Indicateurs de consommation culturelle, automne-hiver 2017

On s’approche du bilan de fin d’année.

La seconde partie du premier semestre a, depuis quelques années, le même effet sur moi : quand les emails à traiter de manière plus ou moins urgente dépasse la centaine, je tombe dans une torpeur étrange qui coïncide avec la chute de la luminosité et de la température extérieures, et me retrouve quelques temps plus tard à lutter, sur plusieurs mois, avec ma boîte email, mon répondeur téléphonique (mon téléphone, tout court), et même mon courrier administratif.

Dans ces moments-là, l’enjeu principal consiste à déployer les stratégies qui permettent de rester psychologiquement fonctionnel – d’où l’une de mes obsessions : m’efforcer de rester, au moins une vingtaine d’heures sur les 168 de chaque semaine, culturellement omnivore. Ce n’est pas une règle de productivité, à la façon de celle affichée sur l’un des blogs de David Hoggs, mais une règle de consommation.

Bouquins

J’ai un peu honte de le dire, mais Amazon.fr est le premier bénéficiaire de cette règle de consommation, au moyen d’une douzaine de listes de livres à acheter dans un futur pas trop lointain.

Les trois livres achetés cette année en hardcover, c’est-à-dire en version chère mais ça vient de sortir et je suis impatient1 :

  • Ivan Krastev, After Europe (lu en trois heures ; l’auteur a donné beaucoup de conférences accessibles sur Youtube : je ne retrouve plus celle que j’ai visionnée en entier, mais celle-ci s’en rapproche et contient la quasi-totalité de l’argument du livre) ;
  • Masha Gessen, The Future is History (pas encore ouvert, mais comme pour Krastev, l’auteur a fait une tournée, et Internet pullule d’interviews) ; et
  • James C. Scott, Against the Grain (en cours de lecture ; encore un excellent ouvrage de Scott, et le premier ouvrage que nous lisons collectivement au boulot, sous la forme d’un séminaire de lecture intermittent).

Lu cette année, et à recommander aux étudiants :

  • Selim Smaoui, Faites place. Novices en lutte, sur les « militants » de Nuit Debout (les guillemets s’expliquent à la lecture de l’ouvrage) ;
  • Bernard Bruneteau, Idées reçues sur le totalitarisme (lu pour préparer un sujet de khôlle, et découvert à cette occasion que l’auteur a enseigné chez nous à Lille ; à mettre entre toutes les mains : bien que toutes les réponses sur le sujet ne s’y trouvent pas, on y apprend énormément, à mi-chemin entre l’histoire des idées et l’étude des régimes totalitaires) ; et
  • Henry Laurens, L’Orient dans tous ses états. Orientales IV (un recueil de textes d’un des historiens les plus instructifs sur le Moyen-Orient et la « question palestinienne » en particulier ; le recueil est lié à sa chaire au Collège de France ; de même que les autres auteurs de cette courte liste, Laurens a donné plein de conférences très instructives : exemple).

Hors-catégorie :

Internet

Grâce à RSS2, Internet délivre quotidiennement tout ce qu’il faut pour ne commencer à corriger ses copies que tard la nuit.

Les deux dernières choses auxquelles je me souviens m’être abonné :

Musique

Je ne compte vraiment vous faire de chronique musicale sur ce blog, ce serait hors-sujet ; mais comme les concerts et la musique font partie de mon régime culturel…

Les trois concerts que j’ai préférés cette année :

  1. Ecstatic Vision, vus à Lille (les dignes successeurs de Cave dans la veine « renaissance psychédélique » : comparez la fin de « Requiem for John Sex » à la fin d’« Astral Plane » pour comprendre) ;
  2. Fen (black metal atmosphérique anglais) et The Great Old Ones (black metal lovecraftien français3), vus à Anvers ; et
  3. La Rumeur (hip hop français), vue à Gennevilliers dans les meilleures conditions possibles.

Les trois veines musicales que j’ai le plus creusées cette année :

  1. Comme chaque année, j’ai passé un temps anormalement long à alimenter ma nostalgie de la techno des années 1990, à coup d’enregistrements basse-qualité de sets de Laurent Hô. Seule la scène jungle me semble avoir préservé l’énergie (et la sonorité) de cette époque4.
  2. J’ai aussi passé un temps hallucinant à redécouvrir les premiers albums de Siouxsie and the Banshees, qui sont aussi importants pour moi que mes premières écoutes du Velvet Underground. Étrangement, je crois que ce sont ces groupes que je retrouve le plus dans Amenra ou Isis, au moins du point de vue de la démarche.
  3. Enfin, en ce moment, je creuse une veine étrange du (black) metal où l’on trouve des groupes assez récents comme Déluge, Maieutiste ou Ex Eye, et où l’on trouve des pointes de math rock survitaminé, façon premier album de Liturgy, mais aussi des inspirations free jazz qui rappellent John Zorn et le black jazz de Shining.

