On déporte aussi les universitaires

Tout est vrai et généralisable dans la série entroisparties de Jorge Cham, l’auteur de PhD Comics. J’ai aussi eu quelques démêlés avec la police aux frontières en essayant de quitter la France pour le Royaume-Uni, sauf que dans mon cas, je n’ai pas réussi à quitter la délicieuse bourgade de Beauvais. J’ai surtout vécu la déportation, en Grande-Bretagne, d’une collègue canadienne, qui a dû terminer sa thèse à quelques milliers de kilomètres de l’université ou elle enseignait et faisait diriger ses travaux.

Ce sont des préoccupations de classe moyenne exerçant des professions intellectuelles supérieures, mais ça en dit long sur le sort réservé aux migrants qui n’ont pas les ressources dont “nous” disposons1. Mon périple à Beauvais fut incroyablement difficile, coûteux et énervant, alors que j’avais toutes les formes de capital économique, culturel et social à ma disposition : une carte bleue2, un accès Internet, une bonne maîtrise de la langue française, des contacts dans trois administrations3, ma couleur de peau4 et un téléphone à couverture internationale ; à la sous-préfecture, les balayeurs africains qui faisaient la queue à 7h45 le matin pour renouveler leur carte de séjour n’avaient rien de tout ça. Tout parle, dans ces cas-là : je portais mon sac Samsonite avec un ordinateur portable, eux des pochettes plastifiées.

On peut juste espérer que les mini-scandales épisodiques autour de dominants (comme cette Suédoise expulsée de JFK à New York après un interrogatoire façon Al-Qaeda, je n’ai plus la source) attirent l’attention sur le sort des dominés, pour faire changer les normes. Par exemple, les États-Unis viennent d’ouvrir leur territoire aux séropositifs ; plusieurs problèmes s’étaient manifestés lors des conférences internationales sur le sida.

  1. Notez comme la conscience de classe fonctionne à plein régime dans ces cas-là. []
  2. Très pratique pour les 75 euros du dernier hôtel ouvert à 23 heures, et dont le papier peint a laissé une marque. []
  3. Référence à mes contacts à l’université, mais c’était inutile, l’épisode se déroulant un weekend. []
  4. On peut aussi noter que je suis un homme dans un univers nettement “gendered” : le policier et le responsable du service visas/passeports de la sous-préfecture est un homme (qui statue et décide), le réceptionniste de l’hôtel ou le secrétaire à l’accueil de la préfecture est une femme (qui renseigne et obéit). []

3 réflexions au sujet de « On déporte aussi les universitaires »

  1. Il faudrait nous en dire plus sur vos mésaventures pour que l’on comprenne bien comme un Français, sauf erreur de ma part, ne peut entrer au Royaume-Uni…

    Je ne crois pas du tout que la multiplication d’incidents concernant des dominants fasse changer les normes pour tout le monde, ou plutôt, on aura une distinction de plus en plus nette entre les \autorisés\ à voyager vite et facilement et les autres. Voir la démonstration faite par un de nos ministres sur un système de contrôle des passeports sans contact humain pour ceux ayant le bon passeport. C’est Michel Foucault qui doit se réjouir dans son éternité.

    • Ma mésaventure est basée sur un passeport soudainement devenu “ défectueux” aux yeux de deux autorités de l’aéroport : la police française a rejeté le le blâme sur la compagnie aérienne, qui elle-même l’a rejeté sur la police britannique (si mon passeport est rejeté à l’arrivée, les coûts de rapatriement sont apparemment à leurs frais). La situation est apparemment asymétrique : la même mésaventure en inversant un paramètre (citoyen britannique en France, ou citoyen français en Grande-Bretagne) n’aurait pas eu le même outcome.

      Ce qui devrait aussi vous intéresser, c’est que la police française s’est entièrement défaussée de son autorité sur un acteur privé : elle a refusé de statuer sur l’état réel de mon passeport, qui n’a même pas été contrôlé par elle, le jugement de la compagnie aérienne (défectueux) lui a intégralement suffi.

      Je cherche un contre-exemple sur votre deuxième point : Barack Obama vient d’autoriser les séropositifs à pénétrer sur le territoire américain, ce que les Nations Unies ont encouragé à généraliser. Il me semble que c’est un exemple de diffusion du haut vers le bas d’une politique entre groupes sociaux : il y a de nombreux exemples de scientifiques n’ayant pu se rendre à des conférences internationales sur le sida à cause de ces restrictions, dont la levée va bénéficier à des personnes de statut moins dominant (des migrants manuels, par exemple). Si l’interdiction est levée dans d’autres pays, eux-mêmes dominés en comparaison aux États-Unis, alors il y aura diffusion du haut vers le bas, pas juste entre groupes sociaux mais aussi entre nations.

  2. Et, en plus, vous n’aviez pas de carte d’identité à jour sur vous…, je suppose, et si vous en aviez une, l’épisode est encore plus décourageant.

    L’autorisation d’entrée sur le territoire des Etats-Unis des « séropositifs » constitue en effet un contre-exemple, mais, si j’ose dire, il ne saurait inverser une tendance lourde, très lourde même, au triage inégalitaire des flux humains sur la planète. La disparition du critère de la « séropositivité » tient peut-être simplement au fait que l’infection au HIV aux Etats-Unis n’est plus l’objet d’une alarme sociale, rentable/exploitable du point de vue électoral, mais que cette interdiction nuisait à l' »image » des Etats-Unis – via effectivement l’impossibilité de ce fait d’organiser sur le sol américain un Congrès mondial sur le SIDA. Pour le reste, le monde ne manquera pas d’alarmes sociales en cours pour justifier toutes les restrictions possibles et imaginables…

Les commentaires sont fermés.