’hystérie collective, dont l’effet stigmatisant est resté intact depuis les femmes “hystériques” de l’époque de Charcot). []

13 réponses sur « Blogs, journalistes, et conflits de juridiction »

  1. Je me suis intéressé de très loin au débat journalisme/blog, parce qu’il m’apparaissait comme secondaire. Comme d’habitude, a chaque fois que j’ai une intuition à propos de la blogosphère, je me trompe dans les grandes largeurs. il y a tout de même un progrès dans le temps de réaction : 2 mois, alors qu’il m’a fallu 2 ans pour m’intéresser vraiment aux blogs.

    Merci pour le lien vers la notion de boundary work. Je vais aller voir cela de plus près. Elle m’intéresse doublement : les notions de travail, et de frontière et de lien sont au coeur de mon travail et de la compréhension que je peux avoir de ce qui se passe en ligne

    Il semble assez évident qu’il y a des glissements qui s’opèrent et cela sa voit sur le couple journalisme/blogger. Les blogs ont de l’influence, certains on même sans doute du pouvoir. Tout comme des journalistes et des médias peuvent en avoir. Mais ce qui est particulier aux blogs, il me semble, c’est cette conversation toute simple qui court de billet en billet et de plate-forme en plate-forme et dont Gabriel Tarde nous disait déjà que la richesse en sortait comme elle sort des usines.

  2. Cet article m’a de plus paru pour le moins contradictoire dans la mesure où le site Internet du journal qui le publie entretient lui-même des blogs de non-journalistes sur ce dernier, blogs qui génèrent du trafic, de l’audience, ce qui semble bien être le but d’un site de presse aujourd’hui.

    La faible qualité du texte, qui, effectivement, n’apprend rien sinon que ce journaliste aimerait délimiter sa « juridiction » contre des « amateurs » (et ce pour ne pas finir à Pôle Emploi…), est auto-falsifiant, si j’ose dire, sur sa propre prétention. Il n’est malheureusement pas le seul exemple. En même temps, je me demande quelle est l’ambiance dans un titre comme celui où ce journaliste écrit ; en effet, Le Monde a publié sur les derniers mois un certain nombre d’articles sur la crise de la presse, en particulier aux Etats-Unis, où l’on souligne les nombreuses faillites et les licenciements depuis un an (plus de 10 000 selon eux). Ils ont sans doute « peur » pour leur avenir économique immédiat – cela s’ajoute à votre étiologie par le conflit de « juridiction ».

  3. Vous avez raison, le conflit est clairement encastré dans un contexte économique plus large (la diminution du lectorat, les revenus moindres de la publicité, etc.). Sous l’influence de ce contexte, les blogs sont perçus, et décrits, comme une forme de compétition dans la course à l’information.

    Plus exactement, les blogs sont accusés de former une concurrence déloyale, dans la mesure où « les blogueurs » se feraient passer pour des « journalistes citoyens » – je passe sur les effets performatifs de ces deux expressions, paradoxalement plus présentes dans les journaux que dans la blogosphère, en tout cas celle que je lis !

    Les effets déformants de ce double prisme professionnel et économique donnent des résultats assez aberrants, comme cet article, qu’il est difficile de classer parmi les grandes oeuvres du journalisme d’enquête.

  4. Toute corporation en situation de pouvoir a tendance à dénigrer une concurrence montante qui menace sa position.
    On a vu ça de multiples fois :
    Dans les années 60 lorsque la vague des chanteurs « yéyé » était taxée de braillards incultes à textes idiots par les gloires déclinantes de la « chanson française » à texte.
    Dans les mêmes années 60 lorqu’on parlait de l’économie montante du Japon. A l’époque on en parlait comme de purs copieurs qui produisaient des montres au kilo, incapables de toute innovation. C’est exactement le même discours qui est tenu aujourd’hui à l’égard de la Chine, où l’on cherche à se rassurer en faisant mine de croire qu’on leur délègue la simple fabrication, mais que la conception, le savoir faire, et donc l’intelligence reste chez nous.
    Le journalisme officiel et encarté ne peut que réagir de cette manière face à la montée de nouveaux moyens d’expression qui menacent son monopole. Dans le futur, il sera intéressant d’observer si les blogs eux-mêmes ne seront pas classifiés en blogs sérieux, influenceurs, professionels et le reste. C’est déjà fait en ce qui concerne les skyblogs, rejetés dans les ténèbres de l’expression adolescente sans contenu ni intérêt. Y a-t-il un bloggeur sérieux qui ne parle des skyblogs dans les mêmes termes et avec les mêmes réflexes que ce journaliste à l’égard des blogs ?

