Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/02

La suite de ce billet. Édition précédente : 2017/01. Les règles de cette série de billets se précisent : tous les liens pointent vers des textes ou des morceaux de musique composés par des femmes (ou co-composés par au moins une femme, dans le cas des compositions multi-auteurs). Chaque billet de la série est publié à la fin du mois et contient 10 items, plus une « mention spéciale » (spéciale en quoi ? je ne sais toujours pas). Les domaines couverts sont variés, mais vu ce que je lis et j’écoute, attendez-vous à de la science politique (évidemment), de l’analyse de données1, et de la musique bizarre.

  1. Emily Barry, « Applying Data Science to the Supreme Court: Topic Modeling Over Time with NMF (and a D3.js bonus) » :

    barry-scotus-topics

  2. Jenny Andersson et Egle Rindzeviciute, « The Political Life of Prediction. The Future as a Space of Scientific World Governance in the Cold War Era » :

    This working paper explores the role of the future as a space of scientific exchange and dialogue in the Cold War period. We argue that in East and West the governance of the future were understood as both intellectual and technical problem that, importantly, challenged existing notions of the nature of liberal democratic and communist political regimes. Casting the future as a governable sphere led to the development of new forms of scientific governance which sought explicitly to depoliticize the future and turn it into a new transnational domain of technocratic politics. The paper focuses on the parallels and exchanges among American and Soviet futurologists. East-West collaboration was essential to the invention of the future as a governable technoscientific space, situated beyond political dispute.

  3. Daphne Oram2, Andrea Parker3 et Daz Quayle, « Are You There? » (Live from the Roundhouse), tiré de Private Dreams And Public Nightmares (2011) :

  4. Valerie J. Bunce et Mark R. Beissinger, « Taking Democracy for Granted » (sur l’excellent blog collectif Duck of Minerva, qui devrait plaire à tous les lecteurs de Crooked Timber et de The Monkey Cage) :

    … The costs of nationalist tropes for democracy are many. They give candidates a license to avoid talking about policy. They silence the opposition, since it cannot possibly come out against the nation. They sow divisions among the public. But perhaps their greatest danger is that they give rise to the demand for strong leadership—leaders who will do anything to defend the nation from its enemies.

    To those who view American politics as exceptional, Trump is an anomaly that is difficult to explain. To us, his politics are disconcertingly familiar.

  5. Katharina A. Zweig, Network Analysis Literacy. A Practical Approach to the Analysis of Networks (Springer, 2016) — un bouquin qui clarifie l’analyse de réseaux par le biais des modélisations complexes parues ces dernières années. Fort utile.

  6. Elisabeth S. Clemens : What is Political Sociology? (Wiley, 2016). Ayant lu quelques-uns des articles de l’auteur, je m’attends à une excellente synthèse couvrant un énorme spectre spatio-temporel, à la Sewell.

    Note : j’ai reçu, depuis la rédaction de ce billet, ma copie de l’ouvrage, et je ne suis pas déçu. Comme prévu, c’est une vaste mais brève synthèse de la sous-discipline.

  7. DJ Mutamassik (et Spit), « Complicity (M28 Mix)« , remix déjanté d’une chanson d’Arto Lindsay, sur l’excellent album d’illbient Hyper Civilizado (1996) :

    L’album de Mutamassik Symbols Follow (2015), où celle-ci joue tous les instruments, vaut aussi le détour si vous aimez l’ambient expérimental façon Nobukazu Takemura, qui reste le maître absolu, inégalé et inégalable du genre.

  8. Amelia Tait : « The Movie That Doesn’t Exist and the Redditors Who Think It Does » – sur un phénomène qui peut paraître invraisemblable, mais qui est bien connu des chercheurs faisant des entretiens sur des faits distants : le cerveau humain fabrique de très intéressants souvenirs de faits n’ayant jamais existé.

