Reprise le 21 août

Ce blog s’interrompt officiellement pour trois semaines, le temps d’écrire au calme le jour et de coder la nuit.

Si la science politique vous manque d’ici-là, voici plus de 300 podcasts avec tout plein de politistes (surtout américains), et un nouveau portail – francophone, parisien, et primordialement politiste – de sciences sociales, et qui n’a malheureusement pas activé son flux RSS, ce qui fait que vous n’en entendrez probablement pas reparler ici.

Teaser programmatique

Cela fait un an que ce blog tourne à plein régime, avec entre 5 et 11 billets mensuels, soit entre 1.25 et 2.75 billet(s) par semaine. Il faut remonter à 2010 pour trouver une fréquence qui se rapproche de l’actuelle, et encore. Je pense que l’augmentation du volume de publication est à imputer à l’habitude de programmer les billets à l’avance, d’où l’heure de publication, factice, de 6 heures du matin, pour la plupart d’entre eux. Quand on publie sous cette forme, l’écriture devient largement asynchrone, et plus systématique.

Reprise des festivités le 21 août avec les deux feuilletons de l’année – Annals of Youtube Science et Women Also Know Stuff – et tous pleins de trucs que j’espère vaguement avoir le temps de finaliser dans les semaines qui arrivent, dont notamment un billet très en retard sur les élections legislatives de cette année.

Programme musical

J’ai le choix entre poster la liste des bouquins que j’aurais voulu lire cette année universitaire, ou poster une sélection de morceaux de musique. La seconde option convient mieux à une pause estivale.

Attention, la sélection ci-dessous demande de bonnes enceintes avec des vraies basses, pas des écouteurs standard ou des enceintes intégrées. Si vous cherchez un bon casque, je recommande la série MDR-XB de Sony (celui-ci est excellent) ; et pour les enceintes de bureau, les JBL Pebbles sont correctes, mais rien ne bat les Companion 2 de Bose.

  1. L’an dernier, j’ai eu la chance d’aller voir Terry Riley en concert pour la deuxième fois. La première fois, c’était à Grenoble en 1998, et il jouait avec Fred Frith ; la deuxième fois, c’était à Lille, et il jouait avec son fils.

    Si vous ne connaissez pas Terry Riley, c’est que vous avez oublié de prendre du LSD dans les années 1970. Séance de rattrapage :

  2. Pour la deuxième fois en quinze ans, je m’enracine : cela fait plus de trois ans et demi (ma durée-repère) que je paie un loyer au même endroit à Paris, et que je bosse au même endroit à Lille.

    Histoire de fêter ça, un peu de musique lilloise :

    Contexte : Sarin Assault est un des génies de la scène hardcore franco-britannique, que j’ai découvert grâce au morceau « The Thing » dans un mix de The DJ Producer, après avoir vu ce dernier live à Astropolis 2016.

  3. En février dernier, je suis allé voir Magma pour la quatrième fois—avec mon père, qui les a vus une douzaine de fois. Si vous ne connaissez pas Magma, vous avez quatre décennies de retard sur la musique contemporaine française, mais il n’est pas trop tard pour vous y mettre.

    Les techniciens de l’Olympia ont été sympa et astucieux ; voilà ce que l’on pouvait entendre comme « musique d’attente » avant le concert :

    Le morceau « Alice » de Sunn O))) est ainsi nommé en référence à Alice Coltrane, la moitié féminine du seul couple de divinités dont on ait une preuve du passage sur Terre, Alice et John Coltrane—ce dernier étant l’inspiration principale de Christian Vander, le batteur, créateur et leader de Magma. Je vous ai déjà parlé d’Alice Coltrane plusieurs fois cette année.

    Si vous ne connaissez pas Sunn O))), essayez le dernier album, qui est une tuerie absolue. Le groupe a commencé comme une sorte d’hommage à Earth, avant de vite devenir la référence du drone metal. Je rêve de les voir sur scène, dans le décor adéquat, mais les billets partent très vite.

  4. Agréable à toutes températures, Evigt Mörker, découvert grâce à Soundcloud :

    Sur la même plateforme d’écoute, je peux aussi conseiller son très chouette mix pour Metamorph, qui est généralement une très bonne source.

  5. Un peu plus agressif, désormais, mais de loin ma meilleure découverte cette année, Fen :

    La version live à Kiev est tout aussi bien, mais je doute d’arriver à convertir beaucoup de lecteurs de ce blog au black metal atmosphérique, alors que c’est, de très loin, l’un des sous-genres musicaux où « il se passe des choses » depuis quelques années.

