Les médias américains misent tous sur les blogs universitaires

Ou plus exactement, sur les blogueurs universitaires. Bloomberg y voit la cause principale d’amélioration du reporting entre les années “Hillarycare” (début des années 1990) et les années “Obamacare” (fin des années 2000), pour faire référence à deux réformes du système de santé américain1.

Cette observation n’est pas difficile à valider2. Je suis d’assez près les politiques de santé aux États-Unis, et l’apport des blogs universitaires est indéniable, qu’ils soient hébergés par les médias eux-mêmes ou qu’ils tournent indépendamment sur des plateformes ouvertes à tous. S’il ne fallait en citer qu’un, je citerais The Monkey Cage, mais les archives de Polit’bistro sont assez fournies sur le sujet des blogs universitaires, notamment américains.

Je passe à présent en mode “Lettres persanes” pour railler à peu de frais la situation en France :

  • Voici le blog “sondages d’opinion sur la présidentielle” du New York Times.
  • Voici le blog “sondages d’opinion sur la présidentielle” du Monde.

Qu’on se comprenne bien : les deux journalistes du Monde font leur travail, et Nate Silver fait le sien. Nate Silver est juste beaucoup mieux équipé pour faire le tri entre le grain et l’ivraie, pas les journalistes du Monde, qui publient parfois des énormités, et qui ne publient aucune analyse approfondie3.

Encore une fois, je ne donne pas de leçon aux journalistes du Monde : je pense simplement qu’ils n’ont pas l’outillage théorique de Nate Silver, qui utilise Stata et qui cite l’erreur standard des sondages directement par son acronyme, RMSE — l’écart méthodologique pourrait difficilement être plus grand. De plus, je perçois très clairement que les attentes du Monde sont sensiblement inférieures à celles du New York Times : la comparaison n’est en fait plus possible à mon sens, et cela s’explique beaucoup moins par la formation des journalistes que les conditions de travail des rédactions, et en particulier des régies en ligne.

Reste enfin le passage où je m’auto-flagelle pour distribuer équitablement les torts : qui, dans le milieu académique français, irait tenir un blog “enquêtes d’opinion sur la présidentielle” pour le compte du Monde ? Les observateurs ne manquent pas, loin de là, mais ils sont paradoxalement presque plus nombreux à l’étranger qu’en France. Même les plateformes qui ont capté une bonne partie des universitaires, comme Mediapart, publient surtout des tribunes, et très peu d’analyse scientifique.

J’espère presque m’être planté à plusieurs endroits dans cet état de l’art, ça aura peut-être le mérite de faire réagir.

  1. Précision : les deux surnoms viennent du camp républicain, les deux réformes du camp démocrate. La première a échoué, la deuxième a réussi, sauf si la Cour suprême en décide autrement dans les heures qui viennent—stay tuned. []
  2. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour employer la forme passive. D”ailleurs, est-ce bien la forme passive ? Bref, je suis d’accord avec Bloomberg. []
  3. Le résultat d’un sondage, ou même le commentaire d’un institut de sondage, n’est pas une analyse : c’est un discours rapporté, en chiffres et en lettres. L’analyse vient après le discours, quand on suit à la lettre ce que j’ai appris pour ma part en deuxième année d’études grâce à un journaliste de la PQR, qui se reconnaîtra peut-être s’il me lit. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

6 thoughts on “Les médias américains misent tous sur les blogs universitaires

  1. Je partage globalement ton point de vue, mais je pense que tu sous-estimes la qualité de certaines analyses, par exemple celles publiées sur Mediapart par l’équipe SPEL – probablement la plus grosse équipe constitué autour de la séquence électorale 2012, en nombre de chercheurs en tout cas. Il est vrai que le commentaire y sort du pur aspect “course de petits chevaux” – mais c’est ce qui en fait tout l’intérêt !