  9. Lucie Beraud-Sudreau et Hugo Meijer, « Enjeux stratégiques et économiques des politiques d’exportation d’armement. Une comparaison franco-américaine » (Revue internationale de politique comparée, 2016) :

    […] Cet article propose un schéma explicatif [montrant] que le poids relatif des considérations stratégiques et économiques dans l’élaboration des politiques d’exportation d’armes dépend, sur le plan international, du positionnement de l’État dans la hiérarchie mondiale des producteurs d’armement et, sur le plan national, du degré de dépendance à l’exportation de son industrie de défense. Cette typologie est ensuite testée à travers une comparaison des politiques américaine et française d’exportation d’armement, à partir d’entretiens réalisés à Washington D.C. et à Paris et de câbles diplomatiques fuités par Wikileaks. […]

  10. Anoushka Shankar, « Red Sun« , de l’album Rise (2005) :

Mention spéciale : Fernanda Martins, l’une des rares femmes dans le sous-genre hard techno/schranz, qui est quasi-exclusivement dominé par des hommes (Kvitta, Liebing, Natus, Ranieri, Rush). Le mix ci-dessous a été réalisé avec Sheefit, a.k.a Gabriela Mariano, la moitié féminine du duo de hard techno Motormorfoses.

  1. Généralement avec R, parfois avec Python. []
  2. Une pionnière du genre (synthétiseurs et musique concrète). Mon billet de 2016 en cite d’autres. []
  3. Oui, c’est la même que dans l’édition 2017/01. []

Magrit, une interface de cartographie thématique en ligne

Un outil qui fera date :

Le thème de la cartographie revient périodiquement sur ce blog : je n’y connais rien et me contente de bricolages approximatifs, mais Joël s’y connaît beaucoup, beaucoup plus, et produit régulièrement de très chouettes résultats cartographiques.

Nous avons tous les deux été impressionnés – et comme le montrent les premiers retours sur les listes de diffusion, nous ne sommes pas les seuls – par la qualité de Magrit, qui permet de faire de la cartographie thématique depuis une interface interactive très bien documentée. Les résultats sont proches de ceux que permet d’obtenir le package cartography, et pour cause, c’est en partie la même équipe qui produit les deux outils.

Plus de détails sur le site de l’UMS RIATE, où officie Timothée Giraud, que je suspecte d’être le gentil organisateur des deux communautés de développeurs du package cartography d’un côté, de Magrit de l’autre.

Exemple de carte tirée de la galerie Magrit :

À suivre sur Hypothèses

La plateforme Hypothèses est définitivement the place to be pour suivre ce qui se fait en cartographie avec R (et d3.js, et autres trucs associés). Je vous conseille :

Persée.fr libère ses données !

Il y a bientôt deux ans, j’avais écrit un peu de code pour récupérer des informations sur le sous-espace éditorial constitué par les articles publiés dans les revues du portail de revues scientifiques Cairn.info.

À l’époque, j’avais aussi commencé à écrire le code pour faire la même chose avec Persée.fr, mais n’avais pas persévéré : le code HTML des pages était beaucoup plus lourd à manier que celui de Cairn.info, et les possibilités de chaînage entre les deux plateformes trop limitées.

Ces barrières techniques viennent de tomber : Persée a récemment lancé son portail « open data » (qui s’appelle, ne me demandez pas pourquoi, un « triple store« ), où l’on peut désormais récupérer toutes les métadonnées des articles publiés sur la plateforme dans un joli format RDF !

Les équipes de Persée.fr ont vraiment bien fait les choses : le portail peut être interrogé en SPARQL, et les identifiants des individus (auteurs, éditeurs, etc.) sont alignés sur le référentiel IdRef que l’on retrouve sur SUDOC et sur Thèses.fr (voir ce billet).

À l’heure où j’écris ce billet, je n’ai fait que lire la documentation du portail, qui explique très bien les choix (judicieux) de l’équipe à l’initiative de son lancement. Plus de nouvelles quand j’aurai un peu joué avec les données.