  6. Programme pour quelques jours de vacances à Amsterdam :

    Eh oui : c’est Steve Reich qui fait l’ouverture du Festival Dekmantel cette année ! Faites-moi signe si vous y serez aussi. (Et au passage, pour les afficionados, le meilleur remix de « Drumming » jamais signé : celui de Mantronik, sur la génialissime compilation Reich Remixed.)

  7. Pour terminer, pensiez-vous sérieusement que j’allais vous parler de Magma sans vous laisser un extrait de concert ?

    L’extrait ci-dessus vient d’un morceau composé sur une trentaine d’années : voyez, pour comparaison, la version de 1978.

Puisqu’on parle musique, deux regrets récents : toujours pas de nouvel album de Casey (citée dans le Women Also Know Stuff de 2016), et le concert de Dasha Rush qui devait avoir lieu au Glazart n’a toujours pas été reprogrammé (je vous en parlais déjà en début d’année). Je me suis consolé en allant écouter Casey à Gennevilliers l’an dernier, et Dasha Rush au Rex cette année.

Également écoutés, vus et entendus cette année universitaire : Mayhem (black metal), Ecstatic Vision (rock psychédélique), Monarch (doom metal), Herbie Hancock (jazz), Scred Connexion (hip hop), l’Orchestre National de Barbès (rock gnanoua). Bêtement ratés, à charge de revanche : Ash Borer (black metal), Einstürzende Neubaten (rock industriel), Speed Caravan (oud-rock).

Et pour fêter la nouvelle année universitaire, on commencera par Zakir Hussain, Pharoah Sanders et Joachim Kühn, avec Émile Parisien et Jeff Mills en première partie. C’est le vrai line-up : ruez-vous sur les dernières places !

Passez de bonnes vacances si vous en prenez, et à bientôt.

Nouvelles revues SHS à l’horizon

Le temps éditorial passe vite : des revues telles que Big Data and Society, Research & Politics ou Sociological Science, qui me paraissent encore toutes « neuves », ont déjà quatre ans ! Et RESET en a déjà six…

Dans les nouvelles revues repérées ces derniers mois, grâce aux amis qui y participent :

Les sciences, et les sciences humaines et sociales en particulier, créent tout plein de revues, à tout bout de champ ; certaines durent, d’autres pas.

Cela me semble faire partie de l’écologie des disciplines scientifiques, qui, comme tout débat d’idées, a besoin d’un « écosystème éditorial » foisonnant – et donc chaotique et décentralisé – pour se perpétuer et se renouveler. Certaines des niches écologiques de cet écosystème seront dominantes, d’autres seront marginales, certaines seront stériles, d’autres seront fertiles… et la somme vaudra toujours plus que ses parties. L’écosystème du logiciel est gouverné par les mêmes principes – et victime des mêmes phénomènes de capture par des acteurs commerciaux dont on ferait bien de se débarrasser.

Notez, pour conclure, que même si ma liste de revues ne contient aucun titre de la plateforme Revues.org : portail de revues en sciences humaines et sociales, c’est bien là-bas qu’une immense partie de l’écosystème éditorial des revues SHS se développe actuellement. Un rapide passage par la page d’accueil m’a suffi pour y repérer tout un tas de revues intéressantes : Économie & institutions, Quaderni di sociologia, Écrire l’histoire, et même TV/Series ! Ces revues n’ont pas été lancées cette année, mais leur mise en ligne sur Revues.org date, à ma connaissance, des derniers mois.

Et vous, qu’avez-vous repéré cette année ?

L’AFSP, un congrès international(isé) ?

Commençons par une anecdote.

Lors du dernier Congrès de l’Association Française de Science Politique (AFSP) s’est tenue une sorte de table ronde sur les « frontières » de la science politique, à la fois en tant que discipline scientifique et en tant que matière d’enseignement. Le programme du Congrès annonçait l’événement sous la forme d’un « atelier », mais en pratique, l’atelier « AD 1 » a pris la forme d’une suite exposés plus ou moins longs, donnés par un panel de participants du Congrès.

À la fin du tout premier exposé, qui résumait à grands traits la féminisation et la « nationalisation » (l’expansion hors-Paris) de la discipline depuis la Seconde guerre mondiale, une personne dans la salle a demandé la parole. Après s’être présentée comme criminologue et belge, et à ce titre un « double étranger » à la science politique française, la personne a noté que l’exposé n’avait pas fait mention de l’internationalisation de la discipline, alors que l’on était peut-être en droit d’attendre à ce que cet aspect des choses soit discuté dans un atelier portant sur les « frontières » de la discipline.

La question était parfaitement à sa place dans l’échange d’idées, mais qu’appelle-t-on « l’internationalisation » d’une discipline scientifique ? S’il s’agit de déplacer (une partie de) ses publications vers des supports internationaux, alors le sujet a déjà été traité : internationalisation faible et liée aux objets et aux méthodes plutôt qu’à l’âge. Mais qu’en est-il lorsqu’il s’agit d’envoyer périodiquement ses chercheurs dans des conférences et dans des institutions étrangères, ou de recevoir, tout aussi périodiquement, des chercheurs étrangers dans ses propres conférences et institutions ?

