Éric Zemmour n’est pas valide

En lisant cette réaction de Denis Colombi à la phrase d’Éric Zemmour sur les contrôles policiers et leur tendance à se concentrer sur certains segments de la population, j’ai cherché la forme logique de la rhétorique d’Éric Zemmour. À rhétorique de comptoir, logique de comptoir1.

La phrase d’origine est :

Les français issus de l’immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes. C’est un fait.

En réécrivant l’argument sous une forme à peu près logique, on obtient, à grand peine, ce semblant de syllogisme2, et avec une erreur qui permet d’apporter la contradiction :

Prémisse majeure : Il faut contrôler la plupart des trafiquants.
Prémisse mineure : La plupart des trafiquants sont noirs et arabes.
Conclusion : Il faut contrôler la plupart des noirs et les arabes.

Les opposants à ce propos s’attaquent à la prémisse mineure, en montrant que la prémisse mineure est mal écrite : elle devrait lire, pour respecter la forme logique valide du syllogisme, “la plupart des noirs et arabes sont des trafiquants” – or cette prémisse est fausse, donc le syllogisme est invalide.

Mais il vaut mieux s’attaquer à la prémisse majeure3 : est-ce qu’il faut plus contrôler les trafiquants ? Non, il ne faut contrôler que les trafiquants si l’on veut éviter l’excès de contrôle qui crée des “innocentes victimes du contrôle abusif”, ou “faux positifs”. De même, faut-il ne contrôler que la plupart des trafiquants ? Non, il faut contrôler tous les trafiquants si l’on veut éviter le défaut de contrôle qui crée des “trafiquants impunis”, ou “faux négatifs”. La loi ne laisse pas le choix : le crime ne peut pas rester impuni, et les contrôles excessifs (menés au délit de sale gueule) sont prohibés4.

Cette observation indique que c’est l’écriture logique qui n’est pas conforme à ce stade d’interprétation, qu’il s’agisse de l’argument de Zemmour ou de sa réfutation. L’erreur vient du fait que l’on accepte d’écrire un “syllogisme probabiliste” en utilisant comme quantificateur “la plupart”). Ce quantificateur n’existe pas : en logique aristotélicienne, les syllogismes sont soit universalistes, soit particularistes. Par syllogisme, on peut avancer un prédicat sur tous ou certains sujets, pas sur la plupart.

Il faut une réécriture supplémentaire pour arriver à un syllogisme qui mérite ce nom. Dans ce qui suit, on prend en compte la loi, et on utilise les “trafiquants” au sens des “criminels”, au sens large.

Si Éric Zemmour veut que la loi s’applique intégralement, alors il faut contrôler “tous les trafiquants” ; mais dans ce cas, “tous les noirs et arabes” doivent être des trafiquants pour en arriver à la conclusion souhaitée, et en plus de cette erreur de “faux positifs”, tous les trafiquants non-noirs et non-arabes échappent à l’argument (“faux négatifs”) :

Prémisse majeure : Tous les trafiquants sont (justiciables des) contrôles.
Prémisse mineure : Tous les noirs et arabes sont des trafiquants. (erreur : faux positifs)
Conclusion : Tous les contrôles sont (exercés sur) des noirs et les arabes. (erreur : faux négatifs)

Chercher à appliquer la loi par un syllogisme universaliste ne paraît pas très indiqué, puisque l’on trouve deux erreurs dans le raisonnement, au niveau de la prémisse mineure et de la conclusion.

Un syllogisme particulariste fera peut-être mieux : supposons qu’Éric Zemmour ait utilisé “la plupart” pour parler de “certains” sujets. Si l’on retient cette solution, alors il faut accepter que certains contrôles ne visent pas des trafiquants et s’exercent donc sur de “faux positifs” tout en laissant s’échapper des “faux négatifs” :

Prémisse majeure : Certains trafiquants sont (justiciables) des contrôles. (erreur : faux positifs et faux négatifs)
Prémisse mineure : Certains noirs et arabes sont des trafiquants.
Conclusion : Certains contrôles sont (exercés sur) des noirs et les arabes.

Même en sauvant la conclusion, on persiste à commettre deux erreurs sur la prémisse majeure.

Écrire logiquement “la plupart des sujets S” ne peut se faire qu’en écrivant “tous les sujets S” ou “certains sujets S”. Le syllogisme universaliste est facile à écarter, mais le syllogisme particulariste l’est aussi. Je dirais même qu’il est plus faux encore, parce qu’il rajoute une erreur logique supplémentaire : l’appel à la probabilité, qui permet d’écrire “S est possible, donc S” au prix de la validité logique de l’argument5. Je ne vois aucun moyen de sauver la rhétorique d’Éric Zemmour ; pire, j’affirme que plus elle tente d’être valide, plus elle commet d’erreurs de logique6.

