Nous sommes une trentaine

On est heureux d’apprendre, dans ces premiers résultats d’enquête, qu’une trentaine de politistes français déclare avoir un blog (sur environ 205 déclarant être dotés d’une “page Internet”). Le résultat doit être remis en question : j’en ai identifié beaucoup moins que ça. De plus, selon la même source, plus de 40% des politistes disposant d’une “page Internet” y déposent leurs textes publiés : est-ce vraiment le cas ? Mon anecdotal evidence m’indique que ce taux est peut-être celui des politistes américains, mais pas français, où la plupart des pages institutionnelles listent (au mieux) un curriculum vitae dont l’actualisation varie fortement. Dernier point, l’enquête sonde pour deux types de médias (“page Internet” et “site Internet”) mais je n’ai pas vu de contrôle permettant de déterminer le recoupement entre les deux ; le tableau page 17 semble toutefois suggérer que les deux items sont non-sécants.

Ces premiers doutes étant posés sur ces résultats préliminaires, le reste des tris à plat de l’enquête est intéressant, de même que ce rapport (quantitativement beaucoup plus développé grâce aux ACP sous Spad) sur les revues et les pratiques de publication. Dans les deux cas, peut-être aurait-il fallu rendre public le dataset, histoire de faciliter les analyses secondaires et la réplication (l’une des saines marottes de Jeremy Freese). À noter, enfin, que les populations sondées ne sont apparemment pas les mêmes (c’est ce que la différence dans les spécialisations reportées dans les deux enquêtes semble indiquer). Il y a beaucoup d’autres résultats à commenter, mais le temps manque.


7 réflexions au sujet de « Nous sommes une trentaine »

  1. La première enquête semble avoir eu beeeeaaaauuucoup de réponses de doctorantes (et assimilés). Cela explique peut-être…
    (Et anecdotiquement : on trouve beeeeaaaaauuuucoup de politistes sur facebook).

  2. Oui, ça peut expliquer son biais pro-APP (analyse des politiques publiques), alors que la deuxième correspond mieux à la profession (sociologie politique primus inter pares). D’accord avec toi pour Facebook, mais ça compte comme page Internet, maintenant ? En tout cas il faudrait ouvrir le SDK pour faire une analyse de réseaux…

  3. Alors là je suis moi aussi surpris… 30? Je n’en ai pas découvert autant. On peut certes ajouter les blogs de Médiapart, ouverts par des collègues, mais ils sont souvent très peu actifs.

  4. C’est peut-être la nouvelle manière de bloguer : avoir unc ompte ouvert quelquepart, juste au cas où…

  5. Ping : Baptiste Coulmont » Liste de choses futiles (21)

  6. Ils partirent trente ils revinrent treize.
    Bien vu de la part du tenancier du bistro. Le graphique de la page 15 (concernant les politistes ayant une page internet) du rapport est erroné. Vous aurez sans doute remarqué qu’il reproduit avec une exactitude plus que suspecte les mêmes pourcentages que celui de la page 16 (concernant les politistes ayant un site internet). Le tableau de la page 17 aurait pu vous mettre la puce à l’oreille. Les pourcentages y sont eux corrects, et ils indiquent une population de blogueurs déclarés bien moindre. Désolé pour cette erreur et la fausse joie qu’elle a pu créer chez les promoteurs de blogs. C’est corrigé pour la version en ligne sur le site.
    Tant qu’on y est, j’ajoute que l’âge moyen des répondants ayant déclaré avoir un blog est de 35 ans, qu’il s’agit majoritairement d’hommes (9 hommes pour 4 femmes) et qu’ 1 d’entre eux n’est pas français et n’est pas basé en France. Enfin, on compte 5 doctorants/ATER, 5 enseignant-chercheurs, 1 « autre profession (anonymisé) » et 2 sans indication d’activité.
    Bien sûr, ce sont également les pourcentages du tableau page 17 qu’il fallait prendre en compte pour les autres éléments. Ce qui réduit le pourcentage de politistes déclarant mettre en ligne leurs textes publiés à 36%. J’en conviens ça parait encore élevé. Peut-être est-ce l’effet HAL-SHS.
    Pour finir, je me permets d’ajouter que j’avais plutôt peur que la population des blogueurs soit sous-estimée par l’enquête. En effet le questionnaire se centrait sur le site internet en demandant d’abord à l’enquêté s’il possédait un site puis quels éléments on pouvait y trouver. Il est donc possible que des enquêtés qui n’ont pas de page/site internet mais seulement un blog soient passés au travers…

  7. Tout s’explique ! Merci pour le commentaire et les stats supplémentaires. Et à bientôt sur Grenoble !

Les commentaires sont fermés.