    Je me demande quand même si la formation des journalistes ne joue pas un rôle. A Mediapart, c’est Sylvain Bourmeau – qui fit jadis une thèse de science politique à Paris 1 – qui a fait venir bloguer un certain nombre de chercheurs ; c’est le même qui, à Libé, a introduit un certain traitement de l’élection (mais il n’est pas le seul journaliste au service politique, et ça se voit). De manière générale, son profil est une exception dans un contexte où les journalistes français sont formés dans les écoles de journalisme, loin des Universités et de la recherche, alors que les journalistes américains ont souvent une beaucoup plus grande familiarité avec la recherche académique.

    • Je découvre les articles du collectif SPEL sur Mediapart avec ton commentaire. Ça se lit exactement comme du Politix, ce qui est parfait pour toi comme pour moi, mais je pense que ça restera médiatiquement souterrain.

      La formation a nécessairement un rôle, et l’exemple de Sylvain Bourmeau est très parlant, mais ce sont les rédactions qui fixent l’agenda au jour le jour. Bizarrement, elles sont prêtes à filer un numéro complet de Libé par an aux profs du secondaire, mais l’Université fait figure de fruit défendu.

    • Si, mais comme l’explique très bien Alain Garrigou lui-même, sa position le situe en extrême périphérie de l’espace médiatique. Cet exemple va de pair avec celui cité dans le commentaire de Joël.

  2. Je vous trouve bien critique, d’autant plus que vous apportez dans vos posts successifs la preuve qu’il existe bel et bien des sources assez nombreuses (Observatoire des sondages ou site d’Eric Dupin par exemple) qui permettent de prendre une vue critique des sondages. Des blogueurs économistes s’y sont mis aussi. Du côté sondages plus sérieux, on peut citer aussi les enquêtes Trielec et Cevipof largement disponibles.

    D’une part, vous sous-estimez les problèmes du côté de la “réception” : contrairement à vous, je ne suis pas sûr que le citoyen ordinaire puisse comprendre les tenants et aboutissants de la polémique sur les “quotas”. Plus généralement, un journal comme “le Monde” semble être confronté à un lectorat qui, pour partie, lui demande d’être plus simple (simpliste?) qu’il ne le fut. D’autre part, je ne vois pas en effet un universitaire s’occuper d’un tel blog, tout simplement parce qu’actuellement ceux qui sont “pour les sondages” sont occupés à réaliser les leurs, et ceux qui sont “contre les sondages” écrivent déjà leurs critiques (Observatoire des sondages), et ceux qui sont pragmatiques (comme moi-même) se contentent d’y voir un objet parmi d’autres qui définit l’opinion publique : bien faits ou mal faits, ils ont un effet, peut-être faible, mais un effet tout de même. C’est un peu comme les cours de bourse qui ne représentent pas les “fondamentaux” de la valeur d’une firme, mais qui de toute façon ont un effet économique!

    • Vous avez raison de détecter un excès critique dans mon billet : je pense que c’est la conjoncture qui me rend si pessimiste et même un peu bougon. Joël et Éric ont aussi corrigé ce biais dans leurs commentaires, et je vous remercie tous les trois pour ce rééquilibrage.

      En même temps, vous diagnostiquez le même problème de fond que moi lorsque vous évoquez la relation entre médias et lectorats en partant de l’exemple du Monde. Je sous-estime certainement les problèmes de réception, mais pourquoi le New York Times aurait-il un lectorat intellectuellement plus capable que Le Monde ?

      Votre dernier point est à mes yeux le plus important : en effet, vous décrivez une configuration de l’espace médiatique et académique qui interdit presque structurellement l’émergence d’un “Nate Silver français”, et les faits vous donnent raison.

      Sur les effets concrets des sondages d’opinion, pour terminer, je suis également d’accord pour leur reconnaître un effet performatif, mais beaucoup, beaucoup plus faible que dans le cas d’étude des cours boursiers.

Comments are closed.