Les données

Pour ce que ça vaut, j’ai pris le temps de rajouter quelques lignes au code dont je me suis servi pour dessiner les réseaux de co-participation aux panels du Congrès de l’AFSP. Le code collecte désormais plus d’informations, et en particulier, les affiliations des participant(e)s aux sections thématiques des différentes éditions du Congrès pour lesquelles les archives sont accessibles1. Pour rappel, il y en a cinq, à raison d’une tous les deux ans : 2009, 2011, 2013, 2015, 2017.

Si vous prenez le temps de jeter un coup d’oeil aux données, vous verrez que les affiliations sont loin d’être parfaitement standardisées : j’ai néanmoins fait de mon mieux, et surtout, je pense que les données manquantes le sont de manière aléatoire – autrement dit, les affiliations manquantes, qui varient de 4% du total pour l’année 2009 à 10% pour l’année 2013, ne devraient pas menacer les statistiques descriptives qui suivent2.

Mon système de codage pour les affiliations me permet de facilement repérer celles qui correspondent à des institutions situées à l’étranger – et qui incluent, par ailleurs, de nombreuses institutions françaises, et notamment le Centre Marc Bloch, qui accueille beaucoup de politistes français. De fait, beaucoup de politistes présents au Congrès de l’AFSP et basés (ou affiliés) à l’étranger sont tout ce qu’il y a de plus français – et inversement, une large fraction des politistes basés en France est étrangère3.

Je ne vais pas discriminer entre institutions, ou entre les politistes qui s’y trouvent : pour ce billet, je vais juste repérer les pays avec lesquels la science politique entretient des liens par le biais des participations aux sections thématiques de son Congrès. Ma seule précaution consistera à ne pas inclure la section thématique organisée en 2015 par le RC 20 de l’IPSA, qui fait exception dans sa composition très internationalisée (add. : il faut aussi enlever la ST 41 du Congrès 2013, pour la même raison).

Les résultats

Commençons par repérer les pays fournissant le plus d’affiliations étrangères parmi les participant(e)s des cinq Congrès AFSP que l’on examine :

Aucune surprise ici : les pays avec lesquels la science politique française « partage » son Congrès sont d’abord ceux de l’espace francophone, mélangés aux pays européens mitoyens et à quelques pays francophiles, où la maîtrise du français se perpétue parfois comme un marqueur d’appartenance aux classes supérieures. La liste des pays est évidemment aussi contrainte par le développement des professions universitaires et scientifiques, qui reste très largement conditionné aux budgets nationaux et à la dépense publique.

Passons désormais à la part que représente ces participant(e)s avec au moins une affiliation étrangère4, notée « E », parmi l’ensemble des participant(e)s, noté « P », à chaque édition du Congrès de l’AFSP depuis 2009. C’est le résultat principal de mon petit exercice, représenté ci-dessous sous la forme d’un pourcentage par édition du Congrès sur les huit dernières années :

Ce résultat est plus difficile à interpréter qu’il ne peut y paraître de prime abord. Il y a au moins trois possibilités : (1) un problème de mesure qui fausse l’ensemble des données, ce qui est peu probable à mon sens ; (2) une présence exceptionnellement forte de participant(e)s à affiliation(s) étrangère(s) en 2009, année à laquelle le Congrès avait lieu à Grenoble (ce qui est la bonne explication ; voir en fin de billet)5 ; ou (3) une diminution de la part de ces participant(e)s au cours des éditions 2011-2017 du Congrès, qui avaient lieu dans des villes très touristiques6.

Pour être sûr de mon coup, j’ai testé différents dénominateurs : le graphique ci-dessus exclut complètement les participant(e)s pour lesquels l’affiliation universitaire est manquante, et ne compte qu’une seule fois les participant(e)s « multi-positionnel(le)s » que j’évoquais dans mon billet précédent7. La modification de l’un et/ou l’autre ces deux paramètres ne modifie que très marginalement les résultats, sans que cela ne menace à aucun moment le différentiel 2009/post-2009 observé plus haut.

Discussion rapide

Il n’y a pas, ci-dessus, de quoi se lancer dans une grande tirade sur « l’attractivité internationale » de la science politique française, sur la fuite des cerveaux et sur les « cerveaux en voyage », ou bien encore sur l’internationalisation de la science politique française. Je m’en suis tenu à une mesure (approximative) de la part de politistes basés à l’étranger parmi les participant(e)s au Congrès de l’AFSP, et de sa variation au fil d’une période de huit ans.

