Quelques mesures de la concentration éditoriale en sociologie

Dans le précédent billet, on a utilisé les 96 revues indexées par la plateforme Cairn et classées dans la discipline “Sociologie et société” pour produire une première mesure de l’entre-soi éditorial dans les revues de sociologie.

Cette première mesure visait à vérifier que les auteurs du canular visant (Michel Maffesoli et) la revue Sociétés avaient raison de penser que cette revue publie surtout les travaux d’un groupe auto-référentiel et isolé dans l’espace éditorial scientifique. Les premiers résultats ont confirmé cette vision des choses.

Allons un peu plus loin en cherchant à valider ce résultat par plusieurs mesures concurrentes de la concentration éditoriale des revues de l’échantillon. On va en produire trois, en allant de la mesure la plus simple à la mesure la plus compliquée (mais qui reste très simple).

On rappellera tout d’abord que l’échantillon est limité aux revues indexées par Cairn : l’analyse ne porte donc que sur un fragment de l’espace éditorial. Toutefois, ce fragment est assez large pour faire apparaître des différences marquantes entre les revues, qui trouvent de plus des explications qualitiatives intéressantes.

Le code pour produire les graphiques suivants (dans un ordre différent) est en ligne, avec le code pour récupérer les métadonnées de base.

Mesure 1 : le pourcentage d’auteurs “mono-revues”

Le nombre d’articles publiés par les auteurs du corpus varie de manière très importante : 74% des auteurs n’ont publié qu’un seul article dans une revue indexée par Cairn, alors que d’autres, comme les directeurs de revues qui signent les éditoriaux de chaque numéro, en comptent plusieurs dizaines1.

En plus de cette variation, explicable par des différences d’avancement de carrière et de productivité, certains auteurs n’ont publié que dans une seule des revues indexées par Cairn. Appelons ces auteurs les auteurs “mono-revues”, et mesurons leur pourcentage parmi les auteurs de chaque revue.

Cette première mesure donne le résultat suivant, qui converge très fortement avec celui du billet précédent (cliquer pour la version PDF) :

revues_mono_rank

On retrouve la revue Sociologie dans les revues dont les auteurs sont très souvent “pluralistes” : 80% de ses auteurs ont publié dans une autre revue indexée par Cairn. Et tout en bas, on retrouve les revues isolées dans le champ éditorial, comme Africultures. La revue maffesolienne Sociétés est en haut du dernier quartile.

Mesure 2 : la concentration de la production écrite

Émettons à présent une critique basique de la mesure précédente : certes, 60% des auteurs d’Actes de la recherche en sciences sociales ont publié dans une autre revue, mais cette mesure ne nous dit pas s’ils ont publié un seul article ailleurs, et tous les autres dans cette revue.

Pour répondre à cette critique, reprenons une idée du précédent billet, en calculant le pourcentage moyen de la production écrite des auteurs qui se trouve “capturée” par chaque revue. L’idée fondamentale consiste ici à penser les auteurs comme une clientèle plus ou moins “captive” de chaque “entreprise” éditoriale.

Le résultat ci-dessous est, encore une fois, très fortement corrélé au(x) précédent(s) : le coefficient de corrélation linéaire est proche de rho = .94.

revues_conc_rank

Sur cette deuxième mesure, les Carnets de notes sur les maltraitances infantiles sont encore mieux séparés du reste des revues, et “capturent” la quasi-totalité des articles des auteurs y ayant publié au moins un texte. La revue étant hyper-spécialisée et périphérique à la sociologie universitaire, ce n’est pas surprenant.

Mesure 3 : l’indice de Herfindhal-Hirschman

L’indice de Herfindhal-Hirschman (oui, c’est le même Hirschman) est un taux de concentration construit à partir des parts de marchés des plus grosses firmes d’un secteur industriel, élevées à la puissance 2. Je m’en sers en cours pour illustrer l’augmentation de la compétitivité sur le marché des navigateurs Internet.

Cet indice n’est plus un pourcentage, mais une somme de carrés de fractions dont la somme fait 1 : en conséquence, elle varie sur l’intervalle (0, 1], où 1 désigne une situation de monopole. Son intérêt par rapport aux mesures précédentes est de prendre en compte toute l’information dont on dispose sur les publications de chaque auteur.

Comme les mesures précédentes, l’indice de Herfindhal-Hirschman se calcule par auteur ; on prend ensuite la moyenne de cet indice pour tous les auteurs d’une revue. On peut même s’amuser à prendre la moyenne pondérée de cet indice, en fonction du nombre d’articles qu’a signé chaque auteur dans la revue2.

Voici l’indice moyen de chaque revue, entouré d’un intervalle correspondant à ± 1 écart-type des indices des auteurs. Cliquer pour la version PDF.

revues_hhi_rank

Encore une fois, on observe très, très peu de variations avec les mesures précédentes : la corrélation avec le pourcentage d’auteurs “mono-revues” est même quasi-parfaite. Le “classement” des revues, de la plus à la moins “monopolistique”, est quasiment inchangé.

Qu’a-t-on établi ?

La multiplication des mesures permet de valider le spectre de l’entre-soi éditorial identifié au billet précédent :

  • à l’extrémité gauche du spectre, on trouve des revues généralistes, accueillant des auteurs qui publient aussi dans d’autres revues ; et
  • à l’extrémité droite du spectre, on trouve des revues très spécialisées, accueillant des auteurs qui publient presque exclusivement dans cette revue.

C’est exactement ce que suggèrent les auteurs du canular visant la revue Sociétés : celle-ci est spécialisée dans la publication, et apparemment sans aucune validation scientifique, de ce que l’on appelle une “clique” en analyse de réseaux – ou encore une “secte” ou une “chapelle”, quand on veut être plus critique.

Je cite ces derniers termes à dessein : ils sont souvent utilisés pour critiquer tel ou tel sous-groupe de sociologues, pour faire passer l’idée que ce groupe est auto-référentiel. Ses membres peuvent, par exemple, se citer beaucoup les uns les autres, ou même s’auto-promouvoir les uns les autres dans certains cas extrêmes…

On reviendra donc, dans un prochain billet, sur d’autres aspects de la “clique maffesolienne”, et des autres cliques que l’on pourrait identifier dans le corpus.

Et cette fois-ci, il y aura des réseaux, promis.

  1. C’est notamment le cas d’Alfred Sauvy, personnage important pour la structuration du sous-champ scientifique auquel il appartenait (la démographie), et de sa revue centrale (Population), qu’il dirige jusqu’en 1975. Alfred Sauvy apparaît sous son nom complet ou sous les initiales “A. S.” dans les notules de fin de numéro []
  2. Le code permet de constater que la pondération de l’indice donne quasiment les mêmes résultats. []

Une réflexion au sujet de « Quelques mesures de la concentration éditoriale en sociologie »

  1. Ping : Baptiste Coulmont » L’Autolib’, révélatrice de la sociologie postmoderne

Les commentaires sont fermés.