Un petit mot pour Jean-Christophe Victor

jean-chirstophe-victor Jean-Christophe Victor, le formidable pédagogue de l’émission « Le dessous des cartes » sur Arte, a rendu l’antenne hier. Son émission est la seule émission télévisuelle que je recommande à tous mes étudiants de première année, et je sais de source sûre que son émission avait aussi un immense succès dans l’enseignement secondaire.

Jean-Christophe Victor avait cofondé le Lépac, un laboratoire privé de géopolitique, sur lequel s’appuyait son émission. Cette position atypique, insérée dans l’espace médiatique et hors du champ universitaire, en faisait une entreprise intellectuelle assez exceptionnelle, dotée d’une grande liberté de parole, comme en témoigne sa dernière interview sur la façon dont Google Maps gère la visualisation des frontières contestées dans des pays comme la Chine ou la Russie.

La dernière émission de Jean-Christophe Victor est consultable dans le billet d’hommage publié par Arte Info, et l’on trouvera toutes sortes d’hommages sur le compte Twitter du Lépac. J’espère qu’Arte continuera à diffuser l’émission et d’en éditer l’intégrale en DVD, afin que rien ne se perde de cette excellente ressource pédagogique.

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2016

how_it_works

En travaillant sur le programme définitif d’un panel de conférence (j’en reparlerai en temps voulu), j’ai réalisé que nous avions, avec mon co-équipier, éliminé toutes les communications incluant des femmes parmi les auteurs, sauf une. Tous les organisateurs et discutants de l’événement seront des hommes.

Autre contexte : en comité de rédaction, l’un des deux éditeurs d’une revue qui sort bientôt son n°1 (j’en reparlerai aussi) nous annonce que le pourcentage de femmes parmi les auteurs est hyper-bas. Je me souviens que nous avions déjà fait tout notre possible pour féminiser le comité de rédaction.

Autre contexte : une amie m’explique qu’elle postule à un financement dans une agence nationale. Elle m’explique qu’elle sait que ses chances de succès sont plus faibles : elle est jeune, et femme. Les chiffres sont là pour le prouver, et des biais similaires existent pour la publication en revue scientifique.

Ces inégalités sont difficiles à corriger. Si je scanne vite fait mes liens et lectures du jour, je dois en être à 80-90% d’hommes, aussi en sciences sociales qu’en trucs informatiques1. En science politique, sur certains sujets, et alors même qu’il y a de l’offre, on passe très facilement à 100% d’hommes2.

La liste ci-dessous ne changera rien, mais voici dix femmes dont j’ai découvert ou redécouvert les travaux/oeuvres cette année.

  1. Masha Gessen, pour « The Putin Paradigm » et « Autocracy: Rules for Survival » (sur Donald J. Trump)

  2. Dasha Rush, pour toute sa production musicale (le mix ci-dessous commence à proprement parler vers 2:30)

  3. Julia Silge (qui vient d’être embauchée par Stack Overflow), pour Tidy Text Mining with R (avec David Robinson)

  4. Jenny Bryan, pour Happy Git and GitHub for the useR

  5. Isis Lovecruft, du Tor Project, pour cette conférence sur les systèmes anonymes

  6. Jocelyn Pook, pour l’album Untold Things et la chanson « Yellow Fever Psalm » en particulier (ci-dessous ; à écouter aussi à l’envers)

    Je ne m’attarde pas sur le sujet, mais tous les amateurs de musique ambient savent qu’il y a plein de femmes parmi les pionniers du genre, à l’époque du bidouillage de synthétiseurs analogiques pesant super lourd ; allez donc écouter Else Marie Pade en 1962 ou Laurie Spiegel en 19793.

  7. Joan C. Williams, pour « What So Many People Don’t Get About the U.S. Working Class » – où l’on trouve un paragraphe qui mériterait à lui seul six heures de cours sur la stratification socio-éducative :

    One little-known element of that gap is that the white working class (WWC) resents professionals but admires the rich. Class migrants (white-collar professionals born to blue-collar families) report that “professional people were generally suspect” and that managers are college kids “who don’t know shit about how to do anything but are full of ideas about how I have to do my job,” said Alfred Lubrano in Limbo. Barbara Ehrenreich recalled in 1990 that her blue-collar dad “could not say the word doctor without the virtual prefix quack. Lawyers were shysters…and professors were without exception phonies.” Annette Lareau found tremendous resentment against teachers, who were perceived as condescending and unhelpful.