Les résultats me paraissent robustes et ont l’intérêt, de mon point de vue, de porter sur une population de politistes différente (et beaucoup plus étendue) de celle des travaux précédents : l’étude précitée d’Emiliano Grossman, sur les publications des politistes français, se base sur une enquête auprès d’un peu plus de 200 politistes ; et la troisième partie de la thèse de Thibault Boncourt, qui porte spécifiquement sur l’internationalisation de la discipline, elle utilise 21 entretiens pour l’échantillon français (voir tableau 4a, p. 49).

Ici, je montre que la part de politistes « affiliés à l’étranger » dans les éditions récentes du Congrès AFSP ne dépasse pas un participant(e) sur quatre – et si l’on retranche à cette fraction les politistes français basés à l’étranger de manière temporaire, le chiffre descend certainement de plusieurs points de pourcentages.

De ce point de vue, les Congrès AFSP, tout comme les revues où se publie la majeure fraction de la production scientifique de la discipline, ne sont donc pas le lieu d’une forte mixité entre l’espace scientifique national et d’autres espaces — ce qui tend probablement à y encourager la discussion des problématiques nationales – je pense évidemment aux postes – au détriment des aspects plus internationalisés du travail disciplinaire – je pense évidemment à l’agenda scientifique.

Je ne sais pas si ce constat – hypothétique ! – est à déplorer, ne sachant pas si « l’internationalisation » des participant(e)s fait partie des objectifs des organisateurs successifs des Congrès AFSP et de leurs sections thématiques. Une seule chose est sûr de mon point de vue : internationaliser une section thématique AFSP est tout à fait possible. Nous l’avons fait dans le cadre de la « ST 38 », qui s’est tenue en large partie en langue anglaise, et qui s’est bien déroulée. Il n’y a donc aucune fatalité à lire dans l’état actuel des choses, mais peut-être simplement une réflexion à avoir à l’avenir.

Post scriptum : comme indiqué plus haut, le code et les données sont en ligne. Le code des graphiques est publié à part.

Addendum : le commentaire d’Yves Déloye, ci-dessous, me rappelle que le Congrès AFSP 2009 n’était pas un congrès comme les autres, puisqu’il accueillait aussi le troisième Congrès international des associations francophones de la discipline (CoSPoF). J’aurais dû m’en souvenir, j’y étais !

J’en profite pour rajouter deux choses : (1) les résultats sont aussi provisoires que les données, car il reste du nettoyage à faire (voir les mises à jour sur GitHub) ; et (2) toute aide est naturellement bienvenue.

  1. Je n’ai pas traité les conférences plénières et autres « modules disciplinaires », très inférieures en nombre, et qui me semblent moins représentatifs du phénomène que l’on cherche à examiner. []
  2. Ces valeurs manquantes sont pour partie liées aux participant(e)s qui ont « décommandé » leur participation au Congrès, et qui apparaissent dans les indexes des participant(e)s, mais pas dans les programmes des section thématiques, d’où viennent les affiliations. []
  3. Comme l’a rappelé le membre (allemand, et parfaitement francophone) du bureau de l’ANCMSP qui s’exprimait lors de « l’AD 1 », la CJC estime à près de 40% le pourcentage de jeunes chercheurs étrangers parmi les jeunes chercheurs travaillant en France. []
  4. Les participant(e)s aux Congrès AFSP peuvent naturellement avoir déclaré plusieurs affiliations universitaires : le phénomène, qui s’explique notamment par les affiliations au titre de « chercheur associé », concerne au moins 10% de la population étudiée. []
  5. Vu que le Congrès a lieu au début de l’été, on peut rejeter tout de suite l’hypothèse d’un effet « ski alpin » sur l’affluence au Congrès AFSP 2009 de Grenoble – bien que l’effet « ski belt existe bel et bien dans cette ville pendant l’hiver. []
  6. Là encore, je pense que l’on peut écarter l’hypothèse d’un effet « tourisme » non trivial, à moins de considérer que les politistes préfèrent Grenoble en été (très chaude, très polluée) à Aix-en-Provence, Montpellier ou Paris… ! []
  7. Cette étape est difficile à réaliser, d’où le nombre de participant(e)s « P » plus élevé qu’il ne l’est réellement à chaque Congrès. Par exemple, cette année, le Congrès 2017 a réuni, selon l’un des participants de « l’AD 1 », 685 participant(e)s. []

Analyse de données en SHS : matériau Quantilille 2017 et autres bonnes adresses

Un bref billet pour rediriger nos lecteurs estivaux vers le blog d’ElementR, où Laurent Beauguitte a mis les slides qu’il a présentées, avec d’autres, à l’école d’été Quantilille il y a quelques semaines :

Les slides sont livrées avec plein de code R, ce qui vous permet de revivre la formation chez vous, avec un verre de jus de fruits à la main. Que demande le peuple ?

