Vu sur HAL(-SHS)

Il y a bien longtemps, dans une vie antérieure, ce blog recensait certains des textes versés en « open access » sur HAL/HAL-SHS, en se concentrant sur les textes de science politique (SHS:SCIPO). Ci-dessous, une rémanence de ces temps anciens.

L’Inde, démocratie dynastique ou démocratie lignagère ?

Christophe Jaffrelot, 2006

En Inde, l’hérédité des fonctions politiques est une tradition qui remonte aux débuts de la République. Les princes qui sont entrés dans l’arène électorale après 1947 ont été les premiers à observer une pratique qui était bien en accord avec la logique dynastique de leurs ancêtres. Ces héritiers ont toutefois été évincés du jeu politique lorsqu’ils n’ont pas su faire preuve d’un minimum de compétences et de dévouement à la chose publique. Cette règle est parfaitement illustrée par le cas des Scindia, une lignée princière qui vient d’inaugurer sa troisième génération de parlementaires. La famille des Nehru/Gandhi, elle, incarne d’une façon plus constante la prégnance du répertoire dynastique dans la politique indienne. Mais, là encore, il n’y a rien d’automatique dans la perpétuation des générations au pouvoir, soit que les héritiers se trouvent rejetés par l’électorat, soit qu’ils ne souhaitent pas endosser le manteau de leurs aînés. Au total, la politique indienne semble davantage répondre à une logique lignagère que dynastique, même si le mode de succession à la tête de certains partis régionaux semble remettre ce modèle en question depuis quelques années. [hal-01021338]

Privatisations et formation des Etats est-européens

François Bafoil, 2006

L’analyse des politiques de privatisation en Europe centrale et orientale met en valeur le passage du processus de transition du capitalisme prédateur des premiers moments de la transition hors du communisme, au capitalisme davantage régulé sur une base légale. Ce dernier a été l’indicateur de la rationalisation croissante des aires de jeu, économiques, politiques et administratives. L’Union européenne a joué, à cet égard, un rôle important par la consolidation des agences de régulation. Cette transition n’a pas répondu à une nécessité interne, qui aurait conduit à l’évolution irréversible d’une forme de capitalisme à une autre, elle n’a pas davantage produit une identité des formes adoptées qui autoriserait à parler d’un type de capitalisme de marché « est-européen ». [hal-01021308]

Une diplomatie de parlementaires : typologie des élus français en voyage à Damas (2015-2017)

Manon-Nour Tannous, 2017

En octobre 2017, dans la perspective de la reconfiguration des groupes d’amitié parlementaire de la nouvelle législature, se pose la question de la « mise en pause » du groupe d’amitié France-Syrie à l’Assemblée nationale. L’interrogation surgit en réaction à l’activisme parlementaire de quelques élus lors des sept années de conflit syrien, et en particulier à des initiatives face auxquelles le pouvoir exécutif exprimait avec constance sa prise de distance : les visites de parlementaires français à Damas.
[…] nous nous interrogeons sur le statut de ces visites, qui interviennent en dissonance par rapport à la politique officielle de la France. Nous analyserons dans un premier temps le rôle historiquement limité de la diplomatie parlementaire et des parlementaires dans les relations franco-syriennes, afin de contextualiser les visites de 2015-2017. Nous esquisserons ensuite une typologie des « figures » parlementaires entreprenant ce voyage après 2015, afin de comprendre sa fonctionnalité politique dans un parcours professionnel ou personnel. Il s’agira notamment de montrer comment ces acteurs parlementaires jouent, dans leur démarche, de l’ambiguïté entre des enjeux et niveaux multiples : explorer des canaux politiques ignorés par le ministère des Affaires étrangères, trouver des avantages dans la concurrence partisane en France, faire passer des messages, voire représenter la France. Enfin, nous expliquerons la dimension du « recevoir » pour le régime syrien en déficit de légitimité internationale, et la surévaluation de ces visites par Damas. [hal-01947200]

Elites and Revolution: Political Relegation and Reintegration of Former Senior Government Officials in Tunisia

Jérôme Heurtaux, 2018

What happens to the state elite of an authoritarian regime after its collapse? This article proposes an answer by examining the Tunisian case after the fall of Ben Ali’s regime in 2011. Based on a corpus of in-depth interviews with sixty or so ex-politicians or civil servants, the article starts by describing the collapse of the regime in terms of the experience and perceptions of some of those who had served it. This is not presented as a series of institutional and political events linked up in a homogenous and unidirectional process, but rather as a variety of individual experiences, each unique. The fall of the regime thereby emerges as a concrete experience of political relegation, documented in precise detail by the accounts given of it. Analyzing this experience provides a way of testing several hypotheses regarding the post-revolutionary careers of former senior officials, stressing just how complex and diverse the paths are for reintegrating the political class. [halshs-01955463]