Annals of Youtube Science 1(3) : Sur le Moyen-Orient

J’avais cité, dans mes voeux de bonne année, Henri Laurens, qui donne actuellement cours au Collège de France. Je n’ai pas le temps d’aller écouter son cours de 2014-2015 sur la question palestinienne ou de lire les ouvrages correspondants, mais j’ai pris le temps d’écouter son audition parlementaire (par la commission des affaires étrangères du Sénat) en janvier 2016 :

La leçon d’histoire que constitue la première partie de l’audition passe en revue les origines du djihad international, le Printemps arabe, et enfin la catastrophe syrienne, qui constitue une sorte de trou noir géopolitique où se sont engouffrés tous les acteurs internationaux, sans savoir quand ils en ressortiront.

Dans mes voeux de bonne année, j’avais discrètement cité un article d’Edward N. Luttwak, personnage étonnant et à lire même pour atteindre des conclusions complètement opposées aux siennes. Pour comprendre ce que j’entends par là, il suffit de lire son article « The Middle of Nowhere« , où Luttwak recommande, en gros, de laisser le Moyen-Orient se démerder avec ses contradictions et ses conflits. Or, comme le dit Henri Laurens, l’expression même de « Moyen-Orient » exprime l’ingérence permanente de l’Occident dans cette région du monde.

En janvier 2016, l’Assemblée nationale menait également ses propres auditions parlementaires sur les moyens à allouer à la lutte contre le terrorisme. Parmi ces nombreuses auditions, je conseille, à nouveau, d’écouter celle de François Burgat.

Si vous préférez écouter Henri Laurens en mode « exposé magistral », je recommande sa conférence à l’IEA Paris en mai 2016, sur la façon dont les historiens traitent de la violence du 20ème siècle. Au tout début de son exposé, Laurens donne un autre titre à son exposé : « Le temps dévoile-t-il la vérité ? ».

Zilsel en revue, sur Cairn

Ce blog s’est souvent fait le relais des canulars publiés sur le Carnet Zilsel, soit pour parler de la forme-canular, soit pour parler de la topologie éditoriale des sciences humaines et sociales, et de la sociologie en particulier, ce qui m’avait amené à rédiger une série de billets sur la plateforme éditoriale Cairn.info.

Dans un superbe mouvement de mise en abyme, le Carnet Zilsel est récemment devenu une revue, que l’on peut désormais trouver… sur Cairn, la plateforme qui diffuse aussi l’une des revues ciblées par le canular de l’Autolib d’Arnaud (Saint-Martin) et Manuel (Quinon), que j’ai rencontrés quelques mois après.

Comme le laisse transparaître le sommaire du n°1, la revue est, fondamentalement, une revue de sociologie des sciences. Il faut rajouter à cela, et l’on verra si la tendance persiste au fil des numéros, que la revue est aussi un espace de critique féroce1. Reste qu’après la publication de comptes-rendus tels que celui-ci ou celui-là, on pouvait entendre certains egos se flétrir aux fenêtres de certains bureaux.

Je fais partie du comité de rédaction de la revue, de même que tout un tas de gens que je connais parfois de nom, parfois de vue, mais rarement plus. L’ambiance des séances de travail sur le « numéro 1 » était sympa :

L’éditorial du numéro, qui explique notamment l’origine de son nom, est en ligne, et le n°1 fait 418 pages. Heureusement, la revue ne sortira que deux fois par an, ce qui me laissera peut-être la chance de terminer chaque numéro avant la sortie du suivant.

  1. Féroce, mais pas méchant : les accusations méprisantes de « négationnisme » ne sont évidemment pas à l’ordre du jour. Pas méchant, et même plutôt drôle : la forme-canular a notamment cette vertu. []

Quoi de neuf du côté de la mise sur agenda ?

Billet exhumé des brouillons de 2016 ; du coup, les références bibliographiques sont de l’an dernier. Je le publie ici sans l’avoir vraiment terminé ou mis à jour, mais je n’ai rien aperçu de notable dans les revues depuis les textes cités plus bas.