Quelques remarques

  • La séance sur l’analyse multivariée se concentre en réalité (et à moins que j’ai parcouru le code trop vite) sur la seule analyse géométrique, récemment très bien décrite par Julien Duval dans un long article sur le nouveau portail Politika, mais dont on ne dira jamais assez qu’elle est encore plus justiciable des accusations de « boîte noire » que l’analyse par régression (linéaire ou pas).

    Cette remarque n’est pas une critique du choix de l’auteur de ce module, qui utilise, de surcroît, l’excellent package FactoMineR. Ma remarque s’adresse plutôt aux petits rigolos qui s’amusent, dans certaines conférences de sciences sociales, à parler de « boîte noire » au sujet des analyses par régression, alors même qu’à peu près personne, parmi les utilisateurs de l’analyse géométrique, n’est capable d’expliquer, par exemple, comment s’extrait un eigenvector. À l’inverse, le principe d’une dérivée partielle est très vite compris et très fréquemment maîtrisé parmi les « boîte-noiristes » de la régression.

  • La séance sur la cartographie utilise le sublime package cartography de Timothée Giraud, déjà mentionné il y a peu. Excellente nouvelle par ailleurs : le package cartography se fondera, à partir de sa version 2.0, sur le package sf.

  • La séance sur l’analyse textuelle utilise plein d’outils, dont le plugin R Commander « R.TeMiS », qui dispose d’un blog sur Hypothèses.

    Je suis personnellement très peu enthousiaste à l’idée d’utiliser R via R Commander, dans la mesure où cela me semble éloigner l’utilisateur de l’objectif de reproductibilité des résultats, et de compréhension de la tambouille computationnelle qui les sous-tend. En même temps (expression à la mode), je n’y connais fichtre rien en analyse textuelle.

  • La séance sur les réseaux utilise notamment le package igraph, évoqué sur ce blog à plusieurs reprises. J’aurais également recommandé le package tnet, pour les situations, plus fréquentes que l’on ne le pense généralement, où il faut manipuler des réseaux pondérés.

Ce billet me fait réaliser que je n’ai pas contribué à « Introduction à l’analyse d’enquêtes avec R et RStudio » depuis bien longtemps, et que mon propre matériau de formation à R (en anglais, mais également pour des débutants en sciences sociales), qui date de 2013, a très sérieusement besoin d’une mise à jour… Voyons ce que j’arrive à faire cet été.

Enfin, pour terminer, je tiens à citer la désormais légendaire Introduction à R [et RStudio] de Julien Barnier, que les utilisateurs francophones de R seront nombreux à avoir lu. Julien Barnier enseignait dans le module Quantilille recensé dans ce billet.

Bonne lecture !

Stata était de passage à Paris

Je n’ai pas pu y assister, mais le premier French Stata Users Group Meeting s’est tenu hier à Sciences Po, à Paris.

Ce blog ne parle plus beaucoup de Stata, même si je continue, comme d’autres, à l’enseigner, et avec plaisir, car c’est un langage simple (au moins en surface ; sous le capot, en particulier lorsque l’on rentre dans Mata, c’est en réalité plus compliqué). L’installation est triviale, chaque ligne de code est une commande avec un résultat – généralement – visible à l’écran, et les étudiants arrivent à apprendre une cinquantaine de commandes assez rapidement, ce qui permet de couvrir beaucoup de sujets en un temps record. Cette facilité a un coût, et le langage est évidemment limité de plein de manières, la principale étant que Stata ne peut facilement manipuler qu’un seul objet.

Les présentations de Stata Paris 2017 montrent que le langage Stata est en pleine forme, avec de nombreux nouveaux packages publiés sur SSC, le serveur centralisé qui remplit la même fonction que CRAN et Bioconductor pour le langage R. À titre d’exemple, j’aperçois, dans les présentations, un package pour gérer le format SDMX –  équivalent R : package rsdmx ; voir aussi cette collection de connecteurs SDMX –, ainsi que de nouveaux estimateurs, qui renvoient à la base d’utilisateurs de Stata, composée principalement (à mon sens) d’économistes et d’économètres, puis d’épidémiologistes, de politistes et de sociologues, mais dans une moindre mesure.

Au passage : Stata 15 est pour bientôt sorti

Je remarque aussi, à l’occasion de ce billet, que StataCorp va bientôt sortir a sorti la version 15 de son langage/logiciel, dans laquelle on trouve vraiment plein de chouettes nouveautés, dont un nouveau préfixe bayes: qui fait exactement ce que vous pensez, et la possibilité de générer des documents HTML ou PDF avec Markdown + Stata.

