De l’auto-destruction en Amérique

Début février, j’écrivais ceci :

Depuis la préparation de ce billet il y a quelques semaines, Trump est devenu président des États-Unis, a littéralement décimé certains ministères fédéraux, et a pris toute une suite de mesures qui confirment le fonctionnement autocratique et anti-légaliste de son administration rapprochée. Les plus optimistes s’attendent à une procédure réussie d’impeachment1, les plus pessimistes parlent de ballon d’essai pour un coup d’État.

J’ai encore du mal à croire qu’en quelques semaines à peine, on en soit arrivé au stade où les deux cas de figure évoqués ci-dessus soient devenus, à des degrés différents, crédibles, mais c’est bien le cas : les révélations des dix derniers jours ont fourni tout ce qu’il faut pour justifier d’une procédure d’impeachment contre Donald Trump, ou même, procédure tout à fait exceptionnelle qu’un ami au sens politique hors du commun avait prédit il y a plusieurs mois, d’une invocation du 25e Amendement, Section 4.

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que les membres des chambres parlementaires en viennent à réfléchir aux alternatives, et à la meilleure manière de les mettre en oeuvre : c’est à ce type de « destitution concertée » que l’histoire des régimes autoritaires destine les autocrates en situation d’effondrement de leurs soutiens.

Comment en est-on arrivé là ?

Le spectacle affligeant et obscène qu’a offert Trump dès son entrée en fonction – et avant ça, pendant la campagne électorale – a de nombreuses explications, mais voici trois éléments dont il me semble qu’ils ont très directement contribué à faire émerger la situation actuelle :

  • Dès le départ, Trump a choisi d’ériger la presse en parti d’opposition, et pas seulement en relais indirect des attaques issues d’un camp adverse plus ou moins dissimulé derrière elle : comme le montre l’épisode délirant des attaques terroristes « non couvertes » par les médias, la presse est l’ennemi numéro un de Trump, qui semble incapable de s’intéresser à tout autre espace que l’espace médiatique.

    Cette stratégie est idiote : l’adversaire désigné n’est pas un concurrent électoral, et la destruction physique de l’ennemi n’est pas une option ; en conséquence, je pense que le jeu répété qu’a créé Trump va nécessairement finir par se retourner contre lui, au fur et à mesure qu’augmenteront les coûts de la loyauté que lui porte encore un média comme Fox News.

  • Sa méthode du mensonge érigé en doctrine de gouvernement2, qui se rapproche incroyablement de celle de Slobodan Milosevic, n’est viable qu’entourée des institutions qui font tenir les régimes autocratiques.

    Dans un régime démocratique, je ne vois pas comment le voile ne pourrait pas finir par être levé sur le fait que Trump ne comprend absolument rien à rien à l’économie ou à la diplomatie, avec pour conséquence d’être incapable de satisfaire ses électeurs, en plus de faire peser une réelle menace géopolitique au niveau mondial.

  • Vient enfin la guerre interne que Trump semble avoir ouvert avec l’appareil exécutif fédéral, en cherchant à lui faire subir ce que Newt Gingrich a fait au Congrès, c’est-à-dire tenter de le rendre stupide (du grec stupos, frappé de stupeur). C’est en tout cas comme ça que je perçois sa guerre à bas bruit aux statistiques officielles3, ou son non-remplacement de conseillers en politique étrangère, en sciences et technologies, et plus généralement un peu partout dans l’appareil fédéral4.

    Or, à long terme, je ne comprendrais pas que la bureaucratie ne prenne sa revanche, à sa manière : en sabotant les projets du saboteur, en rendant les coups avec plusieurs mois (voire années) de décalage, et en savourant les effets de sa contre-offensive aux mid-terms de 2018, par exemple5.

Un changement de cap est-il probable ?

La déroute politique actuelle de Trump peut théoriquement s’arrêter du jour au lendemain, mais cela lui demanderait d’effectuer un « virage de personnalité » dont il est quasi-certainement incapable, en plus d’un changement quasi-intégral de garde rapprochée, ce qui lui demanderait notamment de renier publiquement plusieurs membres de sa famille.

Pour ces raisons, je ne pense pas que Trump « apprendra » de ses errements et modifiera son jeu politique en conséquence : il me semble beaucoup plus plausible qu’il suive le chemin inverse, qui consiste à s’enfoncer dans le déni et à continuer droit devant, au motif que l’on ne s’est pas laissé impressionner par l’opposition.

Il faut rappeler, enfin, que Trump n’est pas un homme politique, et ne semble pas particulièrement sensible à l’effritement de sa base électorale. Les médias les plus serviles de son camp semblent être sa seule source d’inspiration quotidienne, et l’on peut espérer que ceux-ci finiront par se retourner contre lui, d’une manière ou d’une autre.

Rendez-vous dans quelques mois pour un nouveau bilan à mi-parcours.

Addendum : un argument similaire à celui de ce billet est développé dans cette excellente tribune de Masha Gessen, déjà citée ici et sur ce blog.

  1. Les procédures de removal from office sont à la mode : au Brésil et en Corée du Sud, deux présidentes (deux femmes) ont été destituées à quelques mois d’intervalles. Le cas précédent était Viktor Yanukovych (Ukraine) en 2014, l’impeachment de Jacob Zuma (Afrique du Sud) en 2016 ayant échoué. []
  2. Sur cette méthode, le meilleur analyste de Donald Trump reste Scott Adams, qui a parfaitement compris – dans les moments où il arrive à oublier à quel point il déteste Hillary Clinton – le jeu du personnage. []
  3. Trump semble avoir promu suffisamment de personnes motivées par cet objectif pour que les premiers dégâts soient déjà visibles : les données sur la sécurité animale, l’open government data, et bien sûr les données climatiques, en sont les premières victimes. Data delenda est. []
  4. Note : la fin de cette phrase a été rajoutée quelques jours après la publication de ce billet. []
  5. À l’inverse, on imagine mal les bénéfices électoraux que Trump pourrait réclamer pour avoir supprimé quelques pages des sites Internet fédéraux. Sa « stratégie » me semble, ici encore, destinée se retourner contre lui, au moins sur les moyen et long termes. []