Je ne pense pas qu’il faille chercher à opposer une démonstration scientifique à un argument qui n’est pas logiquement formé ; en conséquence, débattre de l’identité nationale est absurde, de même que débattre d’Éric Zemmour. Aucun des deux débats n’est initialement valide. Aucune démonstration n’est requise face à des propos aberrants. Il est scientifiquement aussi pertinent d’apporter la contradiction à un chimpanzé sous LSD que d’apporter la contradiction à Éric, Zemmour ou Besson7

Je pense également qu’il est dangereux d’essayer d’opposer des démonstrations scientifiques à des arguments non logiquement formés. Comme le relève un commentaire laissé chez Denis Colombi, cette entreprise travestit accidentellement les intentions des discutants : les contradicteurs passent pour hypocrites s’ils s’attaquent à la prémisse mineure du “syllogisme probabiliste”. Or je pense qu’Éric Zemmour n’est pas plus raciste que ses contradicteurs ne sont hypocrites : les deux parties sont simplement engagées dans un débat qui n’a pas de structure logique.

À défaut de structure logique, le débat a une structure politique évidente, qui devrait faire fuir tous les savants wébériens. C’est en tout cas la conclusion de ma logique de comptoir, qui n’est certainement pas un grand exercice de logique, mais qui ne laisse aucune chance à un débat scientifique autour de l’argument d’Éric Zemmour. En définitive, je préfère encore lire ou entendre des arguments ad hominem, de type “Éric Zemmour est un crétin de première classe, génétiquement programmé pour raconter des conneries” ; “et en plus il est de droite”. La science en sort épargnée.

  1. Dans ce qui suit, j’essaie bêtement d’être logique – “bêtement” parce que je force le trait en vue d’établir un raisonnement logique, alors que l’absurdité de la tâche est presque self-evident. J’appelle cette tentative une “logique de comptoir”, parce que je la trouve divertissante à défaut d’être entièrement légitime. []
  2. Le reste du billet requiert un minimum de connaissances sur le syllogisme. L’entrée Wikipedia anglaise fournit une connaissance suffisante. []
  3. L’idée me vient d’un texte de Peter Singer sur l’avortement. []
  4. Notez, à ce stade, qu’on peut résoudre tout le problème en se débarrassant de la loi : il suffit de contrôler tout le monde. Cette proposition est un peu l’équivalent d’introduire un dictateur, ce que prédit déjà le théorème d’impossibilité d’Arrow, et qui se pratique dans beaucoup de contextes sociaux (dans tous les contextes hiérarchiques, en fait ; dans une entreprise ou une démocratie représentative, par exemple, le directeur général, ou la représentation nationale, respectivement, tranchent en dernière instance, avec la possibilité de violer les préférences des autres agents). []
  5. L’argument prend la forme : “que certains sujets [noirs et arabes] soient trafiquants est possible, donc certains noirs et arabes sont trafiquants”. []
  6. L’argumentaire de Zemmour sera un supplice de Sisyphe pour son auteur s’il essaie d’être à la fois logique, légaliste et démocrate. Sa seule porte de sortie est d’abandonner une ou plusieurs de ces conditions. Denis Colombi pense qu’Éric Zemmour cherche à justifier les contrôles de faciès, c’est-à-dire qu’il abandonne le légalisme mais conserve la logique et la démocratie. Je pense différemment : Éric Zemmour ne s’est même pas donné la peine d’être logique. []
  7. Je présume que la science (Wissenschaft, connaissance) a besoin d’une structure logique pour s’exercer. L’histoire (Geschichte, récit) ne requiert peut-être pas autant de contraintes. Je ne suis pas au clair dans ces exigences respectives, à cause de l’expression “science historique” qui m’interroge d’un point de vue épistémologique. []

16 réflexions au sujet de « Éric Zemmour n’est pas valide »

  1. Il est toujours possible de discuter la formulation de l’argument présenté par Éric Zemmour, mais le fond de ses propos me paraît assez clair. J’ai récemment eu l’occasion d’aborder le problème avec un policier (qui s’exprimait anonymement) : les « contrôle au faciès » n’existent pas ; un contrôle de police ne peut être entrepris aléatoirement. Pour qu’un contrôle survienne, il faut ou bien un signalement sur les ondes d’un délit, ou bien un comportement particulier.

    Mais il vaut mieux s’attaquer à la prémisse majeure : est-ce qu’il faut plus contrôler les trafiquants ? Non, il ne faut contrôler que les trafiquants si l’on veut éviter l’excès de contrôle qui crée des “innocentes victimes du contrôle abusif”, ou “faux positifs”. De même, faut-il ne contrôler que la plupart des trafiquants ? Non, il faut contrôler tous les trafiquants si l’on veut éviter le défaut de contrôle qui crée des “trafiquants impunis”, ou “faux négatifs”. La loi ne laisse pas le choix : le crime ne peut pas rester impuni, et les contrôles excessifs (menés au délit de sale gueule) sont prohibés.

