Vous reprendrez bien un peu de croisement de courbes ?

À partir du recensement à 44.3 millions d’inscrits et des chiffres du Ministère de l’Intérieur, ce croisement de courbes authentique, où la droite et du centre se cassent la figure :

Entre 2002 et 2012, le corps électoral a augmenté d’environ 3.1 millions d’électeurs, mais la participation est apparemment en léger recul, vers 35.5 millions. C’est le moment de regarder quelques soldes par parti :

  • Il y a 5.2 millions de nouveaux électeurs socialistes au premier tour en 2012 par rapport à 2002. C’est le meilleur score de croissance brute, loin devant l’UMP (3.6 millions) et le Front national (1.5 million). Le PS et le FN sont les seuls partis à gagner des électeurs sur chaque élection présidentielle. Un seul parti se contente d’en perdre (LO).
  • François Bayrou vient de se prendre la baffe électorale des dix dernières années, avec 3.7 millions d’électeurs en moins. L’UMP a perdu 2.1 millions d’électeurs au premier tour en 2012 par rapport à la dernière élection, ce qui est conséquent, mais moins impressionnant que le score de croissance du FN sur la même période (+2.5 millions).
  • Il y a actuellement 1.1 million de voix d’écart entre les partis divers-gauche et l’extrême-droite, et 420 000 voix entre l’UMP et le PS, à l’avantage du dernier. Sur le papier, ça se joue dans un mouchoir de poche ; en pratique, en intégrant les reports de voix, l’UMP aurait besoin de convertir des électeurs d’extrême-droite en électeurs centristes pour gagner.

Maintenant, vous pouvez aller rigoler sur mes prévisions.

Mais… mais que faire maintenant que les sondages… ? (… et mes prévisions sur Barack Obama)

Avant d’aller voter (ou pas), vous pouvez désormais vous reposer, ou bien bouquiner un peu :

On Sunday 22th April and Sunday 6th May 2012 the French people will be going to the polls to vote for the next president of the Fifth Republic of France.

Routledge has put together the following collection of journal articles on a selection of key themes, considering the main election issues, presidential candidates and the broader political impact of these elections.

Please click on the titles below to gain access to the article.

Ce billet signe la fin provisoire de ma micro-vendetta sur le sujet, mais je sais déjà qu’elle recommencera bientôt.

Les paragraphes suivants sont tirés d’un brouillon rédigé à l’issue des primaires socialistes. Je ne publierai pas les deux pages en entier, mais juste cet extrait, qui contient mes prévisions électorales de pré-campagne :

Comme je suis (au mieux) inexistant en sociologie électorale, je peux même lâcher des pronostics hasardeux et auto-référentiels sans m’en vouloir : PS 25% + DVG 20%, UMP 20% + DVD 20%, FN 15%. Je suis incapable de chiffrer précisément les électorats, mais je ne conçois pas l’écologie pacifiste de combat à moins de 7.5% et le candidat centriste historique qui file des gifles aux gamins des rues à moins du double, vers 15%. Je ne sais pas si cette caricature est compatible avec ce que l’on sait sur les alignements partisans sous la Cinquième République, mais il y a des électoralistes sérieux, dans ma paroisse et ailleurs, qui planchent dessus.

Concrètement, la droite me semble avoir deux options en dehors de la capitulation : fonder un parti de centre-droit à l’image des coalitions nordiques ou allemande, ou assumer une droite plurielle avec l’extrême-droite à l’image du bilan présidentiel actuel. Je ne vote pas à droite, mais je pense préférer Merkel à Guéant. Ça n’a pas l’air d’être la stratégie poursuivie à droite. Peut-être le réservoir de voix du parti est-il plus conséquent que je ne me l’imagine.

J’étais au café à Roubaix quand j’ai rédigé ces lignes, alors que les médias commentaient la sanction électorale des militants socialistes : Thierry Mariani n’était pas content, et Nicolas Baverez hurlait en gesticulant autant que les micros-cravattes le permettent, mais je crois qu’il fait tout le temps ça de toute manière. La présentateur a vite enchaîné avec Jack Lang et la grève des enseignants, puis François Chérèque et la gestion du service public. Cet enchaînement me fait réaliser que la dernière fois que les socialistes étaient au pouvoir, il y avait un million de chômeurs en moins.