Add. Merci à Alexis et Tristan pour la correction sur Stata 15, je laggue… !

AFSP 2017 à Montpellier

Dans un peu moins d’une semaine, du 10 au 12 juillet, l’Association Française de Science Politique (AFSP) tient son 14e Congrès à Montpellier.

J’y vais pour co-animer une section thématique, déjà mentionnée par deux fois, le mercredi matin : « Quantifier et qualifier l’activité parlementaire : données, méthodes, pratiques ». J’y vais aussi parce que j’aime bien l’idée d’un congrès réunissant toute une discipline (ou presque), ce qu’il est possible de réaliser à l’échelle d’une « petite » discipline comme la science politique française1.

Du coup, si vous lisez ce blog et que l’on ne se connaît pas, proposez-moi de prendre un café ou un Perrier à un moment du Congrès ! Mon numéro de téléphone portable est remarquablement bien caché sur la première page de mon CV scientifique.

Au passage, s’il se passe un truc incroyablement incroyable au Congrès de l’AFSP, j’en rendrai compte ci-dessous, mais bon, ne préparez pas le pop-corn.

Quelques réseaux de Congrès AFSP

Histoire de bien finir l’année universitaire, voici quelques réseaux de co-participation aux différents panels – conférences plénières, ateliers et modules en tous genres, et surtout sections thématiques – des Congrès AFSP, éditions 2009-2017, soit cinq éditions – une tous les deux ans.

Les données proviennent des indexes des participant(e)s à chaque Congrès AFSP sur la période observée. Il faut bien noter que les indexes listent les participant(e)s potentiel(le)s : en pratique, certain(e)s de ces participant(e)s ne seront pas venu(e)s au Congrès2.

Dans chacun des graphiques ci-dessous, les points gris désignent un panel du Congrès, les points bleus désignent les participant(e)s n’ayant participé qu’à un seul panel, et les points rouges désignent les participant(e)s « multi-positionnel(le)s » qui ont participé à plus d’un panel du Congrès. Enfin, l’intensité des liens renvoie à une pondération inverse qui accentue visuellement les participations à des panels avec peu de participant(e)s3.

Y a-t-il de plus en plus de congressistes multi-positionné(e)s – de degré 2+ dans ces graphes bipartis – au Congrès AFSP ? La réponse est non, malgré les opportunités offertes par l’augmentation du nombre de panels. De 2009 à 2017, le nombre de participant(e)s multi-positionné(e)s est stable aux alentours de 1 participant(e) sur 7 :

Congrès Panels Participant(e)s Ratio % degré 1 % degré 2+ C − 1
2009 60 725 12.0 83 17 3
2011 61 632 10.3 85 15 8
2013 78 862 11.0 85 15 8
2015 73 869 11.9 84 16 2
2017 80 780 9.75 85 15 7

Dans le tableau ci-dessus, la colonne « Ratio » donne le ratio participants / panels, qui est en baisse cette année : il devrait y avoir moins de participant(e)s à chaque panel, ce qui nous éloigne d’un Congrès jouant le rôle d’une « assemblée générale de la discipline en France », et nous rapproche d’une « General Conference » fortement panélisée (et donc fragmentée), façon ECPR.

Le nombre de composants isolés du graphe, noté « C − 1 » ci-dessus car l’on a seulement compté les composants non connectés au composant principal, correspond au nombre de panels dont aucun participant(e) n’a participé à aucun autre panel du Congrès. Ce chiffre est faible, mais il est sensible au type de panels : l’organisation de conférences plénières, par exemple, peut le faire varier selon la nature des invité(e)s.

Au final, quelle discipline sommes-nous ? Malgré l’impression que l’on peut avoir de « voir toujours les mêmes » dans ce type d’événement, il faut noter que sur presque 2 600 participant(e)s en 8 ans et 5 Congrès, seuls 734 apparaissent plus d’une fois : plus de 7 participant(e)s sur 10 n’ont participé qu’à un seul Congrès, tous panels confondus. Si la science politique est à l’image de ses Congrès, alors son entre-soi est très relatif4.

Le code et les données sont en ligne pour celles ou ceux qui se sentiraient d’en tirer quelque chose de plus substantiel. Quant à celles ou ceux qui voudront en apprendre plus sur la structure disciplinaire de la science politique en France, ils liront Pierre Favre, Marc Milet et Thibault Boncourt, ou le chapitre 2 du récent manuel d’Yves Surel.

