Canulars scientifiques, Monty Pythons et podcasts

cleese_gumby

Je manque de temps pour écrire quelque chose de consistant sur le sujet, mais je tiens quand même à signaler aux clients du ‘bistro ce nouveau canular scientifique, qui tourne en dérision le bullshit d’un philosophe-français-très-connu :

badiou-1

Et si la première phrase du résumé ne suffit pas à vous faire recracher votre café, essayez le texte complet, qui contient ce passage tellement Monty Pythons qu’on pourrait l’inclure dans un épisode du Flying Circus :

badiou-2

Le sketch choisi pour illustrer ce billet n’a rien à voir avec la philosophie, mais les Monty Pythons ont produit plein de sketches délicieux sur le sujet : “Mrs. Premise and Mrs. Conclusion”, “Philosophers’ Football”, et bien sûr, “The Philosophers’ Song”.

Pour en revenir au canular, le texte a été publié (puis retiré) par la revue Badiou Studies. Sa bibliographie est par ailleurs très intéressante : on y trouve notamment le remarquable essai de Leo Bersani, “Is the Rectum a Grave?”, paru aux USA en pleine épidémie de sida, et qui m’a donné envie de relire Susan Sontag.

Pour une réaction au canular à laquelle je souscris en à peu près tout point, voir ce commentaire de Justin Erik Halldór Smith. Pour des précédents, voir le “canular Maffesoli”, et bien sûr, “l’affaire Sokal”.

Attention, “précédent” ne signifie pas que les canulars démontrent à chaque fois la même chose. En l’espèce, le “canular Badiou” me semble beaucoup plus proche de “l’affaire Sokal” que ne l’est le “canular Maffesoli”, qui en diffère pour les raisons clairement énoncées par Michel Dubois.

Mais au fait, pourquoi des canulars scientifiques ?

La réponse dans les premières minutes de cet entretien avec Jacques Bouveresse sur les intellectuels et les médias (pour l’explication dans le texte, voir Arthur Schütz, “The ‘Grubenhund’”, et Karl Kraus) :

Encore une fois, les différents canulars ne se ressemblent qu’en surface : le canular du “Grubenhund” visait un quotidien autrichien, alors que le “canular Badiou” vise une revue posant comme scientifique (“peer-reviewed”, dans ce contexte).

Notez bien que, de l’aveu même d’un de ses éditeurs, la revue Badiou Studies n’a pas les moyens d’être une revue scientifique. “Nous ne nous donnons pas les moyens d’être scientifiques, donc nous faisons juste semblant de l’être” : magnifique aveu, pour le coup !

Ce n’est pas le seul aveu : dans une réponse au vitriol, Badiou lui-même a réagi au canular en indiquant que sa présence dans le comité de rédaction des Badiou Studies était “purement décorative”.

La subversion du processus éditorial scientifique est donc ici à peu près totale. Le qualificatif de “total” va d’ailleurs plutôt bien à Badiou, mais lui-même y préférerait peut-être celui “d’infini”, qui fait quand même plus sérieux.

La suite en podcasts

J’avais déjà évoqué le “canular Maffesoli” à l’occasion d’une esquisse d’analyse du sous-espace éditorial formé par les revues francophones de sociologie.

Des sources très fiables me soufflent que les auteurs dudit canular passent aujourd’hui dans l’émission Du grain à moudre sur France Culture. À vos postes / podcasts !

Et s’il vous reste du temps après ça, je vous conseille cet exposé sur la philosophie des statistiques, par l’un des auteurs du “canular Badiou”.

Mise à jour, même jour plus tard : l’émission est là.