Un problème de neutralité

Lorsque j’ai dû effectuer les petites revues de presse par lesquelles je commence mes enseignements en première année, j’ai trouvé très difficile (impossible, en réalité) de rester neutre, objectif et professoral dans ces circonstances :

“En 1905, il y avait très peu de musulmans en France, aujourd’hui il y en a entre 5 et 6 millions”, a poursuivi Claude Guéant. “Cet accroissement du nombre de fidèles et un certain nombre de comportements posent problème. Il est clair que les prières dans les rues choquent un certain nombre de concitoyens. Et les responsables des grandes religions ont bien conscience que ce type de pratiques leur porte préjudice”, a-t-il dit. Le ministre de l’Intérieur a précisé que le gouvernement se prononcerait “la semaine prochaine” sur les solutions avancées par l’UMP.

Il y a un point Godwin facile dans ce propos : il suffit de remplacer “musulman” par “juif” et “prières dans les rues” par “cortège de mariage” ou toute autre cérémonie semi-publique à laquelle on peut assister si l’on réside dans une ère géographique où les événements religieux débordent ponctuellement dans l’espace public. Le terme de “solutions”, inséré par le journaliste ci-dessus, en devient encore plus difficile à lire sans trouver le propos général abject.

Je me suis naturellement abstenu de lancer toute polémique de ce genre en cours, mais j’ai demandé, dans le cadre d’un enseignement en langue anglaise, si les étudiants pouvaient traduire le terme de “laïcité” dans une autre langue que le français. La séance portait sur un chapitre d’ouvrage d’Andrew Gelman où celui-ci fait le lien entre dénomination religieuse, salaire, localisation géographique et attitudes socio-politiques (divorce, vote, affiliation partisane) aux États-Unis.

Un étudiant marocain s’est manifesté : le terme “laïcité” existe en arabe. Mieux que ça, il y a deux termes correspondants ! La racine étymologique du premier, visible ci-dessous, utilise le terme “science” : il s’agit apparemment d’une traduction du grec par Averroès. Le second terme signifie “mondain”, par opposition à “clérical”. J’ai trouvé cette exploration du terme très à propos, et tellement plus intéressante que l’insultante connerie du ministre de l’Intérieur.

Laïcité (arabe)
Photographie du tableau : merci à Aberrahim pour sa calligraphie impeccable !

Je suis incapable de dire si cette exploration étymologique est parfaitement correcte, mais même si elle se révélait imprécise, le simple fait qu’un étudiant arabophone soit conscient de la complexité sous-jacente du terme montre qu’il y a, derrière le terme volontairement stigmatisant de “fidèles” employé par un officiel mandaté (mais jamais élu) de la République française, une réalité d’une richesse intellectuelle qui dépasse, sans surprise, les raccourcis mentaux et les instrumentalisations qui se multiplient aujourd’hui en France à un rythme proche de celui de la stigmatisation des Juifs en Iran. L’électorat semble, heureusement, peu impressionné par la manœuvre.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search