Petites choses pour les vacances

Le ‘bistro ferme quelques temps pour aller prendre l’air loin du zinc.

Je vous laisse avec autant de petites choses que je prends de jours de vacances :

  • Du côté d’ArchiPolis : « La banque d’enquête qualitatives en sciences sociale beQuali vient de mettre à disposition des chercheurs une nouvelle enquête, dirigée par la sociologue et Directrice de recherche CNRS Agnès van Zanten ». Lecture du document de support très fortement recommandée, car très instructive sur la structure d’un corpus qualitatif.

    Rajout, 29 décembre 2016 : la Revue d’anthropologie des connaissances vient de publier un article détaillant la manière dont la banque d’enquêtes beQuali a été élaborée, et les tensions auxquelles elle a dû faire face.

  • Du côté de Freakonometrics, « Données et santé : valeurs, acteurs et enjeux« , un billet d’Arthur Charpentier et Raphaël Suire sur un thème qui m’est cher, même si je n’ai pas pris le temps de plonger en profondeur dans la base Transparence-Santé, par exemple.

  • Sur un thème tangent, « How to Count Our Dead« , une enquête sur la façon dont les acteurs de terrain cherchent à compter les morts violentes (qui signifie ici : de causes criminelles) au Venezuela. On y retrouve absolument tous les enjeux de la sociologie de la quantification, et en particulier la compétition pour « l’autorité numéraire » qui existe entre les acteurs situés à différents niveaux de gouvernement.

  • Toujours sur un thème tangent, cet article de Moritz Hunsmann : « Le ‘plaidoyer fondé sur des preuves’ dans l’action sanitaire internationale« , texte glissé dans un numéro spécial de la Revue d’anthropologie des connaissances, « Mesurer et standardiser : les technologies politiques du gouvernement de l’Afrique ».

  • À lire sur La vie des idées, cet entretien sur « la possibilité des révolutions », qui passe en revue les questions que se posent la sociologie politique autour des révolutions sociales et politiques récentes, dans le monde arabophone mais pas seulement, et où il est à nouveau question d’Ivan Ermakoff, que j’évoquais ici il y a peu.

  • Chez Daniel Little, qui reste le meilleur blogueur de sciences sociales dans mon panthéon personnel, ce texte instructif sur un auteur que je n’aurai jamais le temps de lire autant que je le souhaiterais : « Karl Polanyi as a critical realist?« .

  • Bon, vous avez certainement déjà avalé votre dose de Brexit au cours des dernières semaines, y compris sur ce blog, mais il est toujours intéressant de se pencher sur ce qu’en pense Simon Hix, qui voit les choses de manière –à mon sens– très réaliste sur ce à quoi pourrait ressembler la relation « EU-UK » à moyen terme. Rien ne sera plus comme avant, mais tout peut s’arranger, mais cela demandera beaucoup, beaucoup d’efforts au Royaume-Uni—ou ce qu’il en restera.

  • Et d’ailleurs, avant que l’on oublie rapidement le vote du Brexit lui-même, s’il ne fallait lire qu’un seul post-mortem sur les modèles qui cherchaient à prédire le vote, je propose de lire celui-ci, de Ron Johnston, Kelvyn Jones et David Manley, qui ont pris le temps de regarder la géographie des résidus du modèle et de chercher à les interpréter (soit 50% de ce que je conçois comme un bon travail de modélisation).

  • Tiens, et si à la manière d’Yves Surel, je glissais discrètement un clip vidéo dans ces petites choses ? J’ai plusieurs candidats en tête : celui de « Yung Rapunxel« , d’Azealia Banks, mais il est un peu foutraque ; celui de Mayhem pour « Watchers« , mais il ne plaira qu’aux fans de black metal ; celui de Romain Gavras pour « Gosh », de Jamie xx… mais non, il faut que ce soit The Egyptian Lover, « I Cry (Night After Night)« , car c’est les vacances :

  • Tiens, tant qu’on est au rayon musical, s’il fallait recommander quelques albums de cette première moitié d’année, je dirais : le dernier Death in Vegas, Transmission, qui ressemble comme deux gouttes d’eau à du Throbbing Gristle ; quelques morceaux d’Under the Sun, de Mark Pritchard ; Ignition Of The Sun, de Synthi A (un avatar de The Future Sound of London) ; mais surtout Tilt, de Joce Mienniel, que l’on peut écouter en live sur Fip Radio grâce sa nomination aux Victoires du Jazz. Le dernier Avishai Cohen, Into the Silence, est aussi très bien.

  • Vous reprendrez bien encore un peu de Brexit ? “Voting on the British Psyche” n’est probablement pas l’intervention la plus pertinente de Mark Blyth, mais cela me permet de recommander le podcast « On The Media« , de WNYC Studios, qui sort tous les vendredis.

  • Pour les nerds qui aiment la programmation statistique et le Web, il y a le XML, et pour le XML avec R, il y a xml2, désormais en version 1.0.0.