Bon courage à François Hollande, que je prévois premier aux deux tours avec un score de premier tour légèrement plus bas que celui que j’envisageais à l’époque. Il faut aussi supprimer mon espoir dans Eva Joly, dont les intentions de vote ont été phagocytées par la campagne de Jean-Luc Mélenchon. L’équipe de Nicolas Sarkozy lui a presque rendu hommage en essayant de le rendre plus important que son score prévisionnel, dans une sorte d’aveu que “Mélenchon 2012” aura été l’équivalent de “Sarkozy 2007” en termes de popularité médiatique.

Je maintiens les estimations en l’état, la campagne n’ayant rien modifié de fondamental à mes yeux : il n’y a tout simplement pas assez d’électeurs sarkozystes pour réélire le président sortant. Dans le scenario accidentel d’une victoire de Nicolas Sarkozy, qui partait de plus bas que Valéry Giscard d’Estaing dans les enquêtes de confiance, un scénario de cohabitation à la Marleix est assez crédible, mais ce serait un désaveu cinglant de la réforme du quinquennat. Je ne pense pas que mes estimations seront fausses sur ce point : je pense plutôt me planter sur les voix divers-droite, suite à l’absence (certes prévisible) de concurrence intra-partisane.

Rendez-vous entre les deux tours pour une estimation des réalignements centre-droite, qui peuvent, à mon sens, rendre l’élection présidentielle unique sous la Cinquième République si le centre finit par ne pas voter à droite quand on lui demande d’élire le prochain président. Ce scenario est plus probable que par le passé. On va voir si mes prévisions tiennent la route, mais le lecteur souhaitera peut-être me juger sur plus d’une prévision : je prévois aussi que Barack Obama perdra la prochaine élection présidentielle américaine.

Sonal, pour analyser des entretiens

Aperçu dans la description du logiciel Sonal, que je découvre en lisant la newsletter de l’AFS jusqu’au bout :

Sonal est également sur Hypothèses depuis fin 2009. Je n’en ferai rien car le logiciel ne tourne que sur Windows et exporte dans des formats propriétaires, mais longue vie au projet et bravo pour l’esprit, car les logiciels payants sont nombreux sur le créneau de l’analyse textuelle ou lexicométrique, ce qui limite drastiquement les possibilités.

Comment ne rien comprendre aux marges d’incertitude du vote des jeunes

Dans la série “sondages”, cette intéressante correspondance que publie Le Monde dans ses pages intérieures, après avoir titré aussi gros que possible sur le vote d’extrême-droite chez les jeunes il y a quelques jours :

(source : Vincent Glad, tweeteur influent ; via Éric Dupin, journaliste)

Joël a déjà évoqué le sujet, et ici encore, l’erreur porte sur la méthodologie de l’enquête. Un échantillon d’environ 200 personnes est en effet tout à fait suffisant pour estimer une proportion comme celle du vote des jeunes si l’échantillon est normalement distribué. Le problème vient, encore et toujours, de la composition de l’échantillon, pas de sa taille.

… Mais bon, la messe étant dite, à quoi bon pinailler sur les sources des évangiles :

Sur la quantification du football

Il y a plusieurs mois, un étudiant qui avait suivi mon cours de statistiques introductives m’avait signalé le film Moneyball, qui donne un aperçu de ce que sont les sabermetrics aux États-Unis, c’est-à-dire les statistiques appliquées au baseball. Cette pratique est devenue plus qu’une lubie : contrairement au trainspotting, elle a rapidement trouvé des applications commerciales et scientifiques.

