Sur la réforme du baccalauréat

N’étant que très indirectement concerné par la réforme en cours du baccalauréat, j’y viens ici par le biais du billet qu’y a consacré Suzanne Maury sur son (excellent) blog Pergama, que je ne cesse de recommander à mes étudiants (qui pour la plupart, se situent à un niveau d’études entre bac + 1 et bac + 3).

Quatre préliminaires

  1. N’étant que très peu connecté à la presse francophone, et encore moins au commentariat français actif sur Twitter, je ne connais pas l’état de la discussion sur cette réforme : j’ai juste compris que certains syndicats menacent de ne pas surveiller les épreuves du baccalauréat en rapport à cette réforme, et que d’autres, du côté des sciences inhumaines et asociales, se désolaient de la marginalisation relative des enseignements de “sciences dures” :

  2. Mon propre “bac” était un bac scientifique international, dans lequel les épreuves de language vivante (anglaise) pesaient aussi lourd que les matières de la branche scientifique (mathématiques, biologie, physique-chimie). Je m’en suis sorti avec des notes passables dans ces dernières mais avec de bons voire très bons résultats dans les premières, pour un résultat final logiquement situé dans la mention “assez bien”.

  3. La seule fois où j’ai écrit sur l’épreuve du baccalauréat sur ce blog, c’était pour rappeler qu’elle reste sélective si l’on se penche sur la composition exacte des bacheliers d’une classe d’âge donnée (et encore plus sur leurs mentions1). L’obtention du baccalauréat reste également l’un des prédicteurs les plus stables dont on dispose dans tout un tas d’études en sciences sociales, notamment en sociologie électorale.

  4. Enfin, j’écris ce billet en pensant aux étudiants que je fréquente dans un établissement sélectif et privé, et donc généralement beaucoup plus coûteux d’accès que les établissements du secteur public, qui pratiquent leurs propres formes de sélection : voir ici et pour des billets rédigés lorsque j’enseignais dans ledit secteur public2. Ah, et mes deux parents étaient aussi enseignants (du secondaire ; un dans chaque secteur).

Voilà pour les préliminaires, qui m’incitent aujourd’hui à suivre (de loin) cette réforme. Il faut rajouter à ça que, comme beaucoup de collègues, je fais partie des équipes d’universitaires qui “sélectionnent à l’entrée” (via Parcoursup, dont j’ai déjà parlé) de l’Université, ce qui devrait m’inciter à comprendre un peu (beaucoup) mieux ce qui se trame en ce moment.

Enfin, au-delà de la sélection, il y a aussi les réformes de maquettes pédagogiques à anticiper en fonction de ce que les nouveaux entrants (les étudiants de Licence 1) auront étudié avant leur entrée à l’Université—mais il est certainement un peu tôt pour commencer à cogiter sur ce dossier, qui peut attendre les premières vagues d’étudiants post-réforme.

Quatre remarques

  1. Sur les griefs des syndicats vis-à-vis de la réforme, je ne peux qu’approuver : l’évaluation “locale” des candidats, par le biais des épreuves de contrôle continu du lycée, va complètement à l’encontre de la logique nationale de l’examen, et va encore plus tirer les élèves des établissements sous-dotés vers le bas. Il y a d’autres aspects problématiques dans la réforme, mais celui-ci est suffisant pour comprendre pourquoi les personnels de ces établissements peuvent craindre la réforme.

  2. En revanche, je me sens moins proche des réticences de celles et ceux qui voient dans la réduction du nombre de matières un problème, et encore moins proche des organisations qui formulent ces réticences en opposant, à mon sens beaucoup trop abusivement, les matières “scientifiques” et les matières “littéraires”, comme le fait le graphique reproduit plus haut3.

    En ce qui me concerne, les deux seules matières de mon cursus secondaire qui me servent aujourd’hui à comprendre des contenus scientifiques sont l’anglais et les mathématiques. S’il fallait ordonner le reste des matières par leur degré de pertinence à cette même fin, l’histoire-géographie viendrait bien avant la physique-chimie, et si je pouvais repasser un baccalauréat “réformé” à orientation scientifique, je me concentrerais intégralement sur les mathématiques4 et la biologie5.