  5. Ce qui est assez amusant, sur ce blog qui affirme émaner de « doctorants » (avec peut-être une once de pédantisme), c’est ce qualificatif de « torchon » qui est tout sauf scientifique…
    Le gros problème des blogueurs et autres apprentis journalistes ou apprentis je-ne-sais-quoi, c’est qu’ils voient toujours des intentions cachés dans le moindre article. Reflet sans doute d’une vision conspirationniste du monde.
    Au risque de décevoir l’auteur de ce post, je ne prends pas parti dans cet article. Simplement, le sujet m’intéresse. Et le regard porté sur le phénomène blog par les politiques, les hommes de marketing et les journalistes. Mais je n’ai aucun intérêt dans l’affaire. J’ai moi-même tenu un blog. Donc, je ne suis ni pour, ni contre. Est-ce que les blogs sont influents ? Je ne sais pas, je n’ai pas les instruments de mesure, mais je constate que L’Elysée et le PS en tient compte, de même que les entreprises. Je constate que certaines institutions choisissent comme critère la carte de presse, d’autres non.
    Votre post assez grossier en révèle davantage, me semble-t-il, sur votre pratique d’ « universitaire » : outre le concept hautement scientifique de « torchon », vous ne faites aucune différence entre ce qu’écrit le journaliste (disons le narrateur) et les propos qu’il rapporte, lui en attribuant insidieusement la paternité. Qu’est-ce qui vous dit que je partage le propos du vice-président de la commission de la carte ? Ou les opinions de Benoît Raphaël, qui vont plutôt dans l’autre sens?
    Et quel rapport avec les articles de Catherine Rollot ?
    J’ai l’impression que ce post est surtout un prétexte pour étaler votre science à propos du « boundary-work ». L’occasion était sans doute trop belle. C’est pourquoi le concept de cuisterie me semble assez bien convenir à votre cas.
    Décidément, les sciences politiques ont bien baissé…

  6. Merci d’avoir apporté un contrepoint à mon texte. Je ne suis pas sûr qu’une réponse de ma part aide à clarifier les choses ; en fait, j’ai l’impression que nous avons chacun plutôt bien compris le texte de l’autre (par exemple, vous avez raison, votre texte m’a surtout servi de prétexte à préparer cette tartine sur le boundary-work).

    Je souhaite juste balayer l’accusation de « vision conspirationniste du monde » (objectivement, ce n’est pas le cas, et méthodologiquement, ce n’est pas nécessaire à une lecture par les intérêts, et l’expression de ceux-ci ne nécessitent pas des raisonnements conscients). Et mon concept de torchon n’est évidemment pas scientifique !

    Les gens, de manière générale, n’aiment pas être pris pour objets, objectivés, et les journalistes moins que tous les autres. Ils sentent visés, épinglés, alors que, plus on avance dans l’analyse d’un milieu, plus on est amené à dédouaner les individus de leur responsabilité.

    Pierre Bourdieu, Sur la télévision, 1996, p. 15

  7. Je me demande si, dans cet échange, il ne faudrait pas citer plutôt C. Lemieux (Mauvaise presse) que P. Bourdieu.

  8. Oui, peut-être, mais je n’ai pas lu C. Lemieux et surtout, je demande à voir la plus-value, afin de conserver l’argument sous le rasoir d’Occam.

    Il faut aussi tenir compte du fait que ma petite note a vieilli : la controverse s’est personnalisée (elle tourne toujours autour des impressions de Xavier Ternisien) et déplacée (sur un autre blog).

    J’en profite pour rappeler ce qui ne fait pas vraiment débat ici, mais par précaution : je n’ai rien en particulier contre les journalistes et les journaux que je cite ici, sinon je ne les lirais pas. J’aurais bien du mal à avoir des sentiments très marqués (haine viscérale ou amour débordant) pour un titre de presse ou un(e) de ses employé(e)s. Le caveat lector est donc posé en ces termes.

  9. Excusez-moi, mais je n’ai pas très bien compris l’allusion au rasoir d’Occam.

    Si plus-value il y a à utiliser, dans ce cas précis, le travail de Lemieux, c’est parce que celui-ci a pris comme objet d’étude les fautes journalistiques et qu’il me semble que c’est bien ce que vous lui reprochiez (mal faire son travail, en fonction de normes ici rapidement explicitées).

    L’autre intérêt du travail de Lemieux, c’est qu’un de ses chapitres traite justement de la non-recevabilité de certaines critiques par les journalistes eux-mêmes, qui justement peuvent prendre de haut certaines critiques, ou les trouver infondées, etc.

    Mais il est vrai que j’arrive après la bataille.

  10. Merci, je comprends mieux. Vous soulevez deux points : je pense que je suis en désaccord avec le premier, le journaliste qui protège sa profession et son savoir-faire fait son travail ; je supprime le “fait bien son travail” dans la mesure où cette défense est pratiquement antithétique du credo de la discipline, la transmission de l’information). Il s’agit bien de boundary work.

    Le deuxième point est plus pertinent, me semble-t-il, et dans ce cas-là oui, invoquer Lemieux peut être raisonnable tout en respectant une forme de parcimonie dans l’argument. L’essentiel est dit, toutefois, dans les travaux de Gieryn : il y a une frontière professionnelle, une “juridiction” chez Abbott, à protéger.

  11. Pour Bourdieu, les sociologues sont des « […] Professionnels de l’interprétation, socialement mandatés pour donner sens, rendre raison, mettre de l’ordre […] (préface aux Chômeurs de Marienthal).

    Ce que laisse aussi montrer cette petite controverse, et la réponse du journaliste, c’est que les activités journalistiques et sociologiques sont, dans leur visées mêmes, parfois proches. Ils entrent alors en concurrence, s’invectivent – voir le « universitaire » entre guillemets : espèce de mauvais sujet…, etc. -.

    C’est là aussi tout l’intérêt des blogs: les frontières sont plus fluides, me semble-t-il. A titre personnel, je trouve cela tout à fait passionnant.

  12. Merci pour vos contributions. N’hésitez pas à venir écrire avec Joël (que vous connaissez peut-être) et moi sur ce blog si le cœur vous en dit !

  13. tout à fait,le conflit est clairement encastré dans un contexte économique plus large (la diminution du lectorat, les revenus moindres de la publicité, etc.). Sous l’influence de ce contexte, les blogs sont perçus, et décrits, comme une forme de compétition dans la course à l’information.

Les commentaires sont fermés.