Les modèles de la mise sur l’agenda gouvernemental font partie de ces cadres analytiques souples dont on a besoin en « quali » comme en « quanti », et encore plus en « quali » ou « quanti » comparatifs.

Pour celles et ceux qui se demandent de quoi la mise sur l’agenda est faite d’un point de vue scientifique, allez voir cet article et ce chapitre d’ouvrage, tous deux de Patrick Hassenteufel, ou bien ce cas d’étude par Bastien Irondelle1. Notez au passage que la notion d’agenda se retrouve dans trois des dictionnaires des Presses de Sciences Po – , et –, et que la modélisation par « mise sur agenda » ne se limite pas au gouvernement : en voici un exemple.

Du côté quanti

En ce qui concerne les approches quantitatives de la mise sur l’agenda, on dispose régulièrement de travaux de synthèse, car les résultats sont très cumulatifs. En voici le dernier épisode, écrit par l’un des auteurs du bouquin qui fait office de traité fondateur pour ces approches :

agenda-setting-baumgartner

agenda-setting-gpw La table des matières du bouquin résumé par Frank Baumgartner montre par ailleurs très bien le côté cumulatif de ces recherches, qui tournent toutes sur une recette méthodologique suffisamment simple pour être utilisée à grande échelle—collecter et coder des données, les envoyer dans des modélisations de séries temporelles avec les ajustements nécessaires en fonction de leur distribution initiale, et comparer, de manière plus ou moins profonde, les résultats d’un pays à l’autre.

La recette a énormément de qualités, n’est évidemment pas exempte de défauts, qui sont loin de lui être propres—le nationalisme méthodologique, par exemple.

Du côté quali

Qu’en est-il, à présent, du côté « quali » ? On dispose de beaucoup de synthèses, mais qui me semblent beaucoup moins cumulatives, et c’est dommage, bien que prévisible : il est plus difficile de comparer la mise à l’agenda des réformes de l’armement parce que ces réformes sont plus difficilement comparables les unes aux autres, et problème lié, parce qu’il est plus difficile de savoir de quoi elles sont faites.

Voici, toutefois, un texte qui me semble faire exception, en « cumulant » au moyen d’une comparaison intersectorielle :

agenda-setting-boswell-rodrigues

Enfin, plaisante surprise, en cherchant les dernières publications de Nikoalos Zahariadis, qui a beaucoup, beaucoup publié sur la modélisation « quali » de l’agenda-setting dans la lignée du modèle par « flux multiples » de John Kingdon, je suis tombé sur ce handbook qui établit un joli état de l’art, à la fois « quali » et « quanti », de la question :

agenda-setting-nz

  1. Il y a des dizaines d’exemples d’excellentes études de cas utilisant les modèles de la mise sur agenda, mais j’ai tellement aimé ce que j’ai commencé à lire du bouquin de Bastien Irondelle (malheureusement décédé très jeune) que je profite de ce billet pour en faire la publicité. []

Vérité pour Giulio Regeni

J’ai évoqué, l’an dernier, l’assassinat de Giulio Regeni, un doctorant en science politique assassiné au Caire par des agresseurs désormais suspectés d’être membres des services secrets égyptiens. Regeni travaillait sur les syndicats égyptiens, qui font partie des rares contre-pouvoirs que la dictature égyptienne ait jamais eu à affronter.

Les circonstances exactes de l’assassinat de Regeni ne sont toujours pas connues.

Voici un appel à signer pour continuer de faire pression sur l’État égyptien :

Vérité pour Giulio Regeni

Le 3 février 2016, dans un fossé de la banlieue du Caire aux alentours d’une base des services militaires égyptiens, a été découvert le corps du doctorant italien Giulio Regeni, disparu le 25 janvier 2016 au Caire. Giulio, 28 ans, se trouvait en Égypte pour mener son terrain de recherche sur le syndicalisme indépendant dans le cadre de sa recherche doctorale à l’Université de Cambridge.

