Lancement de la revue “Statistique et société”

Emmanuel Didier, dont les lecteurs de ce blog ont déjà entendu parler à propos de statactivisme (conférence, émission), a annoncé cette semaine la mise en ligne du premier numéro de Statistique et société :

S & S

Cette revue se propose de montrer comment la statistique intervient dans la société, y joue un rôle souvent inaperçu, et est en retour transformée par elle.

L’information d’ordre statistique irrigue la société contemporaine de part en part, et lui donne sa propre inflexion. Il suffit de feuilleter le journal pour voir qu’elle se trouve dans chacune de ses sections : l’économie bien sûr ; la politique aussi avec les sondages ou le souci d’efficacité mesurée par des objectifs quantitatifs ; l’éducation, qui engendre non seulement des notes, mais aussi de très nombreuses enquêtes ; la santé, qui pose des questions de politique publique ; les affaires étrangères qui ont besoin de chiffres pour mettre en évidence les rapports de force entre États ; et même la culture que l’on pourrait croire rétive à la quantification, qui est pénétrée partout par des équivalents de l’audimat. D’une façon ou d’une autre, et de manière plus ou moins explicite, les statistiques sous toutes leurs formes participent au débat public.

La revue Statistique et Société, une revue de la Société Française de Statistique, se donne pour objectif de mettre en évidence les effets propres de ces quantités. Nous faisons le pari que l’on comprend mieux notre actualité si on l’envisage depuis ce point de vue, crucial mais pourtant souvent laissé dans l’ombre.

Cette revue va certainement contribuer à faire progresser les “sciences sociales du statistique”, qui sont bien représentées en sociologie des sciences et qui parlent de plus en plus fréquemment dans d’autres “langues sociologiques”, aidée dans cette évolution par la sociologie économique, la sociologie de la quantification, de la valuation, …

Ce blog trahit régulièrement sa curiosité en la matière : vous connaissez déjà mon attachement personnel à cette thématique1, et j’imagine sans difficulté que Joël sera content de parcourir un article comme “Faut-il confier à des statisticiens des responsabilités en matière électorale ?” Nos billets parlent souvent de statistiques parce que cette notion nous fait travailler au double titre d’enseignants en méthodes quantitatives et de sociologues rencontrant les statistiques à chaque coin de page de nos terrains respectifs.

Pour en revenir à la revue, les articles sont (très) courts et font parfois penser à ceux de l’initiative History and Policy, un réseau d’historiens britanniques qui publie des textes avec la volonté d’occuper un espace de réflexion tiers-sécant entre l’université et la décision publique. Le premier numéro contient un éditorial de Cédric Villani, qui évoque la légitimité du boson de Higgs en parlant de sa précision à “cinq sigma2.

Bonne lecture (et jetez un coup d’oeil aux Cafés de la statistique) !

  1. Réflexivement, je crois que c’est mon intérêt pour la notion de causalité (autre lancement revue à suivre) qui m’a entraîné sur ce domaine, outre ma curiosité dévorante pour la programmation statistique. []
  2. La physique fait, comme tout le monde, des choses assez étranges aux erreurs standard, en particulier à travers sa technique de modélisation connue sous le nom de “sigma clipping”, une sorte de rabot statistique (ce n’est pas la seule technique de “découpage” connue dans le domaine : on peut aussi faire des sandwiches avec les erreurs standard, même si ce n’est pas très recommandé). []

Une réflexion au sujet de « Lancement de la revue “Statistique et société” »

  1. Ping : Baptiste Coulmont » Liste de liens intéressants

Les commentaires sont fermés.