Tocqueville nowhere to be found in Wisconsin

C’est moi, ou plus d’un mois après le début de la plus grande labour dispute de ces dernières années aux États-Unis, Le Monde n’a publié qu’un seul article de fond sur le sujet ? Libération et Le Figaro ne font apparemment pas mieux, et France Info n’en a pas parlé non plus. Voilà pour mon échantillonnage des médias.

Je ne trouve presque rien non plus dans la blogosphère, qui a l’air plus intéressée par un sondage délirant sur le premier tour de l’élection présidentielle de 2012. La blogosphère colle de plus en plus près à l’agenda médiatique dans mon expérience des choses, et c’est évidemment un reproche sous forme de constat (que je ne peux pas démontrer par ailleurs).

Ce qui se passe dans le Wisconsin peut avoir des effets spectaculaires sur le champ politique américain, dans une mesure équivalente à ceux décrits par Theda Skocpol quand elle étudie les périodes les plus progressistes des politiques sociales aux États-Unis. Le débat nous échappe complètement.

Au passage, ce dernier lien pointe vers Persée, ressource libre en péril : une autre forme de défaite intellectuelle hexagonale (promis, moins de Finkielkrautisme à l’avenir, mais la conjoncture n’aide pas).


4 réflexions sur « Tocqueville nowhere to be found in Wisconsin »

    • Merci pour ce lien. Le lien que je fournis pointe lui aussi vers la pétition et vers un premier communiqué de mise au point, auquel ce dernier lien se rajoute utilement. Lorsque je parle de défaite hexagonale, je pèse mes mots : je ne comprends toujours pas pourquoi c’est une université qui a dû assurer le développement (limité) de ce projet, et pas l’unité du CNRS spécialisée dans l’information scientifique, l’INIST. Je me considère personnellement très critique de ces initiatives, dispersées, de qualité inégale, mais leur logique interne m’échappe, alors je m’en tiens à mon insatisfaction chronique.

    • Pour moi aussi, cette organisation en “rhizome” pour faire de l’humour au troisième degré, je n’y comprends rien!

  1. Pour le faible niveau d’information en France sur ce conflit social américain, je suis d’accord. Je crois tout de même avoir vu plus d’un article dans le journal Le Monde, mais c’est vrai que cela n’intéresse guère. Il faut dire aussi que l’écroulement du statut économique et social des “classes moyennes” des Etats-Unis ne fait plus tellement nouvelle! Qui ne sait pas que c’est fini pour elles?

Les commentaires sont fermés.