  • Anecdote triste : alors que je dirige une séance de stage-recherche avec quatre étudiants de Licence 3, je glisse discrètement la musique du générique de Magnum P.I. dans la playlist que nous écoutions en travaillant. Aucun étudiant ne reconnaît la musique.

  • On continue dans les digressions personnelles sans intérêt—ça sent vraiment les vacances… À la façon d’un ami sur Facebook, cinq choses auxquelles je n’ai toujours pas pris le temps de m’intéresser depuis bientôt 33 ans : (1) Nietzsche, (2) BitCoin, (3) la cuisine, (4) les ordres de grandeur exprimés en kilowatts (5) mon sac de voyage pour dans 48 heures.

  • Toujours pour les nerds : l’IDE Beaker qui permet d’appliquer la logique des notebooks de Python à tout plein de langages, dont R et JavaScript. Recommandé par le très vénérable Moses Boudourides lors d’une pause-café à l’EUSN 2016 (allez apprendre un peu de Python sur son compte GitHub si vous avez le temps, c’est toujours ça de pris).

  • « Who Rules? » Un entretien avec David Estlund, que je n’avais plus lu depuis plusieurs années, mais qui reste un des philosophes politiques qui m’intéresse le plus (voir, par exemple, « On Following Orders in an Unjust War« ).

  • Et un dernier lien vers un blog de la plateforme Hypothèses : « Contribuer à l’histoire de l’Algérie indépendante depuis les États-Unis ? Le mythe de l’archive« , un récit qui va très vite se retrouver dans mes conseils de lectures pour les travaux dirigés d’épistémologie et de méthodologie des sciences sociales.

  • À bientôt Paris, Lille, et le ‘Bistro—bonnes vacances tout le monde !

Les Presses universitaires du Septentrion à livres ouverts (et une digression ministérielle)

Les Presses universitaires du Septentrion sont désormais présentes sur OpenEdition Books, la plateforme de livres en sciences humaines et sociales du Centre pour l’édition électronique ouverte. Vous aurez noté qu’il s’agit du même centre qui héberge la communauté de blogueurs Hypothèses, et donc ce blog parmi beaucoup d’autres.

Concrètement, le passage au numérique signifie qu’accéder à un bouquin de ces presses ressemble désormais à ça :

septentrion-openedition

L’accès au texte intégral des ouvrages est libre et universel, et la plus-value du numérique vient des outils de recherche et d’archivage de l’édition papier ne peut offrir que de manière plus limitée1.

Les ouvrages disponibles sur OpenEdition Books ne sont pas nécessairement tous en accès libre (qui signifie ici “gratuit”) : ceux de la collection Res Publica des Presses Universitaires de Rennes, par exemple, sont accessibles uniquement sur abonnement. Voici le texte de la notice explicative que l’on trouve en haut des textes :

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l’ont acquis dans le cadre de l’offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Le développement de ce type d’offre est l’un des enjeux les plus importants de l’édition scientifique, et par extension, de l’économie contemporaine des biens culturels.

Tiens, d’ailleurs, peut-être le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche aurait-il quelque chose à en dire ? Voyons voir :

mesr-1

Ah, mais ça a l’air très bien ça ! Bon, une demi-journée, c’est peu, mais l’agenda est chargé. Voyons sur quoi les heureux participants ont bossé :

mesr-2

Euh… d’accord, mais ça fait beaucoup de connecteurs plus ou moins logiques pour assez peu de contenu. Ce qui me conduit à me demander si, dès lors, les demandes, et spécifiquement les demandes sensibles, progressent à la vitesse du dialogue devant améliorer les bilans prospectifs dont doivent bénéficier les décideurs publics.

Vous ne voyez pas où je veux en venir ? La suite devrait vous éclairer :

mesr-3

Bon, vous avez compris, là ? Non ? Je vous aide :

mesr-pipeau

Plus sérieusement, la lecture de la langue de bois est intéressante quand on sait y lire ce qui s’y cache dans le filigrane, ou y voir ce qui ne s’y trouve pas. Et je pensais, de façon très orgueilleuse, que mes quelques années d’entraînement dans ce domaine m’aideraient à décrypter le filigrane de la réflexion ministérialisée.

Amère déception : je n’ai vraiment pas trouvé grand chose, et le “dossier de presse”, du haut de ses six pages (couverture incluse), est à peine plus informatif. Heureusement, en ce qui concerne l’édition numérique, la mesure pertinente annonce du lourd :

mesr-cp

Du lourd, je vous dis.

Bon, peut-être en saura-t-on plus sur ce que l’on pourrait imaginer pour l’édition numérique à l’issue de la mission de l’Inspection générale des bibliothèques… Rendez-vous plus tard cette année (si tout se passe bien).

En attendant, il y a OpenEdition Books.

  1. Si vous avez déjà râlé contre un index thématique incomplet, passé une demi-journée à vous esquinter les yeux devant une photocopieuse, ou trimballé des cartons de bouquins d’une ville à l’autre, vous voyez très bien de quoi je parle. []