    Lorsque vous dites à juste titre que seuls les délinquants devraient être contrôlés, la réalité n’offre d’autre possibilité que de créer des « innocentes victimes du contrôle abusif » : en l’occurrence, si un individu présenté comme « noir » est signalé, les policiers seront dans les faits conduits à contrôler des individus correspondant à sa description physique. Que cela soit problématique à plusieurs égards est une réalité certes, mais il paraît en tout cas difficilement envisageable de procéder autrement.

    En outre, les contrôles motivés par un « comportement particulier » sont généralement exercés contre des bandes s’en prenant vertement aux policiers lors du passage des patrouilles, fait que l’on remarque surtout dans les « quartiers difficiles ». Là encore, le fait que beaucoup de « noirs » ou « d’arabes » soient concernés paraît difficilement imputable à un biais dans les contrôles.

    Bref, quelques soient les tares de Zemmour je ne comprends pas trop les réactions emportées à son sujet. Ses propos n’ont rien de très extravagant dans le fond : que la criminalité soit plus forte dans des secteurs de la population qui subissent de plein fouet la pauvreté et le chômage est une idée somme toute assez évidente. Qu’il s’agisse de Denis Colombi ou d’autres, j’ai l’impression que certains se sentent surtout obligés de clamer haut et fort leur profession de foi antiraciste, quitte à ressortir le cliché stupide du flic beauf, con et raciste à l’appui de leur argumentaire. Je ne trouve pas ce dernier argument nécessairement plus fondé, plus intelligent ou plus respectable que les propos attaqués.

  2. Je suis en désaccord avec votre première observation : le fond des propos d’Éric Zemmour n’est justement pas assez clair pour être discuté. À ce titre, Zemmour aurait mieux fait de se taire, ou de reformuler son argument logiquement.

    Dans la suite de vos propos, vous êtes d’ailleurs beaucoup plus précis que lui quand vous apportez la prémisse réellement discutable :

    la réalité n’offre d’autre possibilité que de créer des “innocentes victimes du contrôle abusif”

    Si : l’alternative consiste à avoir plus de faux négatifs. Pensez à un cas-limite : l’exécution capitale des meurtriers. Préfère-t-on avoir plus de faux négatifs (des meurtriers non condamnés) ou de faux positifs (des innocents exécutés) ?

    Pour terminer, vous écrivez que les “contrôle au faciès” n’existent pas. Pardonnez-moi de formuler un argument d’autorité, mais je détiens la preuve intangible qu’ils existent. Je connais même la formule administrative qui les désigne (cette formule aurait étonné Klemperer par sa proximité sémantique d’une ancienne formule nazie, le Sonderbehandlung).

    Je ne peux pas préciser mon propos pour ne pas embarrasser ma source, mais je suis catégorique : ces contrôles existent et sont même formalisés par les street-level agents. Leur existence formalisée montre d’ailleurs que c’est un comportement adaptatif bureaucratique et pas la manifestation d’un déficit d’intelligence chez les policiers, je suis très bien placé pour le savoir.

  3. Je vous accorde que Zemmour aurait pu s’abstenir de prononcer de tels propos à la télévision, de surcroît dans le contexte actuel.

    Si : l’alternative consiste à avoir plus de faux négatifs. Pensez à un cas-limite : l’exécution capitale des meurtriers. Préfère-t-on avoir plus de faux négatifs (des meurtriers non condamnés) ou de faux positifs (des innocents exécutés) ?

    L’alternative que vous proposez est-elle en l’occurrence une réelle alternative ? J’ai conscience que la situation n’a rien d’évident, mais politiquement la solution qui reviendrait à mettre fin aux contrôles afin d’empêcher toute discrimination est quelque peu impossible.

    Pour le reste, je ne peux que vous croire sur parole concernant les « contrôles au faciès » – même si je suis étonné que ma source l’ait totalement nié ! Je ne chercherai pas à vous tirer les vers du nez. Je ne sais pas si nous pensons à la même chose, mais s’il s’agit du fait que les policiers tendent à contrôler certains individus plus que d’autres dans le cadre de certaines opérations, il semblerait – d’après ce que j’en sais – que les vêtements, la démarche et l’attitude seraient bien plus déterminantes que la couleur de peau pour motiver le contrôle.

    • Je vous réponds un peu en retard : oui, c’est une vraie alternative que celle de pratiquer moins de contrôles. Il y a d’autres manières d’arrêter les criminels, et le contrôle n’est même plus la moins coûteuse depuis que le prix des procédures a considérablement augmenté.

