La science politique interprète-t-elle correctement la politique ?

La revue European Political Science vient de publier un témoignage sur ce thème. L’auteur a fait partie des hautes sphères gouvernementales en Lettonie, et son jugement vis-à-vis de la science politique est finalement assez sévère :

Studying political science had not provided any recipes for success in real-life politics. […] While I found some of the insights of social science (e.g., regarding bureaucracies, conditionality) quite useful in forging my way in real-life politics, my general impression is that political science often assumes too much rationality and that it looks for clean, parsimonious explanations of a reality that is very messy and dictated by short-term considerations.

En défense de l’analyse scientifique des phénomènes politiques, l’objectif d’une démarche analytique consiste, en partie, à émettre des hypothèses dont la logique interne dépasse les interprétations des acteurs eux-mêmes et les surdétermine. De même, le travail scientifique fait appel à des modélisations et des représentations simplifiées qui permettent de lier plusieurs phénomènes ensemble, au-delà des éléments contingents et des circonstances spécifiques à chaque instance observée.

Dans le prolongement de ces premières critiques, l’auteur émet une autre observation qui me semble beaucoup plus pertinentes. Son témoignage nous indique que les politistes se plantent souvent dans les motifs qu’ils prêtent aux acteurs, ce qui est grave, car l’analyse des intérêts propres aux acteurs est cruciale à l’étude de leur comportement. L’auteur explique que les individus qu’il a croisés dans le monde politique n’étaient pas systématiquement motivés par la maximisation de leur intérêt personnel (hypothèse fondamentale du public choice) :

Observers of politics have traditionally attributed various motivations to politicians, starting from a patriotic desire to serve their country and implement ideas, to the desire for prestige, money, and raw power. However, I often sensed fear as well, especially around election time. For rank and file politicians, this was a fear of not being elected and the prospect of trying to make a living outside of politics when their professional qualifications were no longer marketable or their party affiliations severely limited career opportunities. Some of the ‘oligarchs’ undoubtedly fear that the absence of power could mean losing acquired fortunes or actually ending up in jail. However, in the ‘oligarch’ I could observe most closely, I sensed most of all a sportsman in search of the adrenalin rush of a good fight or the satisfaction of having again proved the sceptics wrong. I was quite surprised to discover that another core motivation in politics is revenge.

Encore une fois, il faut défendre la science politique, qui a très bien formalisé cette angoisse dont parle l’auteur : il s’agit des logiques de blame avoidance (R. Kent Weaver, “The Politics of Blame Avoidance”, Journal of Public Policy, 1986). Il faut prendre l’article comme une mise en garde : la science politique a développé des intuitions très avancées en ce qui concerne les institutions, l’idéologie et ainsi de suite, mais le travail sur les intérêts et les motifs poursuivis par les acteurs politiques est certainement parvenu à des conclusions trop limitées. Peut-être s’est-on trop reposé sur les motivations économiques (les préférences).


5 réflexions au sujet de « La science politique interprète-t-elle correctement la politique ? »

  1. Les questions du sens et de l’interprétation mériteraient effectivement d’être remises en chantier. Pour une réflexion appliquée à l’analyse des politiques publiques, voir sur mon blog.

  2. Ping : Petit rappel « Science politique en ligne

  3. Bonjour,

    Moi ce qui me fait rire, c’est que la personne qui a écrit ce texte croyait qu’en suivant des études de science politique, elle allait pouvoir réussir en politique (cf. la première phrase). Je suis pas allé voir l’article en entier, mais cela me paraît franchement naïf, pour ne pas dire autre chose.

    Pour ce qui est de l’analyse des « motivations » (un mot qui ne cadre pas très bien au passage avec une approche sociologique du monde: si les « acteurs » sont transparents à eux-mêmes, une étude scientifique de ce qu’ils font perd tout fondement parce que ça signifie qu’il n’y a pas de déterminisme à découvrir) économique des pratiques sociales, par exemple du vote, il y a longtemps qu’on sait que ça ne vaut pas grand-chose scientifiquement. On ne met pas aussi facilement le monde en équations.

  4. Je ne pense pas que l’auteur se soit engagé dans ses études en vue de réussir en politique ; mais rétrospectivement, il a l’air de dire que ce serait une grossière erreur que de suivre cette démarche.

    Je compte revenir sur les intérêts, les motifs, les motivations et tout le fatras de termes que l’on colle sur les intentions dans un prochain billet. Vos lumières sur le sujet sont les bienvenues !

    Et merci pour votre commentaire.

  5. Je m’excuse de citer ce grand francais en traduction anglaise, mais…

    I have lived among people of letters, who have written history without being involved in practical affairs, and among politicians, who have spent all their time making things happen, without thinking about describing them. I have always noticed that the former see general causes everywhere while the latter, living among the unconnected facts of everyday life, believe that everything must be attributed to specific incidents and that the little forces that they play in their hands must be the same as those that move the world. It is to be believed that both are mistaken.

    Alexis de Tocqueville, Souvenirs

    Trouvé dans l’avant-propos d’un texte méthodologique d’Adrienne Héritier (département de science politique, Institut Universitaire Européen de Florence).

Les commentaires sont fermés.