L’émission “Place de la toile”, facile à suivre grâce à Twitter via #pdlt et @thibnton, consacrait sa dernière émission à l’introduction des statistiques dans le football. L’émission évoque quelques mécanismes généraux de la quantification du sport, comme la cotation des équipes et des matches ou l’indexation des salaires et des transferts. Les invités évoquent aussi l’introduction des statistiques dans les carnets des entraîneurs et dans les jeux video, le conflit d’autorité avec les mesures qualitatives dans les milieux professionnels du sport (entraîneurs, consultants, médias…). On retrouve beaucoup d’éléments de boundary-work entre amateurs et professionnels.

Je m’en tiens à ce résumé très bref, l’émission se terminant à l’instant. Et c’est probablement mon dernier billet sur le football, mais pas le dernier sur la quantification.

Un indicateur de saillance du travail parlementaire

Histoire d’apprendre à jouer avec la commande getURL de la librairie RCurl, j’ai écrit quelques lignes de code pour récupérer une bonne partie du travail législatif accompli à l’Assemblée nationale à partir des projets et propositions de loi. J’ai aussi extrait quelques-unes des caractéristiques pour chaque dossier, et notamment le nombre de débats organisés en séance publique. Les données couvrent deux législatures (2002-2012).

Mon script n’a pas réussi à capturer l’intégralité des travaux à cause des erreurs de codage sur le site de l’Assemblée nationale, mais j’ai réussi à recueillir 405 projets de loi et 261 propositions de loi, introduits soit à l’Assemblée nationale, soit au Sénat. La catégorie modale est le projet de loi introduit à la chambre basse. Les deux législatures sont grossièrement identiques sur l’ensemble des critères étudiés1.

Je vais me servir du nombre de séances publiques tenues sur un même texte comme d’un indicateur de saillance au sein du travail parlementaire. La distribution du nombre de séances est très asymétrique : la plupart des lois ne dépassent pas une à trois séances 2. Les valeurs extrêmes sont tenues par les lois de finances et par certains textes anormalement saillants dans l’agenda parlementaire, pour des raisons qui restent à expliquer :

 [1] "reforme_hopital"                     "reforme_collectivites_territoriales"
 [3] "nomination_audiovisuel_public"       "modernisation_economie"             
 [5] "loi_finances_2012"                   "loi_finances_2011"                  
 [7] "loi_finances_2010"                   "loi_finances_2009"                  
 [9] "loi_finances_2008"                   "internet"                           
[11] "grenelle_environnement2"             "defenseur_droits"                   
[13] "articles_34-1_3944"                  "temps_travail_entreprise"           
[15] "prevention_delinquance"              "loi_finances_2007"                  
[17] "immigration_integration"             "engagement_national_logement"       
[19] "egalite_chances"                     "eau_milieux_aquatiques"             
[21] "031206"                              "0200240203"

Dans les 3% des textes les plus programmés en séance publique, donc : le temps de travail des entreprises, la loi “ENL”, la réforme des collectivités territoriales, celle de la prévention de la délinquance, puis les nominations dans l’audiovisuel, le Grenelle de l’environnement… On y retrouve la plupart des projets emblématiques du gouvernement. On y trouve aussi, à mon grand plaisir, HADOPI, et même la loi précédente, DADVSI. Le record, avec trente séances, est tenu par la loi HPST.

En séparant les fonctions de répartition empirique par législature, chambre d’introduction et type d’initiative, on obtient les courbes suivantes (zoomables en PDF : cliquer sur l’image). Les points sur les courbes rouges et bleues correspondent respectivement aux lois DADVSI (12e législature) et HADOPI (13e législature). Chaque courbe utilise un minimum de 104 points.

On peut apercevoir des nuances entre les législatures ou entre les critères institutionnels, mais en réalité, je ne pense pas que la distinction par chambre d’introduction résiste à l’examen, dans la mesure où les règles d’introduction spécifique des textes sont noyées dans des centaines de projets alloués aux deux tiers à la chambre basse. Une fois cette simplification admise, on observe quelques différences entre les critères restants :

  • La 13e législature organise une séance et demi de plus en moyenne par texte examiné3. Cet effet concerne prioritairement les projets de loi, pour lequel le nombre moyen de séances publiques a plus que doublé après 2007, de 2.2 à 4.74.
  • L’augmentation des séances sur les propositions de loi est moins importante en volume mais identique en taux de croissance. S’il y a un effet post-2007, il s’exerce sur les projets et propositions de manière égale.
  • Une régression logistique indique que chaque organisation de séance double la probabilité d’aboutir à la promulgation d’une loi5. L’effet persiste si l’on contrôle par le type (projet/proposition), mais cesse d’être significatif quand on corrige les erreurs standard à l’intérieur de chaque législature6.

