Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/08

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04, 2017/05, 2017/06. Billet publié début septembre, avec un peu de retard—pardon !

  1. Je ne l’ai encore jamais lue au format roman, mais j’aime bien Virginie Despentes. Ci-dessous, un entretien de septembre 2016 enregistré à Nancy, la ville de son enfance, à l’occasion de la sortie de Vernon Subutex, t. 3 :

    J’aime bien aussi cet entretien dans le Journal du dimanche, repéré grâce à un tweet de Jean-Raphaël (merci !).

  2. J’ai bien aimé aussi, il y a quelques mois, écouter Najat Vallaud-Belkacem mettre une « journaliste » télévisée face à son absence totale de professionnalisme. Voir cet article du Monde pour le contexte.

  3. Jennifer (Jenny) Bryan enseigne, avec Shaun Jackman, le génialissime cours « Data Wrangling, Exploration, and Analysis with R », où l’on trouve notamment ces slides, qui expliquent tout ce qu’il faut savoir pour écrire un makefile :

  4. J’adore la personnalité et le jeu d’actrice de Charlotte Rampling, et cette interview du Guardian m’a conforté dans cette opinion.

  5. Un spectre hante les comptes Twitter de sciences sociales : le spectre de James M. Buchanan, accusé, dans un ouvrage récent de Nancy MacLean, d’être à l’origine d’une cabale libertarienne de subversion du régime démocratique américain. Le débat sur l’ouvrage n’est pas tranché, mais si je ne devais recommander qu’une seule réaction au texte, ce serait celle d’Elizabeth Popp Berman, qui écrit :

    …I wish MacLean had written a different book. I find Democracy in Chains, as it is actually written, hard to defend. But it touches on two themes that deserve books of their own—books written with equal power as the one MacLean has produced, but that are written as history rather than polemic.

  6. Ybrid, a.k.a. Sylvie Egret, pour sa techno lente, sombre et industrielle, repérée dans un set de Manu Le Malin (dans plusieurs, en fait). Attention, vous risquez de trouver ça inintéressant si vous n’êtes pas un(e) fan inconditionnel(le) d’Einstürzende Neubauten et de « Metall auf Metall » de Kraftwerk :

  7. Jackie White, « The Rise to Success in the Office: Female Style » :

    If you stay enough years and the company grows, attrition will probably force them to make you an officer of the company. This will be an “Assistant” something. (There isn’t anything else they can do with you.)

  8. Alias Grace, un autre roman de Margaret Atwood, mentionnée il y a deux mois pour The Handmaid’s Tale, est en cours d’adaptation pour la télévision canadienne.

    J’en profite pour vous remettre une photo de la très, très talentueuse actrice principale, Elizabeth Moss (déjà citée, donc), qui explique très bien la série dans les colonnes du Guardian :

    Moss s’en sort également bien dans les deux saisons assez étranges de la série Top of the Lake, dont je n’arrive pas à décider si je l’ai trouvé bien écrite ou pas. L’absurdité des personnages est définitivement très australienne (note : je ne connais rien de l’Australie, sinon Mad Max et Bad Boy Bubby).

  9. Bridget Kendall, pour cette conférence sur la place de la Russie dans le monde :

  10. À de très rares et notables exceptions près (je pense, en France, à Dounia Bouzar), on ne trouve pas de femmes dans le champ de l’expertise sur le terrorisme—champ fascinant à observer d’un point de vue sociologique, au-delà de la saine exaspération qu’il suscite.

    Pour quelques éléments d’explication, voir les travaux de Lisa Stampnitzky sur la construction de ce champ. Lisa Stampnitzky travaille désormais sur la torture (aux États-Unis post-11 septembre), toujours dans une perspective de déconstruction des récits d’autorité, et cela promet d’être tout aussi intéressant à lire.

Mention spéciale : Siouxsie Sioux, ma chanteuse favorite. Ci-dessous, un titre du premier album de Siouxsie and the Banshees.

Annals of Youtube Science 1(13): Prévoir le terrorisme

J’ai pris le temps, ce mois-ci, d’accomplir un de mes rituels estivaux : aller voir sur quoi Aaron Clauset travaille en ce moment. J’ai redécouvert, à cette occasion, sa conférence sur « le futur du terrorisme », où il parle en réalité surtout de ses recherches sur le sujet, et en particulier de son papier « On the Frequency of Severe Terrorist Events ».

La vidéo est en assez basse qualité (la conférence date de 2010), et elle est hébergée par le Santa Fe Institute (chaîne Youtube) :

Il faut attendre la toute dernière partie de la conférence, lorsque sont rapidement abordés le terrorisme nucléaire et le cyber-terrorisme, pour réellement avoir affaire à une vision de « l’avenir du terrorisme », à compléter par les risques liés au terrorisme biochimique, qui n’est cité que dans les questions-réponses de la conférence.