  8. Béatrice Cherrier, pour son blog The Undercover Historian [of Economics]

  9. Casey, pour l’ensemble de ses albums (extrait du dernier ci-dessous), et pour ses concerts à Gennevilliers et à Paris cette année

  10. Sonia Kronlund, pour Les Pieds sur terre (France Culture)

Mention spéciale à Katherine Ognyanova, pour « Network visualization with R » (tutoriel découvert au moment de sa première publication l’an dernier, mais mis à jour depuis).

  1. Le biais sexiste en informatique est moins fort que prévu, si j’en crois mes dernières lectures (langage R). []
  2. Les biais varient d’un pays et d’un sujet à l’autre. Comparer, par exemple, la France et les États-Unis, ou bien la couverture médiatique et scientifique de l’État islamique avec celles de la Russie. []
  3. Le biais masculin varie aussi selon les styles musicaux. Jetez un coup d’oeil, par exemple, à la jungle/drum and bass. []

C’est bientôt Noël. Mon conseil : offrez(-vous) les bouquins de Gabriel Martinez-Gros

Vous voulez offrir un bouquin pas trop bête à Noël ? repenser à Weber via ibn Khaldoun, que vous connaissez mal mais dont vous savez qu’il était crucial dans la pensée, par exemple, d’Ernst Gellner ?

J’ai acheté, un peu plus tôt ce semestre, les deux derniers livres de Gabriel Martinez-Gros, Brève histoire des empires (qui existe en poche) et Fascination du djihad. Je les recommande vivement, bien qu’ayant à peine entamé le premier.

En bonus, quelques-unes des interventions récentes de Gabriel Martinez-Gros ci-dessous.

… Et noyeux Joël !

ArchiPolis : des entretiens plein les tiroirs

Plus tôt ce semestre, un email de la liste de diffusion du réseau MATE-SHS m’a informé des avancées du projet ArchiPolis, qui vise à rendre accessible les matériaux bruts des enquêtes qualitatives en science politique, et que j’avais rapidement évoqué cet été :

archipolis-dataverse

Le catalogue ArchiPolis est désormais consultable en ligne, et c’est un veritable trésor d’enquêtes qualitatives – des entretiens réalisés sur les cinquante dernières années ! – qui est désormais accessible sur demande :

archipolis-catalogue

Le catalogue utilise Dataverse. Le reste des détails est à lire sur le blog d’ArchiPolis, hébergé, comme tant de choses chouettes, sur Hypothèses (Where else?).

Bravo aux acteurs du projet, et aux nombreux laboratoires de science politique qui y participent !

À (ré)écouter : « FN : une force politique mouvante »

Joël est allé parler de son bouquin à la radio, et chose incroyable au 21e siècle, il a pu parler sans être interrompu toutes les 30 secondes !

joel-grande-table

C’est évidemment sur France Culture que ça se passait, dans l’émission « La Grande Table » ; à réécouter ci-dessous :

Au fil de son intervention, Joël pose plusieurs questions à la fois scientifiques et électorales :

  1. La question scientifique à 10 000 francs : pourquoi le vote FN persiste-t-il sur les mêmes territoires, alors que la structure de son électorat a changé ?
  2. Le clivage interne au Front national : comment faire pour gagner l’élection présidentielle ? Gagner seul en mode « ni-droite-ni-gauche » – ou jouer la carte du « rassemblement des droites » ?
  3. La grande difficulté de 2017 sera justement de trancher entre ces deux stratégies, en fonction du score à la présidentielle, et surtout des scores et sièges aux élections législatives.

Pour le détail, voir les 30 minutes d’antenne.

Regrets moyennement éternels

François Hollande a décidé de priver la science politique d’un « data point » supplémentaire : sauf changement d’avis – imaginez le délire : « c’était une blagounette, en fait j’y vais ! » –, on ne connaîtra pas le score électoral du septième président sortant de la Cinquième République.

Au lieu de ça, un cas inédit et intéressant se présente : ce sera, en toute probabilité, un Premier ministre, ou un ancien ministre du gouvernement, qui représentera le parti du président à la prochaine élection présidentielle. J’ai hâte de lire le Canard enchaîné pour voir comment chacun-chacune voit les choses.

J’imagine que le Canard aura aussi un petit mot pour ce document envisageant les prémisses d’une campagne électorale « Hollande 2017 » – document que j’ai soupçonné d’être un faux (c’en est un), sans être toutefois capable de trancher…

Deux rapides réactions à chaud

1. Je ne sais pas qui a persuadé le Président d’annoncer son renoncement électoral au moment précis où se terminait le cycle médiatique de l’élection du principal parti d’opposition, mais je dois avouer que c’est très, très finement joué. Cette année, on fête Noël en avance chez François Fillon.