Cet indicateur de saillance est tout aussi valable qu’un autre, et ses résultats préliminaires sont fiables : le haut de la distribution est occupé par des lois à forte charge symbolique, où les députés ont soit été très sollicités ou très mobilisés par défaut ; et l’augmentation sous la 13e législature peut s’expliquer de beaucoup de manières.

Mon échantillon est perfectible, tout comme mon code, qui laisse quelques lignes en erreur dans la base. Je ne sais pas si quelqu’un au GEVIPAR ou ailleurs a déjà extrait cette information. Je ne sais pas non plus si ces indicateurs sont mesurés comparativement. La suite : étendre au Sénat, et trouver un manuel d’analyse de corpus législatif, si je parviens à extraire les débats DADVSI et HADOPI de manière satisfaisante.

  1. Je ne tiens pas compte des changements de codage qui font disparaître les rapports publics d’information et d’autres missions sur d’autres pages que je ne souhaitais pas capturer pour ce projet. []
  2. Pour rendre compte de la distribution, on va utiliser une fonction “ECDF” de répartie empirique, plus lisible qu’une estimation de densité par noyau sur une distribution asymétrique dont on souhaite conserver les unités naturelles (ici, le nombre de séances publiques). []
  3. Estimation significative sur un t-test à p < .05, intervalle de confiance [-2.3, -.64]. []
  4. L'intervalle à 95% de confiance sur le sous-ensemble à N = projets de loi est [-3.7, -1.1]. []
  5. La moitié des projets ou propositions ne donne pas lieu à la promulgation d’une loi dans mon échantillon. Je n’ai pas vérifié le codage, mais n’ai aucune raison de ne pas le croire jusque-là. []
  6. Pour être précis, l’effet est significatif à p < 0.1 en contrôlant par le type (projet/proposition), mais reperd en significativité quand on supprime les lois de finance, qui biaisent le modèle. []

Quelques notes sur la diffusion des campagnes sur Internet

Hier soir, “Place de la toile” sur France Culture faisait son bilan provisoire de la « web campagne ». J’ai noté, rapidement et sans intention d’être exhaustif avec les impressions des journalistes présents :

  • Les sites de vitrine et les sites de mobilisation sont découplés. Les équipes reflètent la rigidité des hiérarchies partisanes, souples (amateurs, militants) ou rigides (élus, conseillers). C’est une manière de redécouvrir les “machines” partisanes, leurs inégalités de ressources et l’importance qu’ils allouent à leur colonne dorsale de permanents et d’élus.
  • À travers les “timelines” citées, celles de Nicolas Sarkozy et d’Humour de droite, on redécouvre le principe de la chronique parodique, façon “shorter Patrick Rambaud”, ou son ancêtre, le roman-feuilleton. Les réseaux sociaux apportent l’immédiateté, la concision et la compétition autour du “fact-checking”, qui laissent les journalistes professionnels naturellement assez mitigés.
  • Le “participatif”, façon “Désirs d’avenir” (qui s’auto-parodiait en partie), est très limité, et les effectifs mobilisés par Internet (en tant que “fans”, “likes”, etc.) restent faibles. L’un des invités fait une comparaison rapide avec l’Italie, mais j’aimerais voir des comparaisons systématiquement rapportées à la population ; son analyse est néanmoins crédible, dans la mesure où les partis français sont aussi loin d’être des partis de masse.

Une grande partie de tout ça naît du plagiat entre partis, et aussi de l’imitation avec ce que l’équipe de campagne de Barack Obama avait organisé pour l’élection de novembre 2008, plagié entre-temps par le site Internet de l’Élysée. Cette nouvelle vague de mimétisme est assez amusante, dans la mesure où l’équipe de Barack Obama est en train de tout remettre à plat de son côté pour novembre 2012, avec des modifications très importantes dans sa stratégie “MyBO” (vidéo, mobile, etc.).