Néanmoins, l’intérêt de la présentation ne réside pas, de mon point de vue, dans ces parties finales : ce que je trouve plus utile ici, c’est d’observer, avec 7 ans de recul, un chercheur qui ne disposait que d’un catalogue raisonné des attaques terroristes passées, et qui, à partir de ce catalogue (remplacé par un autre catalogue depuis), pouvait déjà esquisser une partie de la situation actuelle d’un strict de point de vue quantitatif.

Tout l’intérêt de la prédiction vient justement ici du fait qu’elle est largement indépendante du détail des événements étudiés : Aaron Clauset le dit clairement à la 55e minute de son intervention, et le répète par la suite en réponse à l’une des premières questions qui lui sont posées. Le raisonnement ne porte pas sur les origines (acteurs et motifs) des attaques étudiées, mais sur leur volume (le nombre) et sur la dynamique (le timing).

Avec très peu de variables à l’entrée, dont l’une des plus cruciales est que la plupart des attaques sont uniques (i.e. perpétrées par un seul groupe qui ne sera pas en mesure d’en conduire d’autres), le modèle utilisé par Clauset aboutit à une vision de moyen-long terme qui bat complètement en brèche la gestion quasiment au jour le jour des attaques terroristes, gestion dont on a pu observer, au cours des dernières années, la totale inutilité.

Sur le même sujet, je vous renvoie aux Annals of Youtube Science 1(1), sur les profils des jihadistes, 1(3), sur le Moyen-Orient, et 1(10), sur Daech.

Reprise : Trump en Khomeini

Je ne sais pas par où commencer.

En un mois sous Trump, il s’est passé plus de choses aux États-Unis qu’en cinq ans en France sous Hollande. C’est en tout cas de cette manière que j’ai vécu l’écoulement du temps entre l’escalade nucléaire avec la Corée du Nord1 et le défilé néo-nazi meurtrier de Charlottesville, que je n’ai même pas besoin de chroniquer : les deux événements ont largement occupé les « unes » des médias, au moins jusqu’au jour des attentats en Espagne (ou du transfert de Neymar, je ne sais pas et ne veux pas savoir).

Il y aurait énormément à écrire sur Trump : sur sa campagne, sur son élection et sur la domination subséquente des institutions politiques américaines par le Parti républicain, sur les « cent premiers jours », sur le fonctionnement chaotique de la Maison Blanche, sur ses relations tendues avec le Congrès autour de l’abrogation (ratée, à plusieurs reprises) de la réforme Obama du système de santé, sur l’homologie entre Trump candidat et Trump président, sur la polarisation de l’électorat, sur la stratégie anti-analytique consistant à détruire toute forme d’intelligence bureaucratique autour de la présidence, sur…2

J’ai essayé d’écrire quelque chose dans l’immédiat après-élection, mais il a fallu plusieurs mois pour que certains aspects du vote soient convenablement documentés et explorés, et je me suis dégonflé. C’était d’autant plus facile qu’une fois élu, Trump s’est tout de suite lancé dans une série d’actions à peu près toutes aussi dangereuses (dans tous les sens du terme) les unes que les autres, à l’exception peut-être de sa politique de nominations massives dans les circuits judiciaires, qui constituera en toute probabilité son héritage politique le plus durable.

Il faudrait aussi que je retourne lire sur les modèles de leadership, et que je commence à classer mes sources : j’ai archivé plein de choses, mais de manière assez désordonnée, en utilisant des catégories sans intérêt. Bref, je ne trouve pas vraiment de manière de me consoler de mon incapacité à m’organiser (mais aussi, me calmer) suffisamment pour écrire sur Trump—ce que j’ai déjà beaucoup trop fait sur ce blog, de manière anarchique et généralement impulsive.

Le risque d’un mandat incomplet

Un ami me demandait hier quelle était la probabilité que Trump termine son premier – et espérons-le, unique – mandat présidentiel. Je lui ai répondu que c’était une erreur de raisonner dans cette direction, cette probabilité n’étant pas le complément de la somme des risques que court Trump de ne pas terminer son mandat actuel.

Il me semble que le risque de destitution par un grand jury, à l’issue de l’enquête supervisée par Robert Mueller, est très faible : vu les pressions qui s’exercent sur cette enquête, celle-ci aurait déjà aboutie à une procédure de destitution si cette opportunité s’était révélée possible. Je tend donc à penser que ces conditions n’existent pas, ce qui n’exclut toutefois pas qu’un autre « dossier » que la campagne de Trump ne le place à nouveau dans une situation susceptible de déclencher une telle procédure3.