Lors de l’identification et des autopsies réalisées sur le corps de Giulio, nombreux signes de torture ont été relevés. L’ONG Amnesty International a déclaré avoir reconnu dans le cas de Giulio Regeni les mêmes modalités de disparition forcée et torture dont sont victimes un grand nombre des citoyens égyptiens. Par des examens successifs effectués par les autorités italiennes, on apprend que Giulio a été torturé pendant au moins 7 jours.

Pourtant, à une année de distance, les circonstances de sa disparition et de sa mort restent occultées.

Lire la suite, et signer en bas

To Giulio Regeni’s family: please accept my deepest condolences for your loss. If you are uncomfortable with my use of Giulio’s picture in the slides that I have posted on this blog, please let me know by email and I will remove them as soon as I get your message. Siamo con voi.

Hans Rosling ne fera plus de vidéos

Quand on aime les statistiques et la santé publique, on aime les vidéos d’Hans Rosling, qui vient de mourir d’un cancer du pancréas.

J’ai passé (des extraits de) cette vidéo dans de très nombreux cours. C’est d’ailleurs le seul « TED Talk » que j’ai regardé en entier.

Hans Rosling animait le site Gapminder, qu’il a créé avec son fils (si je me souviens bien), et dont j’ai réutilisé plein de cartes et de graphiques.

Toute la communauté de la « dataviz », dont il était devenu l’une de figures de proue pour son talent et son optimisme de vulgarisateur des statistiques du développement, est en deuil depuis hier. La communauté de « l’open data » est aussi en deuil, Rosling ayant beaucoup oeuvré pour la « libération » des données produites par les Nations Unies et par d’autres institutions.

Complément : cet article de la BBC, avec qui Hans Rosling avait travaillé sur le documentaire « The Joy of Stats« , contient quelques information supplémentaires.

Annals of Youtube Science 1(2) Suppl 1 : Il faut défendre la société civile américaine

La plupart des billets publiés sur ce blog le sont avec plusieurs semaines d’avance : le précédent, qui parle de la « transition Trump » aux États-Unis, ne fait pas exception, et évoque donc la période révolue de son arrivée au pouvoir.

De ce fait, je n’y ai pas évoqué les derniers événements, et en particulier deux des événements contestataires qui ont marqué l’actualité politique américaine dernières semaines — « marches pour les femmes » juste après l’inauguration de Trump, et manifestations dans les aéroports contre le refugee ban.

Dans les deux cas, ces événements donnent un très bon aperçu de ce que l’on enseigne, en sociologie politique, sous le nom de « participation politique non conventionnelle » : des acteurs sociaux, plus ou moins organisés en amont, se mobilisent en dehors des dispositifs politiques que sont les partis, les élections et le vote, pour faire connaître leur (absence de) soutien aux pouvoirs publics par d’autres moyens, autorisés ou non par ces mêmes pouvoirs.

Toutes les dimensions de ces événements sont intéressantes à analyser : le degré d’organisation préalable des groupes mobilisés (les mouvements féministes, les groupes de soutien aux réfugiés), la couverture médiatique des mouvements, la stratégie de moyen terme de l’exécutif…

La conférence ci-dessous s’inscrit dans ce contexte. Il s’agit d’une table ronde organisée par la NYU School of Law (chaîne Youtube), et qui montre comment la communauté universitaire est en train de s’organiser pour disséquer, mais aussi surtout pour lutter contre, les mesures de l’administration Trump :

Encore une fois, toutes les dimensions de l’événement sont intéressantes à prendre en compte : les personnes qui s’expriment ici – les juristes d’une université « libérale » de la côte Est – étaient préalablement organisées, dotées de capitaux très importants liés à leur activité professionnelle – très fort niveau de politisation, connaissances pointues en droit, salaires et budgets universitaires, très hauts niveaux de capital social, etc. –, auxquels se superposent la spontanéité et les forces supplémentaires de l’indignation, et leurs actions sont susceptibles d’avoir des conséquences de court, moyen et long termes.