  3. Vient ensuite la question de savoir si la disparition des “séries” et l’introduction de l’orientation comme dispositif de prédestination va changer quoi que ce soit aux inégalités actuelles du système éducatif. La réponse me semble être clairement non, car les parents et les élèves bien dotés sauront toujours reconstruire les “cursus gagnants”, de même que les établissements sélectifs du supérieur n’auront aucune difficulté à leur signaler ces éléments.

    À titre d’exercice, amusez-vous, par exemple, à repérer les mentions des instituts d’études politiques dans ces graphiques consacrés à l’orientation vers les classes préparatoires. En voici un extrait :

  4. Vient enfin la question de savoir si cette réforme va changer quoi que ce soit à la perception, de plus en plus répandue, que le “bac” n’est plus sélectif, voire qu’il est devenu facile au point de ne plus fabriquer que des “crétins”, pour reprendre le terme qu’avait utilisé un polémiste il y a quelques années pour dénigrer plus généralement la supposée “baisse de niveau” du système éducatif dans son ensemble.

    Je n’ai jamais souscrit à l’argument sur la sélectivité, et j’ai rappelé un peu plus haut pourquoi. Quant à l’argument de la “baisse de niveau”… Je suis enseignant, et donc assez bien placé pour constater que l’expression écrite en langue française est plus “souple” (lire : déviante du standard) aujourd’hui qu’elle ne l’était par le passé.

    Néanmoins, plus le temps passe, et moins j’y vois une baisse de niveau, dans la mesure où cette perte est très largement compensée par des gains significatifs sur d’autres aspects en termes de connaissances et d’expression en langue étrangère. Cela ne me rend pas plus souple dans ma notation de l’expression écrite en langue française, simplement encore plus dubitatif sur les appréciations globales dudit “niveau” du baccalauréat, et des classes d’âge récentes par rapport aux précédentes.

  1. Je vous rappelle que tous les lecteurs de ce blog ont l’obligation de lire aussi le blog de Baptiste Coulmont, qui parle souvent de prénoms et mentions au baccalauréat. []
  2. En fouillant bien les archives de ce blog, vous comprendrez que j’ai enseigné un an et demi à temps plein dans le public, soit quatre fois moins que mon expérience actuelle à temps plein dans le privé, à laquelle il faut rajouter déjà dix ans d’enseignement comme vacataire “professeur associé” (mouarf) dans ce même secteur, et toujours dans le “supérieur” (re-mouarf) : je ne tiendrais pas deux heures dans le “secondaire”. []
  3. David Madore, dans un récent billet intitulé “Comment répondre à la question “à quoi ça sert ?” en maths et sciences fondamentales”, dit peu ou prou la même chose, en partant d’un angle différent. []
  4. Prédiction : les mathématiques étant sur le point de devenir optionnelles, elles vont devenir le meilleur signal de “l’excellence” d’un cursus scolaire. Les élèves et leurs parents ne s’y tromperont pas. []
  5. Et idéalement sur la philosophie, mais ce que j’ai vu en Terminale ne contenait quasiment pas de philosophie des sciences, ce qui est bien dommage. Au passage, si les cours d’EPS pouvaient réellement aborder l’étude de la physiologie humaine, cela serait certainement utile à tout le monde. []

Reprise (en trompe-l’œil)

… Mais reprise en demi-ton, car le temps passant1, je me sens de plus en plus proche de ce personnage, dans un roman de Bernard Werber, qui ne peut pas s’empêcher de pleurer devant le journal télévisé2 :