Je me tiens au courant de ces changements en observant le suivi des propositions sur Hadopi, qui reste le dossier le plus saillant de la “politique numérique” des partis. Les groupes sociaux qui ont organisé la mobilisation contre les lois DADVSI et HADOPI ont réussi à conserver ce statut d’exception sur Internet au fil du temps, aidés dans ce travail par les rédactions des médias en ligne1.

Pour terminer un billet sur la communication politique, quoi de mieux que cette sublime illustration de l’échange de biens matériels et symboliques autour du vote ? Ça me rappelle les étudiants de mon cours d’introduction à la science politique qui se demandaient pourquoi je passais autant de temps à leur parler d’Alexis de Tocqueville et de Serge Dassault dans les mêmes paragraphes. Je trouve cette rencontre des nouveaux médias avec un garde-champêtre presque septuagénaire baroque et désopilante.

  1. Je cherche à écrire une liste plus systématique de ces rédactions, incluant quelques médias américains qui touchent aussi un lectorat en France, comme Ars Technica, BoingBoing, Gawker, Mashable et Wired. Ma liste inclut Écrans, Owni, Électron Libre, InternetActu, ReadWriteWeb, RSLN et ZDNet, mais surtout, en volume d’activité, Numerama (ex-Ratiatum), PC Inpact et probablement Rue89, qui liste plein de sources. Ma référence favorite reste TorrentFreak, pour son comparatisme engagé, complétée de quelques émissions sur France Culture et de comptes Twitter comme HadopInsiders. []

Statistiques partout

  • Le blog des “Déchiffreurs de l’éducation”.

    Cela s’est fait pour la macroéconomie à d’autres occasions. Ces collectifs épistémiques, où le chiffre doit apporter la démonstration des arguments, ont une petite histoire à écrire.

  • Statactivisme ! Si j’étais jeune et plein d’entrain, je dirais “+1” ou “RT”, mais comme je préfère le café old school, je préfère cautionner à donf++.

    Plus sérieusement, si votre thème de recherche tourne autour des processus de quantification d’une manière ou d’une autre, cette conférence promet d’être en plein dans le vif du sujet.

  • La fabrique de la loi : ouvrir et analyser les données parlementaires, un superbe projet par un ami et des collègues.

    Note : signalez-vous si vous avez du code à revendre pour extraire les débats parlementaires ! J’aimerais faire le tour de ce qui se fait à partir du scraping des législatures, avant de travailler sur les débats DADVSI 2005-2006 et HADOPI 2008-2009.

Les jeunes et le vote FN, dans Libé

(Disclaimer : billet initialement publié sur mon blog.)

J’ai été interviewé il y a quelques temps par une journaliste de Libé à propos du vote des jeunes en faveur du FN. Mes propos ont été (partiellement) repris dans un papier (version en ligne réservée aux abonnés) publié dans le Libé d’hier, que je me permets de reproduire ci-dessous.

Les propos qui sont reproduits sont fidèles à ce que j’ai dit, mais malheureusement incomplets. J’avais en effet commencé par émettre quelques réserves méthodologiques. Celles-ci me semblent essentielles : en effet, sans a priori porter de jugement définitif sur le sondage comme outil de connaissance, on peut sans doute s’accorder sur le fait que les jeunes font partie des cibles les plus difficiles à appréhender au moyen de cet outil, pour des raisons principalement pratiques (faible taux d’équipement en téléphone fixe, etc.). En l’occurrence, le sondage de l’IFOP cité par Libé porte non pas sur « les jeunes » mais sur les primo-votants – ceux qui voteront pour la première fois en 2012. Malheureusement, le journal n’en rapporte les caractéristiques techniques que de manière partielle : l’échantillon est assez petit (805 répondants), mais surtout il a été administré sur le web (CAWI). Or, si l’utilisation de cette méthode fait l’objet d’importantes controverses chez les chercheurs, on sait qu’elle a tendance à surreprésenter ceux qui ont les opinions les plus affirmées, les plus extrêmes. Comme d’habitude, on ne sait pas exactement comment a été constitué l’échantillon – plus il est spontané, et plus ce biais est important. Il convient donc de prendre les chiffres fournis avec précaution.

