French Election Study : où trouver l’Enquête Électorale Française

En rédigeant le billet précédent sur les jeux de données en sciences sociales, j’ai réalisé que j’avais toujours du mal à localiser les fichiers de l’Enquête Électorale Française (EEF), aussi appelée French Election Study (FES).

L’enquête est l’équivalent français des American National Election Studies (ANES), de la British Election Study (BES), et de la German Longitudinal Electoral Study (GLES1). En revanche, à ma connaissance, contrairement à toutes ces enquêtes, elle n’est pas documentée sous la forme d’un site ou d’une page Web qui permette de facilement comprendre ce que contiennent les fichiers, et (c’est le sujet de ce billet) où les télécharger2.

Localiser l’enquête demande actuellement de naviguer entre plusieurs sites Web, catalogues de données, moteurs de recherche et institutions, organismes ou équipes de recherche responsables de la diffusion des données. Les quelques paragraphes ci-dessous expliquent comment s’y prendre, en espérant que cela puisse être rendu plus simple à l’avenir.

Mise au point : comme l’indique Tristan Guerra en commentaire3, on dispose non pas d’une mais de deux « enquêtes électorales françaises » pour 2017 : l’Enquête Nationale Électorale Française (ENEF), et l’EEF/FES. La première n’étant, à ma connaissance, disponible nulle part4, le reste de ce billet se concentre sur l’EEF/FES.

CDSP → Réseau Quételet (CASD)…

Pour commencer à chercher les données de la FES, on va commencer du côté du CDSP, le Centre de Données Socio-Politiques, basé à Sciences Po5.

Le CDSP ne produit pas l’enquête, qui résulte du travail d’une équipe de recherche pluri-établissements, majoritairement basée au CEE de Sciences Po, au CED (Bordeaux), et à PACTE (Grenoble). En revanche, le CDSP en supervise la diffusion.

« Supervise » car, avant-dernier arrêt avant le terminus, la diffusion des données est entre les mains du Réseau Quételet, qui délègue la demande d’accès aux données… au CASD, le Centre d’Accès Sécurisé aux Données.

Vous êtes arrivé(e) : tout le monde descend.

Réseau Quételet → ORDS → BDQ…

Le site Web principal du Réseau Quételet, qui est hébergé par PROGEDO6, propose un « Outil de Recherche de Données en Sciences Sociales » (ORDS).

Problème : la requête « Enquête Électorale Française »7 ne trouvera que l’EEF 2012, et une partie de l’Enquête post-électorale française (EPEF), années 19588, 1978, 1988, 1995 et 1997, mais pas 1962, 2002 ou 2012. Quant à la requête « French Election », elle ne trouvera que l’EEF 2012.

Pour obtenir plus de résultats, la première option est de se rabattre sur la Base de questions (BDQ) du Réseau Quételet, qui pré-existait à l’ORDS, et qui présente également l’avantage de produire une URL stable et lisible par enquête.

On y trouvera l’EEF 2007, et la série complète de l’EPEF, années 19589, 1962, 1978, 1988, 1995, 1997 et 2012. Il manque 1981, pour laquelle on n’a apparemment rien, et 2002, pour laquelle on dispose d’un panel en trois vagues (1, 2, 3).

Attention, la FES 2007 et l’EPEF 2012 n’ont pas été étiquetées « Enquêtes électorales », et ne sont par conséquent pas listées dans la collection du même nom. En revanche, vous trouverez toutes les enquêtes sur la page « producteur » du CEVIPOF.

Mais en fait, à ce stade, vous feriez mieux de revenir sur vos pas.

… → Nesstar

Lorsque vous avez repéré l’EEF 2012 sur l’ORDS, celui-ci vous a renvoyé sur le serveur Nesstar de Sciences PoNesstar est une infrastructure de diffusion de données, l’équivalent payant de quelque chose comme CKAN.

La « vitrine » de l’infrastructure, WebView, n’est pas nécessairement très commode, et les permaliens sont super-moches (et pas évidents à trouver), mais au moins, tout y est (sauf l’ENEF 2017 ; voir mise au point en début de billet) :

Et ailleurs ?

Les données EEF/FES sont celles utilisées pour la France dans la CSES depuis 200210.

S’il vous faut d’autres données d’enquêtes socio-politiques sur la France11, allez voir du côté de l’ESS (données françaises depuis 2002) de l’ISSP (depuis 1996), de l’EVS (depuis 1981), et de l’Eurobaromètre (depuis je-ne-sais-pas-quand).

Mise à jour : dans une réponse à un tweet, PROGEDO me rappelle l’existence de l’ADISP (Archives de Données Issues de la Statistique Publique), dont le site Web rappelle les conditions d’accès, très strictes, aux enquêtes publiques, dont l’EEF fait partie.