Mise à jour, 28 juillet 2017 : j’ai beaucoup amélioré le code et les données du petit exercice décrit dans ce billet. Je garde les résultats ci-dessus en l’état, histoire d’archiver les résultats tels que publiés juste après le Congrès5

Les réseaux unipartites ci-dessous sont, quant à eux, basés sur les données révisées de la version 0.7. Les points bleus désignent les participant(e)s n’ayant participé qu’à une seule section thématique de l’édition du Congrès concernée ; les points rouges désignent quant à eux les participant(e)s « multi-positionné(e)s » sur plusieurs section thématiques. Les liens sont dirigés : ils vont des participant(e)s ayant organisé une section thématique vers les autres intervenant(e)s de cette section6.

  1. En attendant, la section que je co-anime est très internationalisée, avec un seul intervenant français sur cinq communications. C’est aussi la seule section avec le préfixe « quanti » dans son titre. []
  2. Pour cette raison, et parce que les données brutes ne suivent pas un format standard bien défini, les nombres de panels et de participant(e)s diffèrent très légèrement par rapport aux chiffres de l’AFSP. []
  3. Ce n’est pas le meilleur schéma de pondération possible : dans le graphe uniparti des participant(e)s, il faudrait utiliser autre chose, comme une pondération normalisée de type « Gross-Shalizi » (page 28). []
  4. Ces chiffres renvoient par ailleurs à l’image d’une discipline comptant moins de 1 000 personnes « à temps plein », mais avec une audience scientifique beaucoup plus large, comme en atteste le nombre d’inscrits à la liste de diffusion de l’ANCMSP. []
  5. Je m’aperçois au passage que les décomptes de participant(e)s affichés sur les réseaux bipartites ne sont pas bons, mais j’ai la flemme de tout refaire. []
  6. J’ai codé les organisateurs et les autres intervenants (discutants, « répondants », présidences de séance, etc.) de manière semi-programmatique, avec beaucoup de vérifications manuelles. []

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/06

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04, 2017/05. Cette série de billets fera sa première pause annuelle le mois prochain et redémarrera fin août.

  1. Laura Poitras, réalisatrice de The Oath et Citizenfour, sort son documentaire sur Julian Assange et WikiLeaks, Risk, cet été.

    Cette interview avec Vox donne plein de détails, et surtout m’apprend l’existence de son projet Field of Vision, qui contient toutes sortes de petites pépites cinématographiques, telles que The Moderators, sur les petites mains qui nettoient les réseaux sociaux, Relatively Free, sur Barrett Brown, ou Our New President, sur la tragicomique réception de Trump en Russie :

  2. Grace Hopper (1906-1992), « reine du code », a conçu le premier compilateur. Le langage qu’elle a largement contribué à développer, COBOL, reste le langage informatique le plus important pour l’industrie bancaire – ce qui commence d’ailleurs à poser problème.

  3. Lisa Mandel et Julie Pagis, qui suivent les élections avec des classes d’école primaire et de collège :

    La série précédente de dessins, réalisée avec Yasmine Bouagga, portait sur la « jungle » de Calais et sur les migrants réfugiés aux alentours ; elle se trouve à la même adresse, est tout aussi recommandable, et est récemment parue en album.

    Seul regret : aucun moyen – à ma connaissance — de facilement naviguer les archives de chaque série pour les lire dans l’ordre de parution.

  4. Elisabeth Moss et les autres actrices de la série The Handmaid’s Tale, basée sur le superbe roman dystopique de Margaret Atwood :

    Le compte-rendu qu’en a fait Emily Nussbaum dans le New Yorker est très bon, de même que le portrait d’Elisabeth Moss par Sarah Hughes dans The Observer.

  5. Samantha C. Tyner et Heike Hofmann, avec qui nous publions « Network Visualization with ggplot2«  dans The R Journal cette année, après un an ou presque de corrections au code.

    Comme je compte l’expliquer dans une note en anglais sur mon blog R lorsque l’article sera paru, Samantha C. Tyner a fait l’immense majorité du boulot, et l’intégralité du boulot sur les deux derniers rounds de révision : tous les honneurs lui reviennent donc.

  6. Dasha Rush, à nouveau, pour ce mix (parmi d’autres) :

  7. Gina Pollack, pour son documentaire sur les restrictions d’accès à l’avortement en Louisiane, diffusé dans l’excellente série Op-Docs du New York Times :

  8. Joni Lovenduski est la première femme à se voir décerner l’ECPR Lifetime Achievement Award, créé en 2005.

  9. J’ai complètement raté, à sa sortie, Mémoire vive, le livre de Sarah Gensburger sur le quartier du Bataclan après les attentats de 2015.

    Voir aussi cette émission de France Culture sur l’histoire des mémoires, où interviennent également Denis Peschanski et Christian Delage.

  10. Juste après l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République française, Pippa Norris cherchait à ramener tout le monde aux réalités du vote pour les partis populistes en Europe :

    So is the wave of populist nationalism finished? Hardly.