Autre élément conduisant à relativiser les résultats de l’enquête : le degré de certitude des choix. D’une part, l’indice de participation à la présidentielle des enquêtés (dont on ne sait pas bien comment il est calculé, au passage) ne s’établit qu’à 70, contre 90 pour l’ensemble des Français. D’autre part, 59 % des enquêtés déclarent qu’ils peuvent encore changer d’avis. Les jeux sont loin d’être faits…

Pour ma part, et au-delà de l’aspect « course de petits chevaux »; je soulignerais deux enseignements intéressants de cette étude :

  • Le poids de la télévision comme moyen d’information sur la campagne. On aurait pu s’attendre à ce que, dans la tranche d’âge 18-22 ans, le poids des « nouveaux médias » soit important, d’autant plus lorsqu’on les interroge sur le web… eh bien, pas du tout. 81 % d’entre eux déclarent s’informer par la télévision (dont 55 % en premier choix), contre 36 % seulement pour les sites Internet d’information (et 12 % en premier choix). On peut certes y ajouter les sites et blogs des candidats (12 %, 3 % en premier choix), Facebook (11 et 3 %) ou twitter (6 et 2 %), ça ne fait toujours pas le poids. Voilà qui confirme ce qu’écrivait il y a quelques jours Vincent Glad à ce propos.
  • Les thèmes qui préoccupent ces jeunes enquêtés sont surtout l’emploi et la formation, le pouvoir d’achat, l’éducation et le logement. Avis aux candidats…

Un sondage réalisé par l’Ifop montre que près d’un quart des «primo-votants» choisiraient Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle.

Par PASCALE NIVELLE
Près d’un jeune sur quatre voterait Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle, selon un sondage parmi les «primo-votants», qui n’ont jamais mis un bulletin dans une urne (1). Ceux qui iront voter, un peu plus de la moitié, et parmi eux ceux qui sont certains de leur choix, mettent Marine Le Pen après François Hollande. Mais un peu avant Nicolas Sarkozy.

«Les jeunes ne sont pas passionnés par la campagne et ne se retrouvent pas du tout dans le clivage droite-gauche», avance Mikael Garnier-Lavalley, représentant de l’Association des conseils d’enfants et de jeunes, qui a commandé le sondage. «Ceux qui votent à droite, notamment, semblent se poser des questions sur le président sortant.» Au second tour, la jeunesse met ses pas dans ceux des plus anciens, avec François Hollande devant Nicolas Sarkozy. Au premier, elle exprime son rejet du «système», sourde aux injonctions de «vote utile».

«Porte-voix».«C’est un vote protestataire, surtout chez les moins diplômés, qui se sentent invisibles, explique Anne Muxel, directrice de recherches au Cevipof. N’oublions pas que plus d’un tiers de la tranche 18-24 ans n’a pas le bac. Déjà au travail ou déjà au chômage, ces jeunes sont en première ligne de la fracture sociale et culturelle, ils se sentent exclus. Marine Le Pen est leur porte-voix, pour des raisons assez peu idéologiques.» Pour la sociologue, auteure d’Avoir 20 ans en politique (2), «les jeunes peu éduqués trouvent chez Marine Le Pen un écho à leurs inquiétudes : l’emploi, le logement ou le pouvoir d’achat. Ces sujets ne préoccupent pas les étudiants, qui votent plutôt Sarkozy, quand ils sont à droite».

Depuis les événements de Toulouse, la donne pourrait être modifiée : «Pour la première fois depuis longtemps, la question de l’insécurité et de la délinquance n’était pas au centre de la campagne, note Mikael Garnier-Lavalley. On peut supposer que l’on va y retomber, sans savoir encore qui de Nicolas Sarkozy ou Marine Le Pen en sortira favorisé chez les primo-votants.»«Avec l’arrivée du terrorisme dans la campagne», Frédéric Dabi, de l’Ifop, s’attend lui aussi à de nouvelles tendances : «Les thématiques sécuritaires peuvent très vite revenir et infléchir le vote.»