  • En France, un média “alternatif” découvre que les négationnistes français sont, ô surprise, négationnistes, pendant que la classe politique découvre, ô surprise, que La République en Marche est un courant de centre-droit – stop the fucking press!
  • En Angleterre, dans leur jeunesse, les conservateurs britanniques consomment, ô surprise, les drogues de leur classe sociale, ce que je ne peux m’empêcher de lire (mais je me soigne) comme une concession symbolique à l’ex-empire espagnol. Pendant ce temps, le système partisan britannique implose (cela fait longtemps, bien longtemps, que l’on s’y attendait), sous l’effet d’un referendum saboté3, d’un leader d’opposition inéligible4 et d’un clown incompétent.
  • En Hongrie, on est à se souvenir du combat pour la Central European University, qui est désormais achevé, car perdu. Le parti de Viktor Orbán siège toujours au Parlement européen avec le groupe PPE.
  • En Irlande, on découvre, ô surprise, que Donald Trump ne comprend rien à rien à la situation politique du pays, ou plutôt que, comme Rantanplan, surnommé “la boussole qui indique le sud” dans un album de Lucky Luke, il a réussi à comprendre exactement l’inverse du problème, un exploit presque à la mesure de l’échec intellectuel américain face à l’invasion de l’Irak.

Morne plaine…

Heureusement, il reste les élections européennes pour se réjouir de… de… du taux de participation ? La gauche européenne est exsangue5, les institutions sont réformables, mais le chantier est immense6, et je ne comprends toujours rien à la politique italienne7.

Alors, dans ces longs mois où je peux pas écrire une ligne sur l’actualité politique sans avoir envie de résilier mes abonnements à la presse (il ne me reste que celui au Monde diplomatique), je me réfugie dans des choses plus ou moins froides :

Voilà qui ne réduira pas mon sentiment d’avoir un peu déserté ce blog12, sans perspective d’amélioration, à moins d’une reprise réelle au fil des nouveaux résultats sur quelques papiers de conférence en cours, mais pour cela, il faudrait plus de temps, moins d’emails, et moins de projets aussi.

Plus, avec un peu de chance, après l’été, quand j’aurai eu le temps de faire du tri, du ménage, et d’écluser les étagères de livres non lus et les dossier d’émissions ou de papiers jamais touchés post-téléchargement. Si vous trouvez une solution pour faire monter les journées à 36 heures13, merci de laisser un commentaire.

  1. Le moment-pivot fatidique où les étudiants de Licence 1 seront nés après le 11 septembre 2001 se rapproche. []
  2. Mais je ne fais ni l’un, ni l’autre. []
  3. Ivan Rogers a également donné de très bonnes conférences sur le sujet, mais ce texte résume bien à la fois son argument “à froid” et la colère palpable que suscite le (non-)Brexit. Disclosure : je rédige ce billet en Irlande du Nord. []
  4. Voir ici et pour mes remarques à ce sujet. Je suis encore plus pessimiste aujourd’hui que je ne l’étais à l’époque de ces billets : Jeremy Corbyn me semble encore moins éligible que dans les années précédentes. []
  5. Et la dernière élection générale danoise n’est pas du tout un succès, loin de là même, pour la social-démocratie européenne. []
  6. L’état de mort clinique de la proposition de budget européen en dit long sur le climat actuel. []
  7. Mise à jour, 26 juin : heureusement, Christophe Bouillaud fait de son mieux pour me (nous) l’expliquer. []
  8. Équation moins compliquée que celle du trafic aérien, qui me pose le cas de conscience que la voiture ne m’a jamais posé. []
  9. Contribuer sur du code m’apporte actuellement plus que de contribuer sur du texte. []
  10. Et où je retrouve certains des éléments sur la social-démocratie européenne qui apparaissent aussi en format plus long ailleurs. []
  11. Mon lecteur RSS et ma liste de podcasts sont heureusement beaucoup plus diversifiés. []
  12. De même que mon blog personnel. Vague sentiment de lassitude avec l’offre actuelle de publication HTML, même si j’aime beaucoup ce qui se trame du côté de Distill, comme ceci, par exemple. []
  13. Et de baisser les temps de récupération à 3 heures : je n’y arrive plus depuis quelques années. []