Mention spéciale pour la chanteuse iranienne Sahar Mohammadi, pour ce magnifique concert diffusé par France Musique, dans l’émission « Ocora Couleurs du monde » de Françoise Degeorges :

Annals of Youtube Science 1(11) : Sur la science des données

Numéro un peu spécial des Annals, car ce n’est pas une (ou plusieurs) conférences que je recommande ici, mais une série d’interviews, les « DataChats » de la plateforme de formation DataCamp (chaîne Youtube), qui propose des cours de Python et de R en ligne. Les entretiens sont réalisés avec certains des enseignants qui font le catalogue de cours de DataCamp, et qui est probablement l’un des meilleurs catalogues de cours en ligne pour se former en « science des données »1.

Voici le sixième épisode de la série, avec la statisticienne Jo Hardin, qui présente son cours sur le bootstrapping :

Je vous conseille vraiment toute la série d’entretiens (15-20 minutes chacun), dont voici les cinq premiers :

  1. Max Kuhn, le créateur du package R caret

  2. Garrett Grolemund, l’un des data scientists de RStudio, et le co-auteur, avec Hadley Wickham, de R for Data Science

  3. Charlotte Wickham, qui a un superbe CV d’enseignante en statistiques

  4. David Robinson, data scientist chez Stack Overflow, le site de programmation où quelqu’un a (presque) toujours une réponse à votre question (si elle est bien posée), et l’auteur d’un de mes packages R favoris, broom (brève présentation)

  5. Ron Pearson, qui donne un cours de visualisation de données avec R, et qui a tout un tas de concepts intéressants à partager (in-liers, disguised missing data), en plus d’une réflexion très intéressante sur le machine learning.

  1. Je n’ai évidemment aucune action chez DataCamp, mais j’aime beaucoup leur catalogue (sans rien avoir acheté chez eux), et j’apprécie d’autant plus qu’ils ont mis en ligne une version « light » de leur plateforme d’enseignement. []

Notes supplémentaires sur l’analyse de réseaux

J’ai récemment présenté mes recherches sur les réseaux de collaboration législative à Marseille, où j’ai aussi donné, grâce à Joël, une formation à l’analyse de réseaux.

Les slides de la première présentation, donnée au RUG Aix-Marseille, sont en ligne sur le site Internet de Datactivi.st, et sur Google Slides ; il s’agit d’une traduction de notes déjà présentées, et qui m’a permis de récolter plusieurs idées et commentaires très utiles pour améliorer mes recherches.

Quant aux slides de la formation en analyse de réseaux, qui m’a permis de rencontrer ou de revoir les amis du Centre pour l’édition électronique ouverte, sont ci-dessous, et aussi sur Google Slides.

La plupart des illustrations de ces slides proviennent de l’excellent manuel de Mark E. J. Newman sur les réseaux.

J’y mentionne aussi cette liste de ressources sur l’analyse de réseaux, dont j’ai fait la publicité ici et ailleurs, l’excellent tutoriel de visualisation de réseaux de Katherine Ognyanova (mentionné ici et ), un autre manuel de graph mining avec R, et évidemment, l’excellent guide à l’utilisation du package igraph, par Eric D. Kolaczyk et Gábor Csárdi.

Une nouvelle cartographie de la science politique française

Un très bref billet, car tout est dans le titre.

Ça se passe sur le site de Sciences Po, et c’est une réalisation d’équipe :

L’annuaire de centres de recherches en science politique affiche 61 résultats au total, c’est-à-dire exactement autant que l’annuaire constitué en 2010 par l’ANCMSP, qui avait aussi listé les écoles doctorales en science politique.

Les deux annuaires ont leurs défauts1, mais il faut bien comprendre une chose : ce type de cartographie est très difficile à réaliser et encore plus difficile à maintenir à jour, car les administrations centrales (ministères compétents et, pour les sciences sociales, le CNRS) tiennent des annuaires très approximatifs des unités de recherche. Ayant participé aux annuaires ANCMSP en 2010, j’espère que ça s’est amélioré depuis, mais j’en doute.

Addendum, 28 juin : Michaël Goudoux, de la bibliothèque de Sciences Po, m’amène à corriger l’un des éléments de mon billet. Extrait de son email :

Notre outil ne décompte pas « que » les titulaires. C’est cette donnée que nous avons retenue pour la visualisation sur la carte, mais dans les données de chaque centre, nous avons le personnel permanent, le personnel non-permanent, et le total. C’est justement pour faire apparaître le contraste entre permanents et non permanents que nous avons choisi cette unique variable sans distinction de statut (MCF, PR, CR, DR, etc…)

  1. L’annuaire ANCMSP n’est plus à jour, et celui de Sciences Po ne décompte que les titulaires… et (voir addendum) que les centres publics, ce qui fait que le mien n’y est pas. []