  1. L’enquête allemande est intégralement panélisée, ce qui présente d’immenses avantages en termes d’analyse ; les autres enquêtes le sont partiellement, sur des périodes ou des échantillons réduits. []
  2. Je marche sur des oeufs ici : l’enquête est entre les mains de personnes que je connais de près ou de loin, et mon intention, avec ce billet, n’est (surtout) pas de diminuer la valeur du travail effectué sur cette enquête, mais de pointer ce qui me semble être un défaut d’accessibilité au niveau de la localisation des données. []
  3. Et Matthieu Gallard m’a fait remarquer la même chose sur Twitter. []
  4. Le CEVIPOF diffuse des notes de recherche sur l’ENEF, mais le site Web « enef.fr » ne dit rien de l’accès aux données brutes de l’enquête. Sa page « Études et enquêtes » n’en parle pas non plus, ni le reste de son site Web, bien qu’il y eut, un temps, une page qui annonçait l’enquête. []
  5. À ne pas confondre avec l’ancien CIDSP de Grenoble. []
  6. Attention, ces deux sites Web ne sont pas accessibles en HTTPS : n’y rentrez pas d’identifiants. Quand on essaie d’accéder au site du Réseau Quételet en HTTPS, on est basculé ailleurs, sur HUMA-NUM. []
  7. J’ai vérifié, les majuscules et accents n’ont pas d’effet sur les requêtes. []
  8. Sauf qu’en fait, c’est un panel pré/post : voir plus bas dans le texte, note de bas-de-page suivante. []
  9. Sous le nom « Panel électoral français 1958 », car c’est un panel. []
  10. La description de la CSES liste trois contributions françaises sur les quatre modules pré-2017 ; en revanche, selon les descriptions de l’EEF/FES, la FES 2017 serait la cinquième contribution française. Mystère. []
  11. Sur le territoire complet ; en régional, il y a aussi l’enquête MEDW 2012 (législatives, Île-de-France et Provence), qui existe aussi pour 2014 (municipales et européennes). Les trois enquêtes sont panélisées pré/post. []

Jeux de données pour les sciences sociales

J’ai récemment transféré la page wiki d’un cours vers mon site Web, et en ai profité pour commencer à en remettre à jour les liens.

Ça s’appelle « Quantitative Social Science Data ».

Tout est dans le titre de la page, et même si je sais qu’il existe des dizaines de listes similaires1, j’aime bien avoir la mienne quelque part en ligne, afin de pouvoir y renvoyer les étudiants (ou les collègues).

Faites-moi signe si j’ai oublié quoi que ce soit de super-important2.

Quant à la liste des jeux de données que j’utilise dans le cours mentionné plus haut, elle est beaucoup plus courte.

Compléments à venir

Je n’ai pas encore inclus grand chose sur les partis et les élus, alors qu’il y a des tonnes d’enquêtes et de jeux de données sur le sujet : je suis preneur de toute liste de suggestions pour commencer une section là-dessus.

Il faut aussi que j’inclus quelques jeux de données géocodées/spatiales pour encourager la cartographie, mais comme c’est un domaine que je ne couvre pas du tout dans le cours qui a enfanté cette page, je n’ai encore rien listé.

Enfin, il faudrait que je prenne le temps de consulter… mes propres bookmarksdata:social-science, data:economics, et puis aussi data:availability, soc:quantification, et encore… mais j’ai un peu la flemme.

Bonus : une mailing-list « data »

Vous voulez vous tenir au courant des derniers jeux de données publiés, sur à peu près n’importe quel thème ?

Data is Plural, de Jeremy Singer-Vine, est la newsletter qu’il vous faut.

Allez voir les archives de la newsletter : c’est extrêmement riche et très bien fichu, avec de brèves descriptions des données qui permettent de très vite comprendre qui les a produit, ce qu’on y trouve, et à quoi elles servent.

  1. J’aime bien celle-ci, par exemple. Côté (open) data repositories, Enigma Public s’en sort très bien. []
  2. Comme tous les abonnés de la plateforme GESIS, j’ai reçu une enquête… sur les enquêtes (surveys) que j’utilise. Allez la remplir, il y a une liste intéressante d’enquêtes dans les questions. []

Collecter, visualiser, analyser des données législatives avec R

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance de pouvoir enseigner deux jours à Bordeaux, sur le sujet qui donne son nom à ce billet. La formation était organisée par l’URFIST Bordeaux, qui a tout organisé de part en part : merci à Sabrina, tout, absolument tout (du logement à la logistique à la coordination pédagogique) était plus que nickel !

Évidemment, le matériau de réplication est sur GitHub :

Il y a deux ou trois sujets que j’aurais bien aimé couvrir (l’utilisation d’un headless browser comme CasperJS, par exemple), mais les étudiants1 avaient besoin d’outils plus ancrés dans la pratique du code dans R même. Cela attendra une autre formation.

Vous retrouverez, dans le matériau utilisé au fil de la formation, les slides de la séance « Web scraping et APIs » que j’avais donnée au séminaire RUSS (« R à l’usage des sciences sociales ») il y a quelques années — un autre excellent endroit pour partager des connaissances méthodologiques et techniques.

  1. Presque tous des doctorants, issus de disciplines allant du droit aux mathématiques en passant par les la démographie et les neurosciences (!). []

Annals of Youtube Science 2(4): Philosophie et technique des essais cliniques

On reprend la série, en bifurquant légèrement (mais légèrement seulement) par rapport aux enquêtes, le thème le plus traité dans les quelques billets de cette année.

Découvert grâce à une amie, les cours et conférences de Bruno Falissard (chaîne Youtube), qui couvrent de très nombreux sujets ayant trait à l’utilisation des statistiques en (bio)médecine. Sa série sur les essais cliniques, et donc l’évaluation des thérapies, est très intéressante1 et facile à suivre :

Bruno Falissard, qui est aussi l’auteur d’un manuel d’utilisation de R pour traiter des données biomédicales récoltées par questionnaires, est très pédagogue, et même souvent amusant lorsqu’il pointe les différents points aveugles des méthodes que l’on utilise pour fabriquer des résultats cliniques estampillés « gold standard« .

  1. À quelques approximations près dans le texte : Claude Bernard en mécaniste, par exemple, c’est peut-être un peu trop rapide. On pourra aussi contester certaines techniques évoquées par l’auteur, comme les corrections de Bonferroni, mais ce n’est pas de la faute de Bruno Falissard, qui reconnaît leur côté très « frustre » (mais qui est étonnamment plus dur, je trouve, avec les méta-analyses par réseaux. []