2. Ma faible curiosité électorale est désormais toute entière tournée vers Christiane Taubira, qui dispose, à mon sens, d’un boulevard électoral, bien que tronqué des candidatures déjà déclarées à gauche et coupé dès le premier kilomètre par un obstacle électoral de taille en la personne du Premier ministre actuel1.

Quelques regrets, version politiques publiques

Dès le moment qu’un président en exercice prend la seule décision qui lui garantit systématiquement de ne pas être réélu, on est en droit, me semble-t-il, de décrire la longue couronne mortuaire qu’a tressé son mandat autour de ses ambitions personnelles.

Autrement dit :

Qu’est-ce qui peut justifier, du point de vue d’un dirigeant, qu’il s’auto-exclue lui-même du processus légal lui permettant de se faire réélire ?

On peut répondre à cette question de plusieurs manières, par exemple en faisant jouer les indices de popularité et autres oracles électoraux. On peut aussi envisager une grosse fatigue à l’idée de devoir se rendre au prochain G8 en compagnie de Donald Trump, Theresa May, Wolfgang Schäuble Angela Merkel, et l’ombre flottante de Vladimir Poutine…

Mais plutôt que de prendre en compte les « coûts futurs » d’une campagne électorale et d’un hypothétique mandat, prenons plutôt en compte les apprentissages passés, sans poser trop d’hypothèses sur les intentions réelles du président.

Un premier épisode critique de la mandature Hollande m’a paru être l’absence de réforme fiscale dans la période de « lune de miel » post-électorale. Tout dispose à penser que c’est à ce moment-là qu’il aurait été le plus possible d’imposer les très hauts revenus, de fusionner la CSG et l’IRPP, et de lancer le prélèvement à la source.

Au lieu de cela, le choix a été fait d’introduire les différentes composantes de cette réforme les uns après les autres, sous plusieurs équipes ministérielles. Ce choix a multiplié les occasions de sabotage, ce terme me semblant être le seul approprié pour qualifier la décision d’envoyer une version inconstitutionnelle de la réforme à la censure.

Un autre épisode critique de la mandature me semble se situer dans la guerre aux chômeurs, qui n’a pas plus connu d’inflexion sous Hollande et ses différents (premiers) ministres que sous les présidents précédents. Mêmes politiques, mêmes erreurs, même équation insolvable du plein emploi depuis Raymond Barre.

La partie était jouée d’avance avant même l’erreur qu’a pu incarner la promesse de « l’inversion de la courbe » : à partir du moment où les économies du sud de l’Europe ont commencé à sortir des taux de chômage à deux dizaines et plus chez les jeunes, il aurait peut-être fallu se fixer un objectif viable de stabiliser le chômage à la moitié de ça.

Un dernier épisode critique s’est ouvert avec les attentats de janvier 2015. Ce n’était pas les premiers, ce ne furent pas les derniers, et il y en aura, en toute probabilité, d’autres, dont on peut simplement souhaiter qu’ils connaissent le sort de la dernière tentative en date.

Se retrouver chef de guerre au Sahel et dirigeant démocratique sous état d’urgence doit être fatigant, mais probablement pas autant que d’écouter son ministre déclarer, au fil des événements, que « les services n’ont pas failli » – phrase récipiendaire du prix mondial et éternel de l’anti-performativité.

Jeu de flipper, version institutions politiques

Peut-être les manuels d’éducation civique devraient-ils songer à représenter la présidence de François Hollande sous la forme d’un jeu de flipper avec,

  • en lance-billes, le président sortant précédent,
  • en flippers, Bercy et Matignon,
  • en bumpers, la Banque centrale européenne et la Commission européenne
  • en rampe, le Parlement et le Conseil constitutionnel

Plus sérieusement, jamais le paysage institutionnel quinto-républicain ne m’a paru autant jouer contre un président français que lors de ces dernières années. Même le Parlement est arrivé à tirer son épingle du jeu, avec une excellente réaction dans la rue au fil du jeu parlementaire (adoptions de lois, rejets de motions de censure)2.

Tiens, puisqu’on parle du Parlement, d’ailleurs : il est étrange qu’Hollande n’ait pas mieux planifié sa sortie à l’aide de celui-ci. Il aurait suffi de demander une censure à sa propre majorité, en ayant préalablement averti le Premier ministre que son gouvernement allait tomber, afin de le laisser se présenter aux primaires une fois parti de Matignon.