Préface de l’ouvrage de Ronald Inglehart, Les transformations culturelles. Comment les valeurs des individus bouleversent le monde ?, Presses universitaires de Grenoble (PUG), coll. Libres cours Politique1

Pierre Bréchon, 2018

Cet ouvrage, publié d’abord en anglais à Cambridge University Press au début de 2018, constitue une relecture par l’auteur, politologue américain mondialement connu, grand entrepreneur des World Values Survey, de son long parcours de recherche depuis les années 1970. Peu de ses travaux avaient jusque là été traduits en français. La préface rappelle d’abord sa biographie, puis le contenu de l’ouvrage. Adepte d’une théorie de la modernisation qu’il présente au premier chapitre de ce livre, Inglehart explique qu’on a assisté après la Seconde guerre mondiale à un énorme bouleversement des valeurs, qui s’explique par le passage à une société de l’abondance. Ces transformations économiques font que les jeunes générations ne craignent plus le lendemain – leur survie et leur sécurité sont assurées – et peuvent donc vivre selon de nouvelles valeurs, qualifiées de post-matérialistes. Il présente dans le reste du livre l’évolution de ses théories au fil des décennies. Il a élaboré des cartes culturelles du monde selon deux dimensions : les valeurs traditionnelles-séculières et les valeurs de survie-expression de soi. Il aussi théorisé le déclin des religions, la montée de l’égalité entre hommes et femmes, le développement d’une culture de paix et de la démocratie, le progrès du bonheur. Mais il termine son livre de manière beaucoup plus pessimiste autour des contre-révolutions traditionnelles et des mouvements populistes qui tendent à fleurir dans de nombreux pays. [halshs-01947877]

  1. Traduit de l’anglais par Camille et Marie-Christine Hamidi. []

Bonne année

Cette année, je fais plus court, et surtout un peu moins pessimiste que l’an dernier ou l’année d’avant, sous la forme d’une wishlist pour 2019.

Encore moins d’interactions via Internet

Parce que j’avance inexorablement vers l’âge où l’on devient officiellement un vieux con.

Parce que pour ma génération, le pic de sociabilité sur Internet a été atteint avec les forums (phpBB), les applications de chat (Adium, « MSN »), et les blogs (Dotclear, WordPress). Tout ce qui a suivi a consisté à monétiser ces interactions, ce qui impliquait de les centraliser, puis de les déformer jusqu’à leur faire prendre une forme intéressante pour les publicitaires.

Certains des « réseaux sociaux » actuels, Twitter par exemple, sont à la limite de l’acceptable quant aux manipulations qu’ils font subir aux timelines des utilisateurs ; la plupart des plateformes sociales, à commencer par Facebook et Youtube (qui symbolise à lui seul la chute de Google), ont déjà, de mon point de vue, franchi cette limite1.

Plus de temps pour les statistiques

Parce que j’ai une longue, longue liste de trucs à lire sur le sujet, et parce que la vague de résultats spectaculaires produits par les techniques dites de « deep learning » (de machine learning, ou d’intelligence artificielle dite « faible », comme vous voulez) commence à produire une autocritique de qualité :

Vidéo trouvée grâce au toujours excellent Edward Tufte.

Au passage, pour ceux d’entre vous qui, comme moi, ont besoin de voir la même chose écrite dans plusieurs langages (de programmation) pour commencer à y voir clair, il y a désormais une bonne codebase de réseaux neuronaux en JavaScript, brain.js. Trouvé grâce à Hacker News, l’un de ces réseaux semi-sociaux qui reste comestible aujourd’hui2.

Gagner un peu plus d’argent

Parce que j’ai besoin de pouvoir en envoyer un peu plus que je ne le fais déjà aux quelques causes qui me semblent soutenables de cette manière. Il y a quelques temps, j’ai réinvesti la quasi-totalité de mon budget « presse » dans quelques associations, dont la Ligue des Droits de l’Homme. Mais aujourd’hui, il y a aussi eux :

Les collectifs et organisations qui luttent contre la faute morale inexcusable qui s’incarne dans les politiques anti-migratoires (aussi bien actives que passives, nationales ou européennes) ont besoin d’aide : s’informer, sensibiliser, soutenir ; faire des dons matériels ; participer à l’accueil d’urgence ou le soutenir financièrement ; donner un coup de main ponctuel.

Voilà qui devrait suffire pour un an. Meilleurs vœux et à bientôt !

  1. Instagram est un cas d’étude différent, qui relève plutôt à mon sens d’un problème d’irrigation cérébrale. []
  2. De même pour les réseaux « à peine sociaux », voire « anti-sociaux », que sont, par exemple, Pinboard, Soundcloud ou Tumblr—tous beaucoup moins touchés par le showbiz et par la stupidité que celui-ci trimballe dans ses bagages. []