  4. « À rhétorique de comptoir, logique de comptoir » Je veux bien l’adresse de votre zinc, histoire d’y trinquer à ce bel exercice de style. Mais pour les arguments ad hominem, méfiez-vous, Zemmour y est particulièrement chatouilleux.

    • Je vois où vous voulez en venir, HK – mais j’ai vraiment cherché à comprendre, en toute bonne foi et avec les connaissances limitées dont je dispose, ce qui pouvait être logiquement vérifiable dans le propos étudié. À mon avis, le problème du propos se situe au niveau de sa structure, qui ne renvoie pas à un raisonnement logiquement fondé, et qui commet plusieurs erreurs de déduction, quelle que soit la forme logique retenue.

      La rhétorique des plateaux-télévision est en cela proche de celle du zinc, même si les participants sont différents ; et vu l’amour profond que je voue aux discussions du bar PMU à côté de chez moi (“Le Jean Bart”, à Belleville), on m’accusera difficilement de vouloir dire du mal des uns ou des autres. Chatouiller, peut-être, et encore, à mon avis le principal intéressé s’en contre-fiche.

  5. Lier exclusivement immigration avec une couleur de peau ou un prétendu type ethnique est une erreur. Comme si l’immigration asiatique, américaine, européenne (océanienne-océanique ? ) disparaissait totalement du préjugé de zemmour.

    • C’est une erreur souvent calculée. Je ne sais pas si c’est le cas ici.

  6. Zemmour n’est pas valide ? Donc il est invalide.

    Vous vouliez dire le discours de M. Zemmour n’est pas valide, je pense.
    Avant de faire de la rhétorique politiquement correcte pourquoi ne pas commencer par de la sémantique de base.

    Mettre une discussion de plateau TV grand public probablement improvisée à la hauteur de votre si haute et pertinent analyse, est-ce bien raisonnable, ou est-ce pour se payer Zemmour ?

    Le politiquement correct, voire l’idéologie gangrène le discours de beaucoup de chercheurs, je pense à des gens comme Laurent Mucchelli qui voudrait nous faire croire que la violence n’est qu’apparente, qu’une mauvaise interprétation, une perception de moins en moins tolérée et pourtant d’une confondante banalité.

    La classification ethnique étant interdite en France fait dire au CSA qu’il a trop de non-Blancs dans nos lucarnes, où va-t-on, une forme de discrimination par l’absurde ?

    Cordialement.

    Bug, Cafard politiquement incorrect

    • Oui, je voulais dire que le discours de M. Zemmour n’est pas logiquement fondé. Non, je n’ai ni l’intention ni les moyens de me le « payer ». Et non, ce n’est pas politiquement correct que de mener des recherches comme le fait Laurent Mucchielli.

      (Au passage, j’ai corrigé quelques fautes de français dans votre commentaire.)

    • Vous avez dit: (Au passage, j’ai corrigé quelques fautes de français dans votre commentaire.)
      Merci, je ne suis pas resté longtemps à l’école et même quand je me relis, je ne vois pas ce que j’ignore, dois-je me taire pour autant ?

      J’apprends beaucoup de choses.

      Cordialement.

      Bug

    • Je signale toujours aux commentateurs lorsque je me permets d’éditer leurs commentaires ; c’est le cas ici, j’ai retiré quelques fautes d’accord et d’orthographe qui ne prêtent pas à conséquence. À part ça, je vous ai répondu sur le fond dans le reste de mon commentaire.

  7. Je connais mal les travaux de Laurent Mucchielli mais ils m’ont l’air plus scientifiques que bien des bavardages type « CEVIPOF ».

    Mais qu’est ce le « politiquement correct » des recherches ?

    s.N

    • On évite, en science, de juger les travaux au faciès. Les travaux du CEVIPOF ne sont pas des bavardages mais un ensemble de recherches scientifiques. Comme tout corpus de recherches, il n’est pas homogène, et certains travaux auront des défauts et des qualités qui ne se retrouveront pas chez les autres.

      Mais vous savez tout ça, et vous savez que le métier de scientifique est un métier sérieux ; en conséquence, les questions pas très sérieuses (comme la définition du politically correct) n’ont pas de réponse scientifique ; mais celle donnée par un juge de la Cour Suprême sur un tout autre souci s’applique : I know it when I see it.

    • Je me souviens d’une opposition médiatique entre Laurent Muchielli et Alain Bauer, qui devait reproduire un clivage gauche/droite dans ces termes. Je n’ai pas d’opinion mais en pur sceptique, je dirais que LM a apporté une preuve et que personne n’a réussi, dans les quelques émissions que j’ai suivies, à démontrer qu’il avait tort.

      Mais l’on se trouve, dans ce débat, dans le domaine de l’administration de la preuve. Ce n’est pas le cas dans mon billet initial.

Les commentaires sont fermés.