GitHub mania

GitHub est une plateforme qui héberge du code sur la base d’un système de collaboration, git, qui a fait ses preuves en servant à coordonner le travail des 40 000 collaborateurs au noyau de Linux. Les Internets regorgent de ressources sur Git : voici une vidéo pour les plus avertis, et un guide de présentation plus accessible.

Les deux auteurs de ce blog sont assez fan de GitHub : vous nous y retrouverez assez facilement — et je pense que Joël a vraiment innové en publiant du code sur GitHub et en se faisant citer par le Canard enchaîné la même semaine ! GitHub a l’avantage d’être gratuit, ouvert et (très) robuste, de ne pas souffrir de limite sur la taille des documents, et enfin d’être obsessionnellement collaboratif. C’est une plateforme parfaite pour copier-coller des petits bouts de code, ou même pour héberger des données. J’ai testé ces fonctionnalités à partir de l’année dernière, en évoquant rapidement les résultats ici.

Cette année, j’ai testé les fonctions collaboratives de GitHub en donnant un coup de main sur un plugin Stata pour TextMate, et en commençant à soumettre des fonctions dans quelques packages pour R. C’était l’objet du point n°4 dans un billet de février, qui a débouché sur une fonction du package questionr de Julien Barnier, qui continue là où son très bon package rgrs s’était arrêté, et à qui j’espère pouvoir bientôt soumettre de nouvelles fonctions, inspirées de mes expériences (et de celles de mes étudiants) avec la manipulation de données d’enquêtes sous Stata.

Je viens aussi de publier une fonction dans GGally, un package qui a vocation à construire sur l’excellente librairie graphique ggplot2 ; là aussi, j’espère pouvoir écrire quelques fonctions de plus en m’inspirant du package arm d’Andrew Gelman et al., qui sert à analyser des régressions. Je vous raconte ça parce que je suis content comme un môme quand j’arrive à coder des trucs utiles aux autres, et parce que je souhaite encourager tous les lecteurs de ce blog à jeter un coup d’oeil à GitHub, qui a de très nombreux usages scientifiques, bien au-delà de la « pure » programmation.

Rêvons qu’un jour, il sera possible à la science politique de faire un coup de force en rendant publics ses jeux de données et ses scripts d’analyse sur une plateforme comme GitHub (ou même HAL-SHS), ce qui permettrait d’insister un peu plus lourdement sur l’opacité des méthodes de collecte et de redressement que l’on rencontre dans le secteur commercial. On peut d’ailleurs trouver sur GitHub des scripts ayant servi à des membres de l’équipe de campagne de Barack Obama l’année dernière…


Une réflexion au sujet de « GitHub mania »

  1. Ping : GitHub mania | Microclub

Les commentaires sont fermés.