Best of 2010

L’année est bien entamée, et j’aime bien l’idée du best-of académique. En science politique, je sélectionnerais quatre textes, et j’attends vos suggestions :

  • Black Ravens, White Shoes, and Case Selection: Inference with Categorical Variables”, un texte inédit du statisticien David Freedman dans un recueil édité par David Collier (un collègue de Berkeley, bien connu en science politique) et al.. En quelques pages, tout y passe, le paradoxe des corbeaux chez Hempel, la sélection des cas d’étude, quelques références en passant à Taleb (que j’ai découvert grâce à Mark Blyth), l’inférence statistique à “faible n”, etc. Freedman est (était) un des plus grands statisticiens du 20e siècle, et l’un des plus ouverts à l’épistémologie qualitative. Un modèle.
  • Democracy and the Limits of Self-Rule : le dernier ouvrage d’Adam Przeworski. Enough said. La préface – autobiographique, comme son chapitre dans l’ouvrage de Munck et Snyder déjà mentionné – est absolument magistrale. Foncez dessus par tous les moyens possibles ! Des extraits sont disponibles. Je n’ai pas fini de dire tout le bien que je pense des recherches d’Adam Przeworski, que j’avais déjà mentionné en passant. Je n’ai hélas pas le temps de lire autant que je voudrais, mais si l’on me propose un cours libre l’an prochain, ce sera un cours sur la démocratie et (presque) rien d’autre.
  • Transnational Diffusion: Norms, Ideas, and Policies”, une synthèse magistrale de Fabrizio Gilardi sur un phénomène essentiel en science politique. Le texte est à présent daté de 2011 mais j’ai lu la version précédente de 2010. Le texte est une version de travail pour publication dans un handbook de relations internationales, mais l’on y apprend beaucoup de choses utiles au niveau méthodologique qui sont utiles en dehors de cette spécialisation. À suivre, surtout en rapport au contexte politique actuel en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.
  • Rational Choice : je pense que j’ai enfin commencé à comprendre quelque chose à la théorie des jeux grâce à cet excellent ouvrage introductif d’Itzhak Gilboa. L’ouvrage ne m’empêchera toutefois pas de penser que l’immense majorité des articles dans les revues comme Games and Economic Behaviour (où l’on trouve ce genre de démonstration) représentent, au mieux, une perte de temps. Quitte à balayer le champ des rational choicers, je n’en dirais pas autant des recherches appliquées de Dennis C. Mueller en public choice (son manuel vient d’ailleurs d’être traduit en françaisshameless colleague plug!).

J’ai fait un peu exprès de prendre des textes hors de mes “intérêts de recherche” immédiats, parce que je pense apprendre autant en lisant de manière complètement sérendipiteuse qu’en lisant de manière focalisée. Dernier exemple en date, j’ai récemment appris beaucoup de choses en (re)lisant des extraits du chef d’oeuvre de Mary Douglas, How Institutions Think (clin d’oeil à David, à qui j’ai offert la traduction française) : Schelling, Williamson, tout y est. Quant aux clivages disciplinaires, qui m’évoquent de plus en plus la fractionalisation ethno-linguistique et religieuse, je refuse d’en tenir compte à ce stade.

Où vont, sinon, les sciences sociales à l’horizon 2020 ? La National Science Foundation a posé la question en 2010, et les réponses sont en ligne. Les thèmes de recherche d’une quinzaine des contributeurs m’étaient déjà connus, et la lecture de leurs papiers ouvre des perspectives de recherche passionnantes.



Citer ce billet
François (2011, 27 février). Best of 2010. Polit’bistro. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/synk

3 réponses sur « Best of 2010 »

  1. Très beau choix, dont vous m’aviez annoncé l’existence en passant à Grenoble. Je me demandais ce que ce projet était devenu. Je note de manière cordiale (comme l’entente du même nom) que vous n’avez retenu aucune lecture française, et surtout que vous avez privilégié les introductions ou les synthèses – ce qui correspond d’ailleurs aux pratiques de lecture générales à en croire les “audiences” des articles. Bref, un lecteur d’aujourd’hui semble avoir besoin surtout de montée en généralité… Très intéressant.

    1. Vous avez raison, et je réalise, de plus, que les trois premières références francophones découvertes cette année qui me viennent à l’esprit sont en fait deux traductions de Tilly et Skocpol, que j’utilise en cours, et un ouvrage mi-scientifique, mi-grand public, le dernier ouvrage de Philippe Askenazy, à travers lequel je suis enfin en train de comprendre quelque chose aux politiques économiques (ma dernière lecture sur le sujet remonte à Ezra Suleiman, Les ressorts cachés de la réussite française, il y a quatre ans : un ouvrage en français, mais rédigé par un universitaire américain, et que j’ai lu… à l’étranger).

      Je souffre certainement d’une multitude de biais qui me tient à l’écart de plusieurs lectures françaises ou francophones. Mais je ne suis complètement incurable non plus : le texte de Vincent Dubois sur les champs de l’action publique, par exemple, aurait pu faire partie de la liste. (Avez-vous remarqué, pour faire un lien vers cet autre billet récent, que Vincent Dubois possède un site Internet assez fourni ?)

    2. Oui, Vincent Dubois, qui est de ma génération, mais qui se trouve être un vrai entrepreneur scientifique.

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search