Quant à la procédure du 25e Amendement, déjà discrètement évoquée en début d’année (note 5), c’est un mystère constitutionnel à mes yeux, et je ne sais pas quoi en penser.

Reste la possibilité, terrible mais très réelle au regard de l’histoire politique américaine, et de l’histoire politique tout court, d’un assassinat. C’est d’ailleurs, de mon point de vue, la seule raison authentique pour laquelle Trump courtise, encourage et ménage, selon le contexte, la frange radicale, nationaliste, raciste, antisémite – et armée – de son électorat4.

Renouvellement de prédiction

Dans la note de bas-de-page évoquée plus haut, je formulais également une prédiction, que je reprends ici verbatim :

Le désastre qui s’annonce est compliqué, mais permettez-moi juste une prédiction : dans les deux années qui arrivent, le président des États-Unis d’Amérique sera publiquement à l’origine de l’assassinat ciblé d’un citoyen américain à l’intérieur de ses frontières, via Twitter ou autre medium lui permettant de communiquer avec la frange psychopathe de la population des États-Unis.

L’attentat domestique perpétré à Charlottesville se situe en périphérie de cette prédiction, qui reste néanmoins, et heureusement, incorrecte. Trump a toutefois déjà indirectement appelé au meurtre, et tout dans son comportement m’autorise à anticiper d’autres appels similaires, avec la possibilité tragique qu’ils soient suivis d’effets réels, y compris « en sens inverse », sous la forme d’actions meurtrières contre les individus se revendiquant de l’actuel président américain5.

À ce stade du raisonnement, et pour bien signifier à quel point je suis consterné par les faits, Trump m’évoque plus l’ayatollah Khomeini qu’Abraham Lincoln. En condamnant Salman Rushdie à mort, Khomeini avait « weaponizé » l’instrument de la fatwa, dont ce n’est pas du tout l’objectif théologique doctrinal. Trump est un homme de son temps, et il a très bien compris, comme d’autres, l’usage stratégique des réseaux sociaux pour faire peser la menace de la violence physique sur des cibles plus ou moins bien identifiées.

De plusieurs manières, Khomeini est aussi un très bon symbole du retour à un conservatisme qu’on espérait définitivement abandonné. Dans le contexte américain, la contre-révolution raciale n’a jamais été aussi visible qu’à Charlottesville, mais comme au moment de la révolution iranienne, toutes les pièces du puzzle étaient déjà en place. C’est sur la base de cette idée – Trump est une régression d’environ soixante ans en arrière – que je pense que ma prédiction se réalisera sans doute par l’assassinat d’un Noir américain, au nom, et avec l’assentiment à peine voilé, du président des États-Unis.

(Rapide mise à jour : quelques liens en plus.)

Complément, 24 août : Chris Hanretty a déniché un très bon résumé des trois manières dont Trump pourrait quitter le pouvoir vivant. Au passage, vous vous souvenez quand je blaguais sur Trump réclamant les codes nucléaires ? Ce n’est plus très drôle.

  1. J’en ai profité pour apprendre comment le président américain peut déclencher une guerre thermonucléaire. Par ailleurs, la Doomsday Clock n’a pas bougé, mais elle avait déjà avancé en partie à cause de déclarations précédentes de Trump. []
  2. Trump ne résume évidemment pas la société américaine actuelle, qui traverse notamment l’une des pires épidémies qu’elle ait jamais connue. Ne serait-ce que pour le détournement d’attention qu’elle occasionne vis-à-vis de ce qui devrait être un thème (encore plus) saillant dans le débat public, la présidence Trump est déjà, en soi, un échec politique retentissant. []
  3. Je tend également à penser que l’objectif latent de cette procédure est avant tout la destruction de son népotisme familial plus que son removal from office, Trump ayant spectaculairement violé les règles tacites de l’homogamie politique jusqu’alors en place. []
  4. Autant être clair pour celles et ceux qui tomberaient sur ce billet sans connaître le ‘Bistro : vous vous trouvez en zone pacifiste, où personne n’incitera jamais qui que ce soit à user de la violence contre qui que ce soit—ce qui n’interdit pas de raisonner sur son emploi par d’autres. []
  5. Les probabilités des différents scénarios ne sont pas les mêmes, mais la normalisation de la violence verbale peut avoir toutes sortes d’effets, et les événements rares interdisent de se défausser des scénarios « moins probables » au seul titre qu’ils ne constituent pas le risque majeur d’une situation. []