Un sujet de sociologie analytique

Le directeur de l’Observatoire des drogues et de la toxicomanie a récemment été évincé…par un autre directeur d’agence sur la toxicomanie, qui assure que ce n’est pas une question idéologique ; or le motif fourni par le premier concerne la présentation et l’interprétation des données scientifiques mobilisées par la lutte contre la toxicomanie, ce qui n’est pas une question aussi “infra-politique” que le motif fourni par le second, qui parle de “management de la fonction publique”—un motif plausible, mais surprenant : “quinze ans à la tête d’une agence, c’est long”, dit-il pour justifier son geste, mais la continuité ne fait-elle pas partie intégrante de l’ethos bureaucratique ? La contestation est discrète mais réelle.

Au Royaume-Uni, le limogeage de David Nutt, conseiller gouvernemental sur les mêmes dossiers, s’embarrassait moins de justifications polies : Nutt s’était rendu coupable de défendre une position jugée trop tolérante à l’égard des drogues dites “douces”, par lesquelles on désigne les substances illicites largement inoffensives, et cette position, incompatible avec celles du gouvernement, rendait son mandat inconcevable aux yeux du secrétaire d’État à la Santé. La contestation avait pris une autre forme qu’en France : d’autres experts avaient démissionné suite à ce limogeage, fondé sur la loyauté et non sur un déficit d’expertise scientifique. La configuration de l’événement n’est pas le seul facteur à prendre en compte : le tableau épidémiologique de la toxicomanie est différent en certains points cruciaux (comme la consommation d’ecstasy) entre les deux pays, malgré de fortes similitudes. Les politiques publiques françaises et britanniques sur la toxicomanie sont aussi clairement distinguables.

À mes yeux, les deux événements sont fonctionnellement équivalents et feraient un sujet de sociologie analytique assez porteur et intéressant. Je vois assez bien, par exemple, comment les contrefactuels à la Morgan et Winship pourraient être mobilisés sur ce sujet (dans quelles circonstances est-ce que les décisions individuelles et facteurs institutionnels n’auraient pas pu se solder par un limogeage des acteurs concernés). Mais je suis également convaincu que personne n’acceptera de financer ce sujet dans les deux pays.

Un problème de neutralité

Lorsque j’ai dû effectuer les petites revues de presse par lesquelles je commence mes enseignements en première année, j’ai trouvé très difficile (impossible, en réalité) de rester neutre, objectif et professoral dans ces circonstances :

« En 1905, il y avait très peu de musulmans en France, aujourd’hui il y en a entre 5 et 6 millions », a poursuivi Claude Guéant. « Cet accroissement du nombre de fidèles et un certain nombre de comportements posent problème. Il est clair que les prières dans les rues choquent un certain nombre de concitoyens. Et les responsables des grandes religions ont bien conscience que ce type de pratiques leur porte préjudice », a-t-il dit. Le ministre de l’Intérieur a précisé que le gouvernement se prononcerait « la semaine prochaine » sur les solutions avancées par l’UMP.

Il y a un point Godwin facile dans ce propos : il suffit de remplacer « musulman » par « juif » et « prières dans les rues » par « cortège de mariage » ou toute autre cérémonie semi-publique à laquelle on peut assister si l’on réside dans une ère géographique où les événements religieux débordent ponctuellement dans l’espace public. Le terme de « solutions », inséré par le journaliste ci-dessus, en devient encore plus difficile à lire sans trouver le propos général abject.

Je me suis naturellement abstenu de lancer toute polémique de ce genre en cours, mais j’ai demandé, dans le cadre d’un enseignement en langue anglaise, si les étudiants pouvaient traduire le terme de « laïcité » dans une autre langue que le français. La séance portait sur un chapitre d’ouvrage d’Andrew Gelman où celui-ci fait le lien entre dénomination religieuse, salaire, localisation géographique et attitudes socio-politiques (divorce, vote, affiliation partisane) aux États-Unis.

Un étudiant marocain s’est manifesté : le terme « laïcité » existe en arabe. Mieux que ça, il y a deux termes correspondants ! La racine étymologique du premier, visible ci-dessous, utilise le terme « science » : il s’agit apparemment d’une traduction du grec par Averroès. Le second terme signifie « mondain », par opposition à « clérical ». J’ai trouvé cette exploration du terme très à propos, et tellement plus intéressante que l’insultante connerie du ministre de l’Intérieur.

Laïcité (arabe)
Photographie du tableau : merci à Aberrahim pour sa calligraphie impeccable !

Je suis incapable de dire si cette exploration étymologique est parfaitement correcte, mais même si elle se révélait imprécise, le simple fait qu’un étudiant arabophone soit conscient de la complexité sous-jacente du terme montre qu’il y a, derrière le terme volontairement stigmatisant de « fidèles » employé par un officiel mandaté (mais jamais élu) de la République française, une réalité d’une richesse intellectuelle qui dépasse, sans surprise, les raccourcis mentaux et les instrumentalisations qui se multiplient aujourd’hui en France à un rythme proche de celui de la stigmatisation des Juifs en Iran. L’électorat semble, heureusement, peu impressionné par la manœuvre.

Ralenti

Toutes mes excuses si le blog tourne un peu au ralenti depuis une semaine : j’ai commencé à trier environ 700 emails en retard (newsletters diverses et variées, numéros de revues scientifiques, presse et documents officiels…).

Je vais tenter d’en émerger avant la fin du semestre, qui signera par ailleurs mon dernier semestre d’ATER temps plein, après un an et demi d’enseignement au cours duquel j’ai appris énormément, énormément, énormément de choses. Quelques billets dans la rubrique « Enseignement » doivent en témoigner, et je mettrai bientôt cette liste à jour.

Sinon, j’en profite pour signaler que j’ai passé un bon moment avec mon co-blogueur fantôme, Joël, et qu’il se porte très bien. Si vous lisez Le Monde Magazine, vous le verrez cité dans l’article sur « Le FN en terrain conquis« .