Au lieu de ça, la primaire s’annonce fratricide, les cartes ayant été mal et tardivement distribuées. La primaire (ouverte) semble être la grande institution du moment, au grand bénéfice des ami(e)s qui travaillent dessus depuis un petit ou grand bout de temps, et qui sont aussi aller voir comment le dispositif fonctionnait à l’étranger.

En attendant la suite

Pas d’oraison funèbre, ni débouchage du champagne. Mais Michel Rocard, Jacques Delors, Lionel Jospin et désormais François Hollande forment une drôle de série noire de la social-démocratie française, quand même. Le nom du – à mon sens très, très mauvais – premier secrétaire actuel du Parti socialiste mérite aussi certainement de figurer ici.

  1. Le troisième obstacle de taille est que Christiane Taubira est à un an de la retraite légale, et peut donc difficilement passer un tour pour jouer dans cinq ans. []
  2. Et ce malgré les réserves d’une partie des syndicats de salariés, voire leur mise hors-jeu sur certaines mobilisations (Manif pour tous, Nuit Debout). []

Les politiques de santé de l’Union européenne : une bibliographie détaillée à jour

Au début de ce semestre, j’ai complètement remanié mon cours sur les politiques de santé de l’Union européenne. Le résultat est en ligne :

syllabus-ehp-2016-v2-1

Descriptif rapide

Le cours porte sur les politiques de santé menées au niveau de l’Union européenne, soit directement, par les institutions européennes elles-mêmes, soit indirectement, par effet diffracté des politiques européennes – et en particulier de celles qui gouvernent l’organisation du marché intérieur – sur les systèmes de santé et sur les politiques nationales.

Ce n’est ni de l’européanisation « par le haut » ou « par le bas », pour reprendre une métaphore facile, mais principalement de l’européanisation « par la tangente », si l’on peut dire—ce qui requiert de traiter la CJUE et, pour la zone euro, la BCE comme des acteurs majeurs des politiques de santé, aux côtés de ceux que l’on croise habituellement au niveau national ou infra-national.

Version « 2.0 »

Le cours est versionné « 2.0 » car c’est une refonte majeure. J’ai composé le plan avant d’avoir eu le temps de lire toutes les références citées—le plan en contient une centaine, dont plusieurs sont encore en cours de publication. La version 3.0, prévue pour l’an prochain, devrait être « la bonne » qui me fera économiser du temps de préparation.

Certains aspects du cours sont très, très actuels : les effets de la crise économique en cours, par exemple, sont tellement récents qu’il faut admettre que l’on ne sait pas encore grand chose sur le sujet, et que le peu qu’on sait (l’augmentation des accidents de la route, le plus faible recours aux soins dentaires) est entouré de grandes marges d’erreur.

Il est toutefois certain, à la lecture de tout ce qui s’est publié sur le sujet, que la gouvernance fiscale de l’Union européenne, et celle de la zone euro en particulier, a eu des effets importants sur les dépenses de santé, sur la demande et l’offre de soins, et sur les réformes des systèmes de santé.

C’est ce dernier effet que je trouve le plus intéressant à étudier : si certains systèmes de santé n’ont pas vraiment dévié de leurs trajectoires institutionnelles sous l’effet des crises macroéconomiques, ce n’est peut-être pas le cas de tous. La question devient alors de savoir qui gouverne en période d’austérité permanente aggravée.

Remerciements et comments welcome

La bibliographie de ce cours s’appuie très fortement sur les travaux de Monika Steffen, Scott L. Greer et Elize Massard da Fonseca, pour qui j’ai une immense estime à la fois personnelle et intellectuelle. Et je ne connais pas personnellement Holly Jarman, mais vous la croiserez aussi à plusieurs endroits du « syllabus ».

Si vous avez des idées de références à rajouter (ou à enlever), faîtes signe dans les commentaires ! D’autant plus que je vais tenter de rédiger une synthèse des lectures de la dernière séance – thème : réformes des systèmes de santé et austérité fiscale.

Quelques slides sur le sujet

Sur ce sujet, voici le support d’un bref exposé intitulé Coping with Permanent, Aggravated Austerity in European Health Systems et présenté dans un séminaire récemment organisé par l’Université Catholique de Lille et Liverpool Hope University.

lhu-icl-briatte-2016-11-17-1

lhu-icl-briatte-2016-11-17-2

lhu-icl-briatte-2016-11-17-3

lhu-icl-briatte-2016-11-17-4

lhu-icl-briatte-2016-11-17-5

Comme vous pouvez le voir, en ce moment, je ne suis pas très optimiste sur le futur de l’Union européenne…