Je n’ai pas le temps de rendre compte, dans le détail, de toutes les idées qui me viennent à l’esprit en suivant, par le biais des médias américains, les événements en cours—limogeage forcé de l’Acting Attorney General Sally Yates, résistance des tribunaux aux mesures de déportation, et ainsi de suite. Tout juste ai-je le temps d’attirer l’attention sur l’importance de l’arme du droit dans ce qui est en train de se jouer aux États-Unis.

À ce sujet, voici deux conférences données au Canada en 2014 par Liora Israël. La première, intitulée « Mobiliser le droit. Une approche sociologique« , est malheureusement un peu difficile à écouter, mais elle est très éclairante, de même que la seconde, intitulée « Résister par le droit: une approche sociologique« .

Dans une autre vie, je m’étais intéressé à la mobilisation des juristes américains contre les mesures de renforcement du droit d’auteur sur Internet, dont le représentant le plus connu est Lawrence Lessig. Je vois beaucoup de parallèles entre ce combat et ce qui se joue actuellement, mais n’ai malheureusement pas le temps de rentrer dans son détail.

Je laisse toutes ces pistes d’analyse en plan ici, en complément, donc, de mon billet précédent, en espérant que tous ces événements se retrouveront chroniqués sous la forme d’analyses plus complètes sur des blogs comme Lawfare, qui est très réactif, ou Mobilizing Ideas, qui est plus « slow science« .

Annals of Youtube Science 1(2) : From Obama to Trump

De l’avalanche de conférences organisées autour de l’élection présidentielle américaine et du phénomène Trump, je retiens celle-ci, qui se concentre sur la phase de transition entre deux équipes présidentielles :

La conférence, disponible sur la chaîne Youtube du Watson Institute for International and Public Affairs, fait intervenir deux personnes qui ont connu les transitions présidentielles de l’intérieur (spécifiquement, celle de Bush Senior vers Clinton/Gore).

Ce qu’ils ont à dire de la transition « Omaba vers Trump » est, à dessein, édifiant, Trump ayant déjà violé un nombre hallucinant des règles mises en place pour assurer que les périodes de transition entre deux « administrations » fédérales ne créent pas de vulnérabilité dans l’appareil d’État américain.

Vu l’absence totale d’ethos du service public chez Trump, et vu le primat de la compétence bureaucratique qui s’exprime très clairement chez les deux conférenciers, leur bilan extrêmement négatif de Trump comme « président-élu » est peu étonnant. Le détail de leur bilan est intéressant.

Sur un sujet proche, voir « President Trump’s First Term« , un excellent texte publié en septembre 2016 par le New Yorker, dans lequel l’auteur faisait le point sur la marge de manoeuvre du pouvoir présidentiel aux États-Unis.

Depuis la préparation de ce billet il y a quelques semaines, Trump est devenu président des États-Unis, a littéralement décimé certains ministères fédéraux, et a pris toute une suite de mesures qui confirment le fonctionnement autocratique et anti-légaliste de son administration rapprochée. Les plus optimistes s’attendent à une procédure réussie d’impeachment, les plus pessimistes parlent de ballon d’essai pour un coup d’État.

La situation est navrante au plus haut point, et je ne pense pas que je vais réussir à chroniquer Trump ce semestre, mais d’autres s’en chargent très bien.

À écouter également

L’unes des choses que je trouve compliquée à comprendre au sujet de l’opinion publique américaine est sa réception des accords commerciaux internationaux. Trump en a fait un chapitre important de sa proto-politique économique, et si ses annonces sur le sujet (NAFTA, TPP) sont amenées à être suivies d’effets, on peut supposer que ce sera au début de son mandat qu’il devra expliquer de quoi il en retournera vraiment.

Sur les accords commerciaux internationaux, je recommande la conférence « Votes, Vetoes & International Trade Agreements« , donnée par Helen Milner à Princeton en 2013 :

La conférence reprend le contenu de son livre sur le sujet.