Ci-dessous, un album parmi d’autres dans la cinquantaine de listes Spotify à (ré)écouter ces vacances—et si la vidéo venait à disparaître, un lien vers le clip officiel du premier morceau. De la musique pour géomètres.

Vidéos

Vues sur Youtube : des tonnes de conférences dont j’ai essayé de donner un aperçu dans la série Annals of Youtube Science. Le dernier compte que j’ai consulté est celui de l’IWM Vienna.

Du coup, voici la playlist des trucs à voir ou revoir, directement tirée d’une clé USB qui me sert de disque dur temporaire5 :

J’ai l’impression d’avoir inclus, dans ce billet, des choses déjà recommandées, mais j’ai la flemme de vérifier chaque lien.

Enfin, pour terminer :

Je passe sur les documentaires de plus ou moins bonne qualité, notamment celui de Ken Burns et Lynn Novick sur la guerre du Vietnam, qui est important mais très critiquable.

Radio

Presse

C’est peut-être regrettable, terrible, dommageable, mais je crois que c’est l’élection d’Emmanuel Macron qui m’a amené à résilier mes abonnements au Monde et à Mediapart, plus encore que le manque de temps. Sarkozy et ses faire-valoir étaient un scandale ambulant, Hollande et Valls (et les autres) furent un échec aussi permanent qu’incompréhensible ; mais Macron et Philippe me sont, au mieux, et pour le moment au moins, totalement indifférents7.

La presse reste néanmoins essentielle pour suivre des événements comme le Brexit ; à ce sujet, un brouillon de billet que vous ne verrez pas sur ce blog s’intitulait « A dark omen about Brexit and (Northern) Ireland« , mais je ne l’ai jamais terminé : les derniers rebondissements du « dossier » sont tout simplement trop déprimants. Une catastrophe ferroviaire, comme diraient les Britanniques eux-mêmes s’ils étaient un tant soit peu lucides sur ce qu’ils s’apprêtent à infliger à la partie de leur population à qui aucun des effets du Brexit ne sera épargné.

Télévision

Non. Même pas Arte +7.

Théâtre

Walou.

Réseaux sociaux

Non plus. Comme prévu, j’ai dû arrêter de consulter Twitter au début des cours, et me sert principalement de Facebook pour suivre quelques actualités culturelles ou pour amuser la galerie, mais sans lire ce que ladite galerie y publie de son côté. Le « réseau social » – au sens : truc avec un flux, des « likes » et des « followers » – que j’ai le plus utilisé cette année doit être SoundCloud.

  1. En revanche, j’attends patiemment les éditions poche du cours de sociologie générale de Bourdieu au Collège de France. []
  2. Maudits soient ceux qui abandonnent les standards. Cambridge University Press, c’est à vous que je m’adresse. []
  3. Le groupe est doté d’un véritable génie de restitution de l’atmosphère lovecraftienne. L’autre groupe à avoir réussi cette prouesse est, de mon point de vue, Agitation Free, avec sa reprise du poème de « Dreamland », d’Edgar Allan Poe, sur leur morceau « Haunted Island ». []
  4. Ce qui ne signifie que rien d’intéressant ne se fasse aujourd’hui, loin de là : les sets récents de Dasha Rush et de Takaaki Itoh en sont les meilleurs exemples. []
  5. S’il vous faut un moyen rapide pour télécharger des vidéos (ou juste l’audio) depuis Youtube, voir ce site Internet, qui fonctionne un peu mieux que KeepVid, ou bien ces deux lignes de code. []
  6. Et oui, le choix des réalisateurs est au moins partiellement guidé par une curiosité pour les films ayant entraîné toutes sortes de scandales à leur sortie. C’est la veine que Tarantino creuse aujourd’hui, à la suite de Peckinpah, Visconti et tant d’autres. []
  7. Peut-être est-ce ce qu’a ressenti la majorité de ceux qui ont eu à vivre sous un gouvernement technocratique de centre-droit, en Italie aussi bien qu’en Suède ou en Allemagne, mais je crois que l’effet d’épuisement lié aux gouvernements précédents y est aussi pour beaucoup. Les recherches de Filip Kostelka m’intéressnt beaucoup pour ce qu’elles révèlent de cet effet. []