Joël Gombin, auteur d’une thèse sur le vote FN en région Paca pour l’université de Picardie, situe lui aussi les jeunes attirés par le bulletin frontiste dans les classes populaires : «Leur vote manifeste une certaine défiance, mais il n’est pas motivé idéologiquement, on n’est pas face au noyau dur de l’électorat du FN.» Et donne des raisons historiques : «Dans les années 80, en raison des syndicats, la socialisation politique se faisait dans les entreprises et le monde ouvrier était attaché à la gauche. La nouvelle génération arrive dans le monde professionnel à une époque marquée par la déstructuration, ce qui explique la tentation FN. Ce n’est pas un vote d’adhésion, qui suppose une connaissance précise des programmes, mais plutôt une absence de culture politique et un signal destiné au personnel politique.»

Les jeunes représentent un atout important pour le FN, «parti attrape-tout par excellence», explique Joël Gombin, et qui fait un gros travail de terrain auprès de cette tranche d’âge. En votant pour le Front, cependant, les 18-22 ans «expriment une grande désillusion par rapport au monde politique», sans intention d’amener au pouvoir un candidat qui changera le monde.

«Enraciné». Ils n’ont pas la même vision du parti de Marine Le Pen que leurs parents : «Pour les générations plus anciennes, analyse l’universitaire. le FN reste une formation récente, avec un statut à part. Leurs enfants l’ont toujours connu, c’est à leurs yeux un parti enraciné dans le paysage, un acteur important de la politique au même titre que les autres. Ils ont construit leurs représentations politiques dans un contexte très différent, cela lève des obstacles au vote pour le FN.»

Sylvain Crépon, sociologue à l’université Paris-Ouest-Nanterre et auteur d’une Enquête au cœur du Nouveau Front national (3), constate pour sa part «un effet Marine Le Pen chez les jeunes». Par sa personnalité, son langage et son style de vie, elle aurait marqué une rupture avec son père, homme de l’OAS et de la Seconde Guerre mondiale : «L’identification avec cette femme divorcée deux fois, mère d’une famille recomposée, en union libre, est assez extraordinaire. Il y a un côté transgressif dans sa personnalité et son discours, qui en fait la chef d’un parti rebelle, antisystème.» Le sociologue, qui a longuement enquêté sur le terrain, a rencontré beaucoup de jeunes séduits par «son discours simple et compréhensible». Il a aussi fait le constat que «moins on est éduqué, plus on adhère aux idées du Front national».

(1) Réalisé par l’Ifop, du 22 au 28 février, auprès de 805 personnes.

(2) Le Seuil, 2010

(3) Nouveau Monde éditions.

Richard Descoings

Une triste nouvelle comme on en reçoit de temps à autre dans nos boîtes email universitaires :

A la communauté enseignante et étudiante de Sciences Po :

J’ai la profonde tristesse de vous annoncer que Richard DESCOINGS est mort hier, mardi 3 avril 2012, à New York.

Richard Descoings avait confié au magazine Rue Saint-Guillaume son étonnement suite à son “opération lycées” qui avait fait voler en éclats le bouclier symbolique du concours de grande école. L’histoire de l’enseignement supérieur en France se souviendra certainement de lui au moins pour cette excellente stratégie qui lui a valu plusieurs rétributions par la suite.

Je n’ai aucune envie de jouer la rubrique nécrologique1, mais je veux bien l’opinion des lecteurs sur cette initiative, qui est restée de taille très modeste mais qui a apparemment fait des émules (je note par exemple qu’un candidat à l’élection présidentielle prévoit l’ouverture obligatoire des classes préparatoires aux lycées qui n’y envoient presque personne en temps normal).

Disclaimer : je donne des cours à Sciences Po.

  1. … et je serai intraitable avec les commentaires